Accueil / CULTURE / Idrissa DIOP, artiste-chanteur sénégalais : ‘Signer les Ape, c’est trahir les Africains’

Idrissa DIOP, artiste-chanteur sénégalais : ‘Signer les Ape, c’est trahir les Africains’

Depuis qu’il a écouté un de ses titres chez un disquaire à San Francisco, Carlos Santana est tombé sous le charme de la musique d’Idrissa Diop. De cette rencontre, qui dure depuis maintenant huit ans, est né l’album Historia qui sort à la fin du mois chez Sony-Bmg (Usa). L’opus est le reflet du parcours de l’artiste, de Plantation, l’un de ses premiers groupes, à aujourd’hui en passant par le Sahel de Dakar. Dans la première partie de cet entretien, Idrissa Diop revient sur cet itinéraire et parle de Labah Soceh qui l’a beaucoup influencé. Aussi, cet artiste sénégalais engagé, qui vit depuis trente ans en France, fustige avec véhémence l’émigration choisie et voue aux gémonies les Etats africains qui signeront les Ape en les accusant de perfidie.

Source: Walf fadjri
Wal Fadjri : Des voix africaines s’élèvent, de concert avec celle du président Abdoulaye Wade, pour dire non aux Accords de partenariat économique (Ape). Quelle lecture faites-vous de la proposition de l’Union européenne ?

Idrissa DIOP : Les Ape me dérangent beaucoup parce que, s’il y a un libre échange dans le Commerce entre l’Afrique et l’Europe, ce serait grave pour nos économies nationales. L’Afrique va indéniablement étouffer face aux produits européens. Nous ne boxons pas, économiquement parlant, dans la même catégorie que les Européens. On parle de commerce équitable. Il n’y aura pas de commerce équitable. Encore faudrait-il être du même calibre. Je soutiens le mouvement de refus qui est en train de se construire en Afrique et à l’étranger avec les Africains de la diaspora dont je fais partie. Et ça me touche beaucoup de voir les Africains se mobiliser ainsi. C’est comme cela que l’Afrique doit se comporter. La loi va bientôt être votée à Bruxelles. Il faut arrêter ça. Et je vous dis tout de suite que j’y serai le 11 janvier avec ma pancarte pour manifester contre les Ape.

Wal Fadjri : Mais, certains Etats ont déjà signé ces Ape. Cela ne vous désole pas un peu ?

Idrissa DIOP : Je ne veux pas parler de ceux qui ont signé. Parce que, à mon avis, signer les Ape, c’est trahir les Africains. Je préfère parler, pour leur rendre hommage et les encourager, des Etats qui ont osé dire non aux Ape. Le président Wade, et ce n’est pas parce que je suis Sénégalais, a eu le courage de lancer le mouvement du refus. J’ai beaucoup apprécié cela.

Wal Fadjri : Vous avez chanté l’unité des Africains. Mieux, l’unité de tous les peuples qui ont des origines africaines. Mais, ne craignez-vous pas qu’avec ce désaccord, cette unité ne soit davantage compromise ?

Idrissa DIOP : Je reste optimiste. Je dis aux Africains : ‘Unissez-vous !’. Car, c’est le moment de prouver aux Européens qui ont divisé nos territoires, nos peuples, que nous pouvons nous unir. Que nous pouvons parler d’une seule et même voix. Seule l’unité peut nous sortir du bourbier. Vous l’avez rappelé, j’ai chanté un morceau qui s’appelle Africains et Antillais. Et dans cette chanson, je disais que ‘café noir ou café au lait, c’est toujours café’. Tous les peuples noirs doivent s’unir. Donnons-nous la main.

Wal Fadjri : Vous vivez en France depuis trente ans. Comment voyez-vous le Sénégal aujourd’hui ?

Idrissa DIOP : Il y a un morceau que j’avais écrit pour Youssou Ndour, il y a plus de trente-cinq ans, qui s’appelle Guej (la mer, Ndlr). Dans cette chanson, j’invite les jeunes à se méfier de la mer. Et de ne jamais prendre de risque avec elle. Si je vois aujourd’hui les jeunes Sénégalais, et même d’autres nationalités africaines, se jeter dans la mer pour venir en Europe, je me dis qu’il y a un problème. Cela signifie tout simplement qu’ils ont perdu espoir en leurs propres pays. Qu’ils n’espèrent plus que leurs pays leur donne un emploi, une vie décente tout simplement. Ça me désole. D’ailleurs, il y a un adage qui dit que ‘si tu veux savoir comment va un pays, regarde comment va sa jeunesse’. Je pense que cela répond à votre question.

Wal Fadjri : Mais, l’Europe ne leur offre pas souvent ce dont ils rêvent…

Idrissa DIOP : Malheureusement, c’est la vérité. C’est très difficile de vivre en Europe. Je suis bien placé pour le savoir pour avoir vécu trente ans en France. Ce n’est pas l’Eldorado. J’aurais demandé aux jeunes de ne pas venir. Mais, pour qu’ils ne viennent pas en Europe, il faudrait que nos dirigeants leur donnent les moyens de pouvoir travailler et de rester chez eux. Nos dirigeants, notamment Abdoulaye Wade, doivent aider ces jeunes. Parce que n’oublions pas que ce sont ces jeunes qui l’ont élu. Ils ont sacrifié leurs vies, leurs études… pour lui. Il doit les aider maintenant. Je reçois chaque semaine des centaines de mails de jeunes admirateurs qui s’ouvrent à moi, qui me parlent de leurs problèmes. C’est inquiétant. Nos dirigeants doivent faire quelque chose. Il faut qu’ils donnent aux jeunes, l’envie de rester au pays. Quand j’ai vu les images de la manifestation des marchands ambulants dans les rues de Dakar, j’ai été profondément meurtri.

Wal Fadjri : Justement, que pensez-vous de ces événements ? Croyez-vous que ces jeunes ont eu raison d’agir ainsi ?

Idrissa DIOP : Les autorités les ont déguerpis sans pour autant leur proposer une solution de rechange. On ne peut pas dire à ces jeunes de quitter les rues, sans leur donner autre chose. Alors que les rues les nourrissent, nourrissent leur famille. Ce n’est pas responsable et ce n’est pas intelligent. Ils vont aller où ? Ils ont raison d’être en colère. C’est un ‘droit à l’énervement’. Mais, ce ne sont pas des gens violents, les jeunes Sénégalais. Et puis le Sénégal, c’est un peuple pacifique. Donc, aidons les jeunes à travailler, à rester chez eux.

Wal Fadjri : Que pensez-vous du concept d’immigration choisie, défendue par l’Occident qui ne veut plus des jeunes étrangers ?

Idrissa DIOP : L’immigration choisie, je dis que c’est une grosse connerie. Il faut arrêter. Ils n’avaient pas choisi quand nos ancêtres recevaient les balles à côtés des soldats français. Les tunnels du métro que vous voyez, ce sont les immigrés qui les ont creusés. Il faut arrêter ce délire.

Wal Fadjri : Parlons maintenant de votre nouvel album qui s’appelle Historia, fly high be free. Que signifie ce titre ?

Idrissa DIOP : C’est un album qui a nécessité trois ans de recherches. Je raconte mon histoire et celle de mon pays dans Historia. Tout ce que m’ont donné le Sénégal, les Sénégalaises et les Sénégalais depuis mon enfance : La foi en Dieu, l’amour de la musique, la Téranga, dont je parle dans tous mes concerts à travers le monde. Le peuple sénégalais est un peuple magnifique. Donc, j’avais envie de leur rendre hommage à travers cet album qui parle de mon itinéraire, de mes différentes rencontres et des gens qui m’ont marqué.

Wal Fadjri : Comment l’album a-t-il été réalisé ?

Idrissa DIOP : On a commencé les enregistrements en France. Ensuite, je suis allé aux Etats-Unis pour faire des enregistrements avec Carlos Santana. Narada Michael, le producteur de Whitney Huston, de Mariah Carey, d’Edy Murphy… a également participé à l’album. Ma vie est un long chemin jalonné de rencontres. C’est comme quand j’étais jeune. Je partais de la Gueule Tapée pour me rendre au Miami, ensuite j’allais au Calipso et après je me rendais au night-club l’Etoile de Dakar pour aller voir Labah Soceh. A l’époque, Labah était une super star, la seule star d’ailleurs de la musique sénégalaise, à l’époque. Et les musiciens s’inspiraient beaucoup de lui. C’est un monument ce monsieur. Et il m’a beaucoup influencé. Je profite de cette occasion pour m’incliner devant sa mémoire. De l’Etoile de Dakar, j’allais au Balafon rejoindre Mady Konaté mais aussi les musiciens qui ont été à l’initiative du Super Diamono. Et après, je me rendais, comme tous les musiciens de l’époque, à Keur Mapenda à Colobane. Là-bas, on discutait, on rigolait, on refaisait le monde. C’est ça ma vie, j’aime aller à la rencontre de l’autre, apprendre de l’autre. Pourtant, j’avais un groupe qui s’appelait Plantation du nom d’une boîte de nuit tenue par des Guinéens qui se faisaient nommer les frères Dreyfus. Il y avait dans ce groupe quelqu’un que les Sénégalais connaissent bien, Soleya Mama (Ousmane Sow Huchard, secrétaire général du Parti des écologistes sénégalais). Plantation se situait en face du commissariat central de Dakar. Et ce qui m’a le plus marqué, c’est que les policiers venaient, à leurs heures de pause, danser avant de retourner au travail. C’était beau. Les gens s’aimaient et on ne se méfiait pas comme on le fait aujourd’hui. C’est toute cette influence que l’on retrouve dans l’album Historia.

Wal Fadjri : A quand la sortie de Historia ?

Idrissa DIOP : Le disque sort aux Etats-Unis à la fin de ce mois de janvier. Mais, les Sénégalais peuvent déjà l’écouter en exclusivité sur myspace.com/Idrissadiop.

Wal Fadjri : Revenons sur Carlos Santana. Comment s’est déroulée votre rencontre avec cette icône de la musique mondiale ?

Idrissa DIOP : Je vais d’abord rendre hommage à cet homme. C’est très rare de voir une vedette mondiale de la musique consacrait autant de temps à l’humain. Carlos Santana est profondément humain. C’est un grand Monsieur. C’est la musique qui nous a réuni. Il a entendu un titre de mon album Yakaar chez un disquaire à San Francisco. Tout de suite, il est tombé amoureux de ce morceau et a acheté l’album. Après l’avoir écouté, il a dit : ‘je veux rencontrer ce musicien’. Par la suite, il a contacté ma maison de disque, à l’époque j’étais chez Universal (France) qui m’a appelé pour me le dire. On a d’abord discuté longuement au téléphone puis on s’est rencontré. Ainsi est née notre collaboration. Et cela fait maintenant huit ans que l’on travaille ensemble. Je pars bientôt aux Etats-Unis pour une tournée et il va jouer avec moi. Pour sa part, il m’a invité pour sa tournée mondiale 2008. C’est comme ma rencontre ici en France avec Yannick Noah. Il a le même côté humble, tranquille que Carlos. J’ai un grand respect pour ce genre de personne.

Wal Fadjri : Mais il était prévu que vous composiez deux morceaux dans le prochain album de Carlos Santana. Comment se fait-il que c’est finalement dans le vôtre que ces titres ont été joués ?

Idrissa DIOP : C’est vrai qu’au départ j’avais composé la musique des titres Historia et Yorouba pour son album. Mais, par la suite, il m’a proposé de jouer avec moi ces morceaux dans mon album. Et le premier jour de l’enregistrement, il y a des chaînes de télévision américaines qui sont venus filmer l’événement, parce que quand Carlos se déplace toute la presse le suit. On n’est resté ensemble pendant deux semaines. A la fin, il m’a offert sa guitare avec laquelle il a joué Black magic woman.

Wal Fadjri : Dans l’album Historia, vous chantez beaucoup en Espagnol. Pourquoi ce choix ?

Idrissa DIOP : L’Espagnol est la deuxième langue la plus parlée dans le monde. Je vous ai dit tout à l’heure que j’ai été beaucoup influencé par tout ce qui se faisait au Sénégal il y a trente ans, notamment par la musique cubaine que je chantais déjà avec mon groupe Sahel de Dakar. Mais, Carlos Santana m’a poussé encore plus à chanter en Espagnol parce qu’avec l’album Historia nous voulons conquérir l’Amérique latine. Et nous allons beaucoup joué là-bas en 2008. Je ne suis pas dépaysé quand je chante en Espagnol. Parce qu’au Sénégal, on a toujours des musiciens qui chantent en Espagnol : Africando, Pape Fall, Mar Seck, James Gadiaga… C’est une autre facette de la musique sénégalaise. L’Espagnol, en fait, c’est comme le Wolof. C’est une langue pentatonique.

Wal Fadjri : Vous aimez évoquer votre parcours. Mais de Plantation à aujourd’hui qu’est-ce qui a changé en Idrissa Diop ?

Idrissa DIOP : Je continue à planter. Je plante la paix, l’amour avec la passion de mes vingt ans. Sur ce plan, rien a changé en moi. Je suis resté le même gamin qu’il y a quarante ans. J’ai gardé mon âme d’enfant. C’est très important pour un artiste. Mais, naturellement, sur le plan musical, je me suis beaucoup bonifié avec les différentes rencontres que j’ai faites, que je continue de faire, dans ma vie. J’aime échanger, partager… transmettre tout simplement. C’est comme me disait mon grand père quand, à huit ans, me voyant taper à longueur de journée sur des bidons en plastique, m’a offert un Djembé en me disant ‘va transmettre’. C’était à Malika, dans mon village. Parce que je suis né à Malika, après Yeumbeul (banlieue de Dakar). A cet âge, cette injonction m’avait intrigué. Jusqu’à présent, je médite cette phrase. Mais au fil des ans et de mes rencontres je comprends mieux ce qu’il voulait me dire. Mon grand père, c’est ma bibliothèque. Quand je perdais mes repères, j’allais le voir. Je conseille d’ailleurs aux jeunes de ne jamais couper les ponts avec les anciens. Je continue, pour revenir à votre question, à planter, transmettre, échanger, aimer, etc.


À voir aussi

Maroc-Sénégal Farssi immortalise les relations historiques entre les deux pays

Professeur titulaire à l’Ecole supérieure polytechnique de Dakar,  Sidi Mohamed Farssi vient de publier un …

«Le réveil des lions» Laye ‘’Ananas’’ dédie une fresque aux Gaindés du Foot

La compagnie de danse, « Lions of Africa », dirigée par Abdoulaye Dieng dit Laye Ananas, a …