Accueil / ACTUALITES / Iba der THIAM: «Qu’aucun des propos qu’il me prête n’est sorti de ma bouche» (Clarification)

Iba der THIAM: «Qu’aucun des propos qu’il me prête n’est sorti de ma bouche» (Clarification)

Je rends grâce à Dieu ( Soubhanahou Watallah), ainsi qu’au Prophète de l’Islam (PSL), d’avoir ramené le calme à Dakar, après la fièvre suscitée par le problème de l’émission de la 2STV, consacrée à l’entrée de l’Islam en Afrique.

Je remercie, tout particulièrement, tous les Chefs religieux, qui ont contribué à cette paix, par leurs appels à la prudence et à la modération. Ils ont prouvé, une fois de plus, que notre religion est une religion de paix, de tolérance et de dialogue, pour régler les différends, sans violence.

Je remercie, en particulier, le Khalife Général des Mourides, Serigne Sidy Makhtar MBACKE, dont le Khalifat pose, chaque jour, des jalons d’unité, de solidarité, de fraternité conviviale, de sagesse et d’amour, mais aussi, son Porte-parole sémillant, Serigne Bass Abdou Khadre MBACKE, à la vaste culture, dont la douceur, l’éloquence, l’intelligence imposent le respect.

Si je reviens sur l’affaire de l’émission de la 2STV, ce n’est pas pour relancer le débat, loin s’en faut. C’est simplement, pour apporter des clarifications, à la suite de certaines déclarations faites par la Dahira Safinatoul Amann, sous la direction de Serigne Modou LO Ngabou, dans un communiqué daté du 14 Septembre 2011, paru dans Internet.

Manifestement, Sérigne Modou LÔ Ngabou a été abusé par ceux qui l’ont poussé à écrire son communiqué.

Je voudrais, en prenant Dieu à témoin et le Prophète de l’Islam (PSL), qui nous est commun, usant du droit que la Sunna confère à chaque musulman, victime d’accusations injustes, lui faire savoir :

1°) qu’aucun des propos qu’il me prête dans son communiqué du 14 Septembre 2011 n’est sorti de ma bouche.

Je ne sais où il a recueilli ces propos-là, car, ils n’existent, nulle part dans l’enregistrement que j’ai fait et ne viennent pas de moi. Pour en apporter la preuve, je rappelle que l’enregistrement de mon intervention existe.

Je demande, par conséquent, au nom de la transparence et des exigences de la vérité, qu’on constitue un Jury d’Honneur, composé du Groupe Lamp FALL et de toute autre radio, laissée au choix de Serigne Modou LÔ Ngabou, auxquelles, s’ajouteraient, le Secrétaire Général du SYNPICS, deux membres du CORED et du CNRA et toutes autres personnalités qu’il voudra désigner, pour que ces personnalités indépendantes réécoutent l’intégralité de l’enregistrement.

Je le répète, on n’y trouvera aucun des propos qu’on me prête.

2°) que Taïb SOCE ne m’a jamais, invité à une émission sur la 2STV.

Je ne l’ai vu, ni contacté, ne fût-ce que par téléphone, depuis près de 5 à 6 ans.

Notre dernière rencontre remonte à une conférence religieuse, tenue au marché HLM, pendant le mois de Ramadan par l’UNACOIS, il y a plusieurs années ;

3°) que je n’ai organisé aucune émission avec lui, à aucun moment. Nous n’appartenons pas à la même confrérie, car, lui est mouride et moi, tidiane. Il serait étrange, dans ces conditions, que nous fassions équipe, pour dire du mal de son Marabout. C’est une affaire de simple logique.

4°) que c’est, seul, El Hadji TALL, Animateur à la 2STV, qui m’a téléphoné, pour me demander de lui faire une émission sur le processus de pénétration de l’Islam en Afrique.

J’ai accepté, parce qu’El Hadji TALL est, selon ses propres dires, le propre frère d’El Hadji Alioune TALL, qui a épousé ma nièce, Maguette SYLLA.

Il est venu enregistrer l’émission, dans ma maison, le Dimanche 21 Août 2011, en compagnie de deux Assistants et en présence de mon Secrétaire Particulier M. Ibrahima FAYE.

5°) qu’à la fin de l’enregistrement, il était pleinement content de tout ce que j’avais dit sur les Chefs religieux du Sénégal et, surtout, du Cheikh Ahmadou Bamba, car El Hadji TALL est, lui aussi, un mouride et un talibé d’école coranique, très regardant sur tout ce qui concerne l’Islam et sa confrérie.

Quand il a décidé de demander à Taïb SOCE de commenter mon intervention, il ne m’en a pas prévenu, ne m’a pas demandé l’autorisation et a agi seul, sous sa propre responsabilité, en procédant à un montage d’images, paraît-il. Je n’en ai eu connaissance, que quand l’incident a éclaté.

6°) que je dis, bien, paraît-il, parce que, jusqu’à l’heure où j’écris ces lignes, je n’ai pas, encore, eu la possibilité de regarder l’émission en question.

Le peu que j’en sais m’a été raconté. Mais, ayant toutes mes notes par devers moi, je suis en mesure de savoir ce que j’ai dit et ce que je n’ai pas dit.

7°) que ceux qui savent, ont attiré mon attention sur le fait que, le mobilier de ma maison, où a été enregistré mon intervention, apparait, très nettement, dans l’émission.

Il est fondamentalement différent du mobilier de la maison de Taïb SOCE révélé par le même montage, ce qui devrait prouver que nous n’avons jamais été l’un en face de l’autre, contrairement à ce que l’émission suggérait.

C’est bien la preuve, que nous n’avons, à aucun moment, eu un dialogue direct. D’ailleurs, Taïb l’a très nettement confirmé dans ses déclarations et je l’en remercie.

8°) qu’enfin, quand on prétend que j’aurais dit que Khadimou Rassoul n’était qu’un voyageur entre le Cayor et le Baol, ça sonne entièrement faux, car, comment quelqu’un, qui a ma culture historique, peut-il tenir un tel langage, lorsqu’on sait que, de 1895, date de son procès, jusqu’à sa mort, en 1927, soit pendant 32 ans, Khadimou Rassoul n’a, jamais, été libre de ses mouvements, à cause de l’exil et des assignations à résidence surveillée ?

Chacun sait, que quand on est assigné en résidence surveillée, on ne peut pas passer son temps à circuler entre le Cayor et le Baol, parce que les déplacements de toute personne soumise à ce régime draconien sont contrôlés et limités au minimum.

9°) Je voudrais, cela dit, ajouter à l’intention de mon frère en Islam, Serigne Modou LÔ Ngabou,

que, bien que n’étant pas mouride, j’ai écrit des centaines de pages sur Khadimou Rassoul et prononcé des dizaines de conférences, pour réfuter les accusations portées contre lui par le colonisateur, magnifier son immense grandeur, louer ses admirables vertus et exalter ses contributions irremplaçables dans l’islamisation de notre pays, car, j’ai toujours dit, « qu’aucun musulman sincère, qui connaît l’histoire du Cheikh Ahmadou Bamba et les souffrances, qu’il a subies, ne peut s’empêcher de nourrir pour lui de la sympathie ». Serigne Modou LÔ Ngabou peut vérifier ce qui vient d’être dit auprès de Me Madické NIANG, homme de vertu, croyant sincère et talibé fidèle ;

que c’est moi, qui ai démontré dans mes travaux scientifiques, que Khadimou Rassoul n’a, jamais, accepté la Légion d’Honneur, que la France lui avait accordée ;

que c’est moi qui ai, le premier, révélé, que la non-violence a été inventée par lui, bien avant le Mahatma GHANDI ;

que j’ai été le premier sénégalais, qui ai proposé, que le Magal de Touba soit proclamé, jour férié, chômé et payé.

Comment peut-on accuser celui qui a fait tout cela, d’hostilité contre Khadimou Rassoul, alors que son père était un Mouride, talibé de Serigne Bassirou MBACKE, sa mère, une talibé tidiane d’El Hadji Malick SY, qui partage avec Khadimou Rassoul, Mame Marame MBACKE et son grand-père, un talibé de Cheikh Sidiya Baba ?

Telle est la stricte vérité, que je voudrais porter à la connaissance de l’opinion publique, pour l’Histoire et pour que nul n’en ignore.

Je vous transmets, Cher frère en Islam, mes respects et mes salutations les plus respectueuses.

Pour terminer, je rends hommage aux Forces de Sécurité, dont le professionnalisme et la maîtrise de soi ont empêché toute violence.

Professeur Iba Der THIAM

À voir aussi

Retour sur l’incendie mortel de Guinguinéo : Le père raconte l’horreur

Adama et Hawa, des jumelles, leur sœur Ndèye et leur petit-frère, Serigne Bara, ont péri …

Guinguinéo : 4 enfants d’une même famille périssent dans un incendie

Un incendie s’est déclaré dans la nuit du jeudi au vendredi dans la localité de …