images (3)

«Il faut oser les réformes !» (Par MameNgoné DIALLO )

C’est cette phrase du président de la République Son excellence monsieur MackySall prononcée lors de son discours à Fatick qui m’inspire et me donne le courage de vous écrire pour apporter ma modeste contribution à cette école sénégalaise qui préoccupe au plus haut niveau. Oser faire des réformes ! C’est avec  beaucoup d’espoirs que le chef de l’Etat l’a prononcé, et derrière  ce mot «oser» se cache la force et derrière cette force le mot courage. En un mot, il  faut avoir du courage pour oser. En quoi cette phrase est-elle liée au système éducatif ?

Monsieur la ministre, notre système éducatif est de nos jours perturbé par de multiples grèves  imposés par des syndicats pléthoriques  et perdus par le souci de plaire pour leur propre intérêt, par des étudiants fougueux, des politiciens sans scrupules et sans soucis de l’avenir de cette jeunesse, ne pensant qu’à régler leur compte. Dans cette atmosphère  délétère négative au système scolaire, la baisse de niveau s’installe et fait son chemin ; amenant les acteurs de l’éducation, les ONG à se pencher sur la question pour trouver des solutions à n’en plus finir obligeant gouvernements, dirigeant, acteurs et apprenant à tâtonner. L’école sénégalaise à hélas perdue son lustre d’autant  son aura et sa fierté. L’enseignant, de nos jours moins outillé, moins motivé, moins regardant ; ces grèves multiples, le manque de formation des enseignants, les nouvelles méthodes curriculaires ont finis par lasser et avoir raison de l’école sénégalaise le plongeant dans un gouffre sombre et obscur.

Le décret de 1765 n’a-t-il pas prévu  qu’un enseignant doit observer le réserve et la neutralité ? Que voit-on aujourd’hui?

Des enseignants-politiciens qui s’affichent partout alors que cela n’a jamais existé. Un des multiples maux qui gangrènent la système, je ne me lasserai point d’en énumérer. Pourquoi faut-il réformer ? L’enseignant  a toujours été un modèle ; on n’en disconvient pas, l’éducation de base, un sacerdoce. Un apport solide pour étayer et imposer la rigueur sur l’enfant qui, selon Piaget est une «pate à modeler». Aujourd’hui, la dépravation des mœurs a raison de notre système éducatif. Le niveau des élèves a totalement baissé ; les causes sont multiples et les solutions restent introuvables ; l’on cherche, l’on tâtonne espérant trouver le bout du fil. L’éducation morale et civique, à mon constat ne figure plus sur l’emploi du temps.  Nos maitres autrefois ne prenaient-ils pas quinze minutes pour une leçon de morale et de civique ? Ces deux disciplines ne sont-elles pas le socle d’une éducation de base ?

La rigueur a disparue, laissant la place au laxisme de l’enseignant, à la paresse et que dirais-je encore ?

L’emploi du temps n’est-il pas trop touffu, trop chargé ?

Qu’est-ce que le curriculum ? Certains se gênent même devant l’enseignant en se référant au guide, à la page tel.
Monsieur le ministre, décongestionner l’emploi du temps n’est-il pas louable ? Osons-le ! Pour une école émergente, ne doit-on pas oser faire des réformes au niveau scolaire ? On maintient toujours le volet «un enseignant, une classe ou un cours». Avec les nouvelles technologies ne faudrait-il pas réformer cette ancienne formule ?

Ainsi, je prends le Courage de vous proposer une réforme: de révolutionner l’école-le système éducatif.
«Un enseignant, une discipline» ne serait-il pas la bienvenue ?

Exemple: dans une école de douze classes, 12 enseignants. On pourrait: au CI, mettre un maitre de français, un maitre de mathématique, un maitre pour les discipline d’éveil ainsi de suite pour les autres cours jusqu’au CM. Avec cette méthode, chaque mettre devra «mettre le paquet», tout faire pour asseoir solidement les disciplines à enseigner comme cela se fait au collège, au lycée; l’élève sera imprégner, avec un bagage solide pour affronter le collège, le lycée puis l’université.

Le problème de niveau à la baisse sera pour sûr résolu du primaire à l’université. Ainsi, le mal est coupé à la racine. Pendant ce temps, que feront les autres enseignants qui vaquent à ces heures perdues ? Ils resteront à l’école jusqu’à 13H (de 8h à 13h) dans une salle aménagée pour leur préparation et un encadrement avec le supérieur(les directeurs et inspecteurs) ; un surveillant général sera sur place. L’anglais sera dispensé à l’école par des bénévoles. L’Arabe, l’informatique, le dessin, l’éducation religieuse, les langues nationales qui prennent leur envol toutes ces autres disciplines qui prennent leur envol auront leur place dans l’emploi du temps. Ainsi monsieur le ministre, nous voilà avec une réforme très osée pour une école émergente. Ayons le courage de réformer pour sortir l’éducation de l’ornière et avoir un système éducatif émergent pour un Sénégal émergent !

Madame DEME MameNgoné DIALLO  Institutrice,
Ancienne chargée des examens et concours à l’IDEN de Matam

Voir aussi

amies-heureuses-sur-plage

COMMENT PERDRE 5 KILOS RAPIDEMENT ?

Parfois, perdre un peu de poids peut faire un bien fou au moral. Avec les …