Confidences

Hommage : Pour Aminata Sophie Dièye (Par Coumba Sylla)

  • Date: 19 février 2016

La disparition de la journaliste, chroniqueuse et écrivaine Aminata Sophie Dièye, a mis en émoi le monde des médias et des lettres du Sénégal. Pour s’associer à cette douleur et à l’hommage unanime rendu à sa personne et à son talent, Ouestaf News vous propose ci-dessous un texte de notre consœur Coumba Sylla, qui a connu la défunte.

« Mais souvent on meurt sans s’être revus »

J’ai ouvert un journal ce matin et j’ai pleuré.

Parce qu’avec elle, j’en ai vécu, des choses, depuis « nos années Walfadjri]i ». Des choses inattendues, improvisées, surprenantes…

Marcher seules dans Dakar, de nuit, dans une ville aux rues mal (voire pas) éclairées aux heures où elles sont à la merci des alors très craints « agresseurs ». Prendre la chaloupe pour Gorée, le temps juste d’aller tremper les pieds dans la mer côté plage et de re-sauter dans le bateau, parce qu’en fait, c’est la dernière rotation. Ou aller s’attabler dans un café chic devant une grande coupe de glace, régler la note, laisser un généreux pourboire pour ensuite faire le trajet jusqu’à la maison à pied, parce que n’ayant plus rien en poche pour prendre le car. C’étaient « La Grande Voilée », née gracieuse, taillée comme un mannequin, et « La Petite en Jeans ». C’étaient nous. Il paraît que pour certains, nous n’étions « peut-être pas normales » – il est vrai que nous n’étions dans aucune norme…

J’ai pleuré parce que je ne lui ai jamais vraiment dit combien j’ai apprécié sa sollicitude, de m’avoir fait porter jusqu’à Dakar, par son ami Edouard Baer, un exemplaire de « La nuit est tombée sur Dakar » depuis son exil parisien.

J’ai pleuré parce que j’ai réalisé que je ne lui ai jamais vraiment dit combien j’aime sa plume, combien je l’aime, en tant que personne.

Je ne lui ai jamais dit que là où je passe la plus grande partie de mes journées, les numéros de L’Observateur s’accumulent depuis 2013, attendant le temps de pouvoir compiler les chroniques de Ndèye Takhawalou qui, les samedis, égayent ou donnent à réfléchir à tant d’amoureux de sa plume.

Je ne lui ai jamais dit que ses mots d’hommage à son amie et complice Khady Sylla, cinéaste décédée en 2013, m’ont hantée pendant longtemps.

« On se parlait du regard et un coup d’œil suffisait pour déclencher l’hilarité devant une scène cocasse. Si j’ai pleuré le jour de sa mort, c’est parce que je ne pourrai plus jamais rire de cette façon-là. Désormais, il me faut apprendre à apprivoiser la solitude », a-t-elle écrit.

Quand j’ai ouvert ce journal ce matin, la nuit m’est tombée dessus.

Il me faut apprendre maintenant à parler au passé de ma « Grande Voilée », de « ma mère » (elle est l’homonyme de ma mère), de « Madame Mad », de « La dame de Lu ». D’Aminata Zaaria. 

« C’est pourtant comme ça dans la vie : on est les meilleurs amis du monde, les circonstances viennent nous séparer, absolument comme la tempête disperse les épaves. Quelquefois les hasards vous remettent en présence, mais souvent on meurt sans s’être revus. Mais voilà que je me mets à dire des choses tristes et à parler de mort ! Allons, secouons notre mélancolie et tâchons d’être plus joyeux ! » – Alphonse Allais, « Chroniques du bon sens » dans « A l’œil »

Alors, au revoir Aminata Sophie Dièye. Et bonnes retrouvailles avec ceux qui t’ont précédée là-bas et qui, depuis leur départ, te manquaient tant.

Dakar, 18 février 2016

*Coumba Sylla, journaliste

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15