Accueil / ACTUALITES / Idrissa Seck va dissoudre son parti dans le Pds

Idrissa Seck va dissoudre son parti dans le Pds

Idrissa Seck veut redevenir un membre à part entière du Pds. Pour cela, il devra sacrifier sa nouvelle formation politique, Rewmi, sur l’autel de ses retrouvailles avec le président Wade. Ce qui ne sera pas un supplice pour lui puisque l’ancien Premier ministre a confié à certains de ses proches que cela ne le gêne nullement de fondre son parti dans le Pds. Et puis, rien ne s’oppose plus à une telle éventualité puisque son parti vient de lui donner les pleins pouvoirs pour décider de son avenir.

Source : Walfadjri

Idrissa Seck a désormais les coudées franches pour définir les modalités d’un nouveau compagnonnage avec le président Abdoulaye Wade. Son parti qui ne s’était pas encore prononcé, du moins officiellement, sur la question, vient de le faire en lui donnant mandat d’engager des négociations avec le chef de l’Etat. En fait, plus qu’un mandat, Idrissa Seck, qui a déjà tout ficelé avec Me Wade, a maintenant les pleins pouvoirs pour décider de l’avenir de son parti. Plus exactement, il a le droit de vie ou de mort sur Rewmi.

Idrissa Seck va-t-il fondre Rewmi dans le Pds ? Des sources proches de la formation politique du maire de Thiès répondent par l’affirmative. Selon elles, la dissolution du Rewmi dans le Pds coule de source ‘parce qu’Idrissa Seck a affirmé sa volonté de revenir dans la maison du père’. Au surplus, ajoutent nos interlocuteurs, ‘il a décidé de revenir au Pds sans poser de conditions’.

A la lumière des propos de nos interlocuteurs, il ressort qu’Idrissa Seck veut redevenir un membre à part entière du Pds. En vérité, ce vœu ne l’a jamais quitté. Ne se plaît-il pas à répéter qu’il n’a jamais quitté le Pds, mais qu’il en a été exclu ? C’est avec la même conviction qu’il a toujours affirmé qu’il est l’actionnaire majoritaire au Pds. Mais, pour revenir dans son parti originel, Idrissa Seck devra sacrifier sa nouvelle formation politique sur l’autel de ses retrouvailles avec le président Wade. Ce qui ne sera pas un supplice pour lui puisque l’ancien Premier ministre a confié à certains de ses proches que cela ne le gêne nullement de fondre Rewmi dans le Pds. En effet, Idrissa Seck n’envisagerait pas que Rewmi soit un parti de plus parmi la foultitude de formations politiques qui soutiennent Me Wade, lui qui avait théorisé la ‘fusion-absorption’ des partis souteneurs de Me Wade au moment où il était Premier ministre. Cette hypothèse semble, donc, être écartée de facto, surtout au moment où l’on parle de refondation du Pds.

Et puis, dans ses nouveaux pourparlers avec Me Wade, Idrissa Seck a réussi à avoir le soutien de son parti. En effet, contrairement aux négociations de la veille de l’élection présidentielle du 25 février dernier au cours desquelles il avait agi seul, il a pris, cette fois-ci, le soin d’y mettre les formes, même s’il a déjà tout ficelé avec le chef de l’Etat. Il a pu sauver les apparences en envoyant une délégation de Rewmi au palais de la République pour rencontrer Me Wade, puis en laissant les instances de son parti se prononcer sur la question. Ainsi, il est parvenu à juguler les poches de résistance contre la dissolution de Rewmi dans le Pds. Les conservateurs mis en minorité se voient obligés de se soumettre à la loi de la majorité qui a donné carte blanche à Idrissa Seck pour prendre toute décision qui lui semble la meilleure pour lui et les membres de son parti.


À voir aussi

Assane Diop: «Faut jamais demander l’impossible en négociation »

Président du Conseil départemental de Koungheul, ancien Ministre de la Santé, du Travail et de …

Série de meurtres et d’agression : La recette d’Abdoulaye Baldé

En visite à Diourbel, ce samedi, le maire de Ziguinchor et ancien ministre des Forces …