images (1)

HOMICIDE VOLONTAIRE- El Mansour Diao condamné à 20 ans de travaux forcés pour le meurtre de son collègue

20 ans de travaux forcés, telle est la peine que les juges de la Chambre criminelle de Dakar ont infligée, hier, à El Hadji Mansour Diao. Il a été reconnu coupable du meurtre de son collègue, Mbacké Ngom, agent de sécurité.

Les faits se sont déroulés, le 25 septembre 2010, aux Almadies. Ce jour-là, les éléments de la brigade de Ouakam ont été informés qu’une personne vient d’être poignardée sur le lieu susindiqué. Un transport sur les lieux a permis aux hommes en tenue de découvrir le corps sans vie de Mbacké Ngom. Après son acte,  l’accusé El Hadj Mansour Diao s’est réfugié à Kolda où il sera arrêté puis inculpé pour meurtre. À la barre de la Chambre criminelle de Dakar, hier, l’accusé a reconnu les faits arguant que c’est au cours d’une bagarre qu’il a poignardé la victime. Revenant sur l’incident, l’accusé dira qu’ils sont tous des agents de sécurité et ce jour-là, Mbacké Ngom devait prendre la relève de Djibril Badiane, à 17 heures. Cependant, la victime s’est présentée sur les lieux vers les coups de 19 heures. Ceci a amené une dispute entre les différents protagonistes et il s’en est suivi un échange de propos aigres-doux avant que la bagarre n’éclate entre Badiane et la victime.

À en croire l’accusé, lorsqu’il est venu pour les séparer, Mbacké Ngom l’a frappé avec une barre de fer. Ainsi, il est parti dans la cuisine pour chercher un couteau. À son retour, les nommés Mamadou Seck et Djibril Badiane voulaient le maîtriser, en vain. Et sous le coup de la colère, El Hadji Mansour Diao ne pouvait plus se contrôler. Pis, il a poignardé le sieur Mbacké qui succombera à ses blessures. Ces déclarations ont été confirmées par les témoins selon qui, c’est l’accusé qui est le premier a lancé une brique à la victime. Selon Mamadou Seck, c’est bien l’accusé qui a poignardé la victime. Il sera réconforté dans son témoignage par Djibril Badiane selon qui, alors qu’il tentait de le maitriser, le sieur Diao a réussi à s’échapper avant d’administrer un coup de couteau fatal à la victime.

Invité à faire son réquisitoire dans cette affaire, le maître des poursuites a indiqué que le certificat médical fait état d’une hémorragie et d’une blessure au cœur par une arme blanche. Selon l’avocat général, les faits sont graves et méritent une répression exemplaire. Sur ce, il a requis la peine d’emprisonnement de 20 ans de travaux forcés. Pour sa part, Me Djiby Dieng a reconnu les faits avant de soutenir que son client n’avait pas l’intention de donner la mort. La preuve, selon la robe noire, il lui a donné un seul coup de couteau et c’est vraiment dommage qu’il y a mort d’homme.  Mais, l’avocat estime qu’il y a excuse de provocation et il demande à la Chambre criminelle de Dakar de disqualifier les faits en coup mortel. Toutefois, en rendant sa décision, le tribunal a suivi le maître des poursuites dans son réquisitoire en condamnant l’accusé à 20 ans de travaux forcés.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

telechargement-2

PROTECTION SOCIALE “Plus de 450.000 ménages vulnérables inclus dans le Registre national unique”

Plus de 450.000 ménages vulnérables seront inclus dans le Registre national unique (RNU) de la …