17 avril, 2014
Accueil » FAITS DIVERS » Il avait tué son frère : Alioune Faye libre après plus de 3 ans de détention
Il avait tué son frère : Alioune Faye libre après plus de 3 ans de détention

Il avait tué son frère : Alioune Faye libre après plus de 3 ans de détention

Alioune Faye et Mory Faye sont deux frères germains qui ont grandi ensemble sous le même toit. Cependant, selon leur entourage, ils ont des personnalités diamétralement opposées. Si Alioune Faye est peint comme un homme poli, courtois, respectueux et calme, Mory Faye est qualifié de bouillant, impulsif et difficile à vivre.

Le 21 décembre 2009, aux environs de treize heures, les éléments du commissariat de Mbour sont informés par Ibou Koté, oncle des deux protagonistes, qu’à la suite d’une altercation, Mory Faye a été mortellement poignardé par Alioune Faye. La victime évacuée à l’hôpital de Mbour succomba à ses blessures. Le certificat de genre de mort délivré par le médecin Fama Sarr Seck conclut à un décès causé par une plaie sur le côté droit du cou et une autre sur l’avant bras droit. Les informations soutenues par les témoins, tous membres de la famille, font état d’une altercation entre les deux frères et un coup de couteau au cou de Mory qui s’affala. Malgré la promptitude de l’évacuation, il était hélas trop tard. Mory rendit l’âme à l’hôpital de Mbour. Après avoir été entendu, Alioune Faye a été placé sous mandat de dépôt le 24 décembre 2009.

À la barre, l’accusé a soutenu que tout est allé très vite car, sidéré par les injures de son jeune frère à l’encontre de sa maman, ils se sont battus et le malheur arriva. L’avocat général, dans son réquisitoire, s’est basé sur les témoignages constants des membres de la famille pour reconnaître à Alioune Faye de larges circonstances atténuantes dans ce dossier. Seulement, il soutient que l’intention de donner la mort était manifeste et a requis 12 ans de travaux forcés.

Dans sa plaidoirie, Me Alioune Sène a demandé à la cour de disqualifier les faits. Son confrère Me Fadel Fall a abondé dans le même sens en invoquant le destin. Dans son verdict, la cour d’assises a suivi les avocats de la défense et reconnu coupable Alioune Faye de coups et blessures volontaires sans l’intention de donner la mort. Elle l’a condamné à 3 ans de prison ferme. Ainsi, en détention depuis décembre 2009, Alioune Faye a recouvré la liberté.

Le Soleil