Accueil / ACTUALITES / Imam Tamsir Ndiour : «Les chantiers de Thiès, ne sont pas les chantiers d’Idrissa Seck» (Audio)

Imam Tamsir Ndiour : «Les chantiers de Thiès, ne sont pas les chantiers d’Idrissa Seck» (Audio)

Mosquée Moussanté de Thiès, il fait environ 18 heures. Non loin du vacarme habituel d’un marché grouillant des marchands, un homme jeune très correct vient nous ouvrir les portes du mausolée de son grand père. Imam Tamsir Ndiour sollicité pour une interview hésite un peu, puis finit par dire, avec le franc parler qu’on connaît, ses opinions sur le pays et particulièrement la politique, lui qui se distingue dans ses sermons par des analyses et prises de positions politiques parfois dérangeantes mais toujours lucides….

Source : Le Thiessois (Nouvel hebdomadaire de région de Thiès)

<embed type="application/x-mplayer"

pluginspage= »http://www.microsoft.com/Windows/MediaPlayer/ »

SRC= »http://www.rewmi.com/docs/ftp/Son%20Imam%20Ndiour%20wo.mp3″

name= »MediaPlayer »

width=240

height=128

autostart=1

showcontrols=1>


Quelle lecture faites vous de la situation politique actuelle ?

La politique actuelle est complètement gâchée. L’opinion qu’on devait avoir de la politique c’est plutôt le développement, mais pratiquement c’est autre chose. Maintenant, pour certains politiciens, faire de la politique c’est pour avoir des prébendes, avoir de l’avancement et chercher une fortune. C’est vraiment dommage que certains d’entre eux conçoivent la politique de cette manière. Je me pose même la question de savoir est ce que réellement il y’a un politicien qui croit en Dieu dans notre pauvre Sénégal ! Et l’on constate que chaque jour que Dieu fait, certains d’entre eux retournent leur veste et rejoignent d’autres partis. Dans la foule politique, on constate aussi que la parole d’un politicien ne vaut rien du tout. Elle est changée du jour au lendemain ! C’est pourquoi particulièrement j’évite de les fréquenter puisque plusieurs d’entre eux sont douteux ! Les politiciens d’aujourd’hui ne se soucient que de leur avenir et ne cherchent qu’à raffermir leurs positions bien qu’il y ait des exceptions parmi eux. C’est le cas de Talla Sylla du Dieuf Dieul et Momar Samb de la Rtas pour ne citer que ceux là qui au moins gardent leur philosophie de la politique réelle. J’admire leur constance. Ceux qui ont cette qualité d’homme politique avec un discours normal et constant, on les compte. C’est pourquoi je dis que la situation de la politique actuelle laisse à désirer. Que ce soit l’opposition comme le pouvoir, chacun a une grosse responsabilité. Parce que chacun d’entre eux a une chose qu’il a à dire et qu’il n’a pas dite, ou bien un travail à faire qu’il n’a pas fait. Si c’est pour l’opposition, j’ai constaté que la plupart d’entre eux s’ils frondent, ils ne le font pas pour le pays, mais pour leurs intérêts. Pareil pour l’autre côté ! Nos politiciens d’aujourd’hui, la quasi-totalité d’entre eux, font des alliances au détriment de leur conviction et cela ne marche pas avec la morale ni l’éthique. Les politiciens aussi doivent faire très attention et comprendre que tout début a une fin. Un jour, durant cette campagne électorale, j’ai eu l’ocasion d’en discuter avec Tanor Dieng qui était passé me voir. Qu’il fut un temps, chaque sénégalais priait pour le rencontrer. Il a fait beaucoup de ministres, d’hommes d’affaires, de politiciens et a soutenus des gens, mais aujourd’hui, il ne voit presque personne chez lui. C’est comme ça avec ces gens là. Quand tu es au pouvoir, il t’accule, ils vident tes poches et se barrent !

Vos relations avec les partis politiques…

J’entretiens de très bonnes relations avec tous les partis politiques sans exception. Tous les leaders politiques passent souvent me rendre visite. D’ailleurs j’ai reçu avant-hier une lettre de Moustapha Niasse (il se lève, ouvre un tiroir) des mains de Hélène Tine me faisant part du pourquoi de leur boycott des législatives, où ils en sont avec leur coalition, leur parcours des élections présidentielles passées et a proposé de passer me voir si le temps lui permet. Pour vous dire que tout le monde vient me voir. Que ce soit l’opposition ou le pouvoir. Cette position sera toujours la mienne. J’ai des amis qui sont au pouvoir et des amis à l’opposition. Je ne fais pas de distinction particulière. Ma référence c’est le Coran et la Sounaa. Mohamed est mon modèle, mon leader politique et mon guide spirituel.

Un jour, Pape Diop, maire de Dakar, est venu spontanément prier dans cette mosquée. Après la prière, il a constaté que nous avions besoin de refaire certaines choses. Il a réfectionné l’endroit où nous sommes assis, la salle de prière fut aussi habillée avec de nouvelles moquettes. C’est une occasion de le remercier. Les travaux ne sont pas encore terminés mais il a promis qu’il va le faire.

En ce qui concerne les partis politiques, j’ai l’habitude dire que rien et rien ne peux me pousser à aller vers eux à cause de la laïcité de l’Etat. Car ici au Sénégal, la plupart des lois en vigueur ne sont pas conformes à l’islam, c’est pour quoi je préfère me mettre à l’écart. Cela n’empêche pas que j’ai un profond respect pour chacun d’eux. Et je respecte leur choix. Car nous avons un patrimoine commun : le Sénégal. Chacun de nous est libre d’émettre son avis, mais dans le respect des textes et règlements qui régissent ou qui fondent cette nation. Seulement, il faut reconnaître que beaucoup de ces partis se sont démarqués de leur ligne de conduite. Cependant, un parti comme le Rnd, jusqu’à preuve du contraire reste ou demeure un parti de vertu. C’est pourquoi, j’encourage ses dirigeants à rester fidèles aux enseignements du professeur Cheikh Anta Diop qui détestait le mensonge, l’hypocrisie et le chantage. Il avait l’habitude de dire « qu’il pleuve ou qu’il neige, dis toujours la vérité à ton ami. » On lui avait demandé pourquoi, il répondait toujours que : les sénégalais sont tellement naïfs que soko nakhoul sakh mou fok ni tass nga yakaram (ils sont déçus quand un politicien ne leur ment pas). Un musulman ne doit jamais mentir. Que ce soit en politique, en religion ou dans n’importe quel secteur. Maintenant ce qui est grave, pour chercher de l’argent, on n’hésite même pas à mentir au nom de la religion. Alors que le prophète Mohamed (PSL) a dit : keup kou ma fénal, so yébo nga dieul sa chaise dém tog ci digou safara khar fa biss peunth. (Quiconque é menti sur mon dos peut aller attendre immédiatement au milieu de l’Enfer le jour du jugement Dernier). Maintenant, pour argumenter leurs mensonges, ils sont capables de dire de faux hadiths. C’est regrettable, mais c’est ça le Sénégal d’aujourd’hui. Un pays particulier à tous les niveaux. Qu’Allah nous fasse revenir sur l’amour de la vérité et nous guide sur le droit chemin.

Qui dit imam Tamsir Ndiour à Thiès, fait toujours allusion au maire. Qu’en est-il exactement de votre relation ?

J’ai toujours dit que ma relation entre Idrissa et moi c’est une relation qui date de très longtemps. C’est une relation entre deux frères. Et c’est quelque chose de très fort que la politique n’a pas fondé. Puisque avant tout, on habite ensemble. Ce coin là (il le pointe du doigt), on y est nés, on y est éduqués et on a grandi ici. C’est mon jeune frère, je suis son aîné de trois ans. Ce n’est pas la politique qui nous lie. Cette relation, je la gère et lui aussi. Ses problèmes politiques, il ne me demande pas mon avis. Notre relation est une relation fraternelle. S’il est à Thiès, s’il a le temps, il passe me voir, me saluer et venir à la mosquée pour prier. Je veux seulement dire que je n’ai aucune influence sur Idrissa Seck. Je le dis parce que y’a beaucoup de gens qui ont tellement parlé de notre amitié et qui pensent que j’ai une influence sur lui. Je n’ai aucune autorité sur lui. C’est vrai que tout de même on a une relation très fraternelle. Ce n’est pas une relation politique encore une fois, c’est une relation humaine qui existe entre nous comme deux bons musulmans.

On parle d’absences répétées au niveau de la mairie qu’il gère, que pensez vous de cette conduite du maire ?

Pour ses absences répétées, je n’y vois pas d’incovenients puisque je sais que c’est un grand homme, un intellectuel, un administrateur qui sait ce qu’il fait. Peut être pour ses absences au niveau de la mairie sont indépendantes de sa volonté… Peut être aussi qu’il a confiance en ceux qui sont là et à qui il a pu donner des instructions et des orientations pour la bonne marche de la mairie. Je pense que si ses absences freinaient la bonne marche de l’institution municipale, il aurait réagi depuis. Je me dis simplement qu’il a confiance en ces gens qui sont ici à la mairie.

Abdoulaye Wade est réélu pour son second mandat. Que pensez de son bilan et de ce qu’il pourrait apporter au peuple sénégalais ?

Si vous vous rappelez bien, il y’avait quelque chose que j’avais dit lors de mon sermon de la Tabaski. J’avais dit que la situation politique peut être à un niveau où le président doit faire une lecture et une analyse du passé. Senghor a fait 25 ans ici, Abdou Diouf et son régime ont fait 20 ans. Senghor en vingt cinq ans a installé une république, Abdou Diouf quant à lui a instauré l’Etat et a élargi la démocratie. Abdoulaye Wade en sept ans a consolidé l’alternance. Et en plus il a réussi à faire des réalisations concrètes. J’avais aussi lancé un appel à l’opposition pour dire que s’ils ont un adversaire comme maître Wade il faut faire très attention. Car, on peut se trouver dans une situation où il faut éviter que tout le peuple soit contre toi. Il n’y avait que le pharaon qui fût dans cette situation et cela avait mal fini pour lui !! Donc une concertation s’imposait. Il fallait que tout le monde fût assis autour d’une table pour trouver une solution. Et j’avais aussi dit que prendre le fauteuil d’un adversaire redoutable comme Wade serait très difficile pour beaucoup de raisons. D’abord, il est par son âge expérimenté et intelligent, ensuite il a confiance en son bilan pour avoir réalisé plusieurs chantiers bien qu’il reste beaucoup de choses aussi à faire. Donc, lui ravir la couronne serait très difficile. Et pour toutes ces raisons, d’amples discussions s’imposaient entre leaders de partis et que chacun d’entre eux puisse comprendre que l’opposition doit être bien représentée à l’assemblée nationale.

Nous avons constaté justement qu’ils ont prévu de boycotter les élections législatives….

C’est une grave erreur de boycotter les élections législatives ! C’est vraiment une bourde ! C’est mon avis. Car Abdoulaye Wade a travaillé avec Diouf et quand il s’agissait de défendre ses idées, il le faisait. Parfois même il claquait la porte pour sortir en plein conseil de ministres s’il n’était pas d’accord ! Eux aussi, devaient prendre des positions de ce genre s’il le faut. Si tout le monde ne peut pas faire partie de son gouvernement, il faut que quelques uns représentent au moins leur parti dans le gouvernement. Parce qu’aussi si tout le monde boycotte et se retrouve sans voix à l’assemblée nationale, ce serait dangereux pour un parti. Donc, je crois que s’ils s’étaient concertés, ils pouvaient éviter cette bourde. En dépit de ce comportement de l’opposition, je demande au président de la République d’user de cette sagesse que Dieu lui a léguée et que tout le peuple lui connaît pour ne pas fermer les portes et qu’il les appelle autour d’une table et discuter.

Et s’il ne le faisait pas ? Ce qui semble être possible pour certains car on agite de plus en plus la carte Karim Wade pour succéder à son père…..

D’abord je n’y crois pas ! Je ne connais pas Karim Wade, je ne l’ai jamais vu si ce n’est à la télé. Je ne peux pas croire que son cœur bat pour le pouvoir. Et je crois aussi qu’avec ce parcours de Wade et tout ce qu’il a fait jusque là, il ne pense pas pousser son fils à prendre le pouvoir. Je n’y pense pas du tout.

Ne pensez vous pas qu’il est temps de terminer les chantiers de Thiès ?

Mais bien sûr ! Ces chantiers de Thiès, ce sont les chantiers de Ablaye Wade. Ce ne sont pas les chantiers d’Idrissa Seck. Ce dernier n’était qu’exécuteur. C’est Ablaye Wade qui lui avait confié ce travail et c’est Ablaye Wade qui a aussi arrêté ces chantiers. Les populations thiéssoises ne demandent pas plus que ces chantiers se poursuivent. C’est pour l’intérêt de toute la ville Thiès, de l’Etat et du pays. C’est ce qu’on veut ! Et en dehors de toute considération politique, on doit continuer ces fameux chantiers de Thiès. Ce n’est dans l’intérêt de personne que cela stagne comme ça. Cela n’a aucun sens. Les gens conçoivent mal la politique malheureusement. Les opinions diffèrent. Et sincèrement, entre ces deux là (Wade et Idy) le mieux c’est d’en dire de choses qui unissent. Personne ne doit tirer des ficelles pour que leur relation se détériore davantage. C’est mon avis. Ce n’est pas pour l’intérêt du peuple d’essayer de les diviser encore. Parce que ces deux là ont partagé beaucoup de choses et ont franchi ensemble plusieurs obstacles. Donc rendons grâce à dieu et que ces chantiers de Thiès soient à nouveau repris pour l’intérêt de la ville et celui du pays. Comme j’avais dis tantôt, Abdoulaye Wade est le président de la République, et aussi moi je n’ai jamais cessé de dire à Idrissa Seck que Wade est son père et il a intérêt à être avec lui. C’est ce que j’ai toujours dit et je ne cesserai de le dire. Pour terminer, je souhaite beaucoup de bonheur et de succès à votre journal.


À voir aussi

Abdoulaye Diop, ministre de l’emploi : « Les jeunes doivent passer de chercheurs d’emplois à créateurs d’emplois »

Ministre de l’Emploi, de l’Insertion professionnelle et de l’Intensification de la Main-d’œuvre, Abdoulaye Diop a …

Landing Savané contre l’arrestation de Khalifa Sall

En conférence de presse e samedi, Landing Savané se démarque de l’arrestation du maire de …