Accueil / ACTUALITES / Immigration Israël ne sait que faire de ses Africains ‘’infiltrés’’

Immigration Israël ne sait que faire de ses Africains ‘’infiltrés’’

REWMI.COM Le gouvernement de Benyamin Netanyahou avait soulevé une indignation générale à travers le monde lorsqu’il avait annoncé, il y a de cela quelques mois, un plan unique dans son genre de rapatriement d’immigrés africains dans des pays d’accueil qui auraient signé des accords dans ce sens. Faute de quoi, ils seront jetés en prison. L’Ouganda et le Rwanda étant les pays indexés à cet effet, même si les autorités de ces pays s’inscrivent en faux contre de telles allégations.

Cette façon de gérer l’immigration clandestine a été vivement critiquée, y compris à l’intérieur d’Israël par des organisations de la société civile.

Ce 24 avril, dans une déclaration faite à la Haute de justice, le gouvernement admet renoncer à ce projet. Il faut dire que la justice israélienne a peu souscrit au projet en ordonnant, parfois, la libération immédiate d’immigrés mis dans des camps.

Toutes les décisions de reconduction ont été ainsi annulées par un gouvernement qui a manifestement fait preuve d’excès de zèle dans la gestion d’un dossier auquel se trouvent confrontés tous les pays du monde. Il n’y a pas un seul Etat où la question de l’immigration ne se pose pas.

En tout état de cause, la politique africaine d’Israël est pleine de contradictions. Au moment où en effet l’Etat hébreu mène une offensive tous azimuts pour séduire les pays africains, notamment de l’Afrique noire, il est étonnant qu’il se verse dans une forme de stigmatisation d’immigrés qui ont eu le seul tort d’essayer de fuir les guerres et la misère dans leurs pays.

Aujourd’hui, au moment où les pays dit nantis s’évertuent à trouver des solutions à l’immigration clandestine, Israël a tout intérêt à s’inscrire dans une dynamique de réflexion collective pour essayer de trouver des solutions ponctuelles et structurelles à long terme.

Il ne sert à rien de s’acharner sur des gens dont les conditions d’existence dans leurs pays ont toujours été difficiles, au point qu’ils cherchent des voies de sortie.

Les pays africains qui accepteraient de se prêter à ce jeu inhumain seront coupables d’une entreprise funeste, parce qu’inhumaine et dégradante.

Malheureusement, l’insécurité et le terrorisme sont la lie du populisme alimenté par une extrême droite qui ne cesse de gagner ses lettres de noblesse dans de nombreux Etats.

Il est pourtant paradoxal que le peuple juif, qui a connu de nombreuses injustices de par le passé, ne mette pas en place des gouvernements capables de comprendre la misère d’Etats africains pris à la gorges des règles économiques et financières internationales impitoyables et à l’impérialisme de superpuissances qui imposent leurs diktats.

Mieux, de par le passé, Israël avait encouragé et procédé au rapatriement sur son sol de nombreux juifs éthiopiens, les Falashas, descendant de la Reine de Shaba et du roi Salamon.

Aujourd’hui, au nombre de 90 mille, ils vivent en Israël tant bien que mal, considérés comme des citoyens à part entière.

L’Afrique n’approuve pas toujours les initiatives d’Israël, surtout par rapport à la colonisation des territoires, au conflit palestinien, mais elle reste un partenaire pour ce pays et mérite que ses ressortissants soient mieux considérés, même s’ils sont ‘’infiltrés’’, c’est-à-dire en situation irrégulière.

C’est ce discours que l’on aurait aimé entendre nos dirigeants tenir à l’endroit de leurs homologues de ce pays. L’Afrique aurait dû, en son temps, condamner fermement la démarche et mettre en garde les pays qui seraient tentés d’être complices. Eh bien, comme toujours, il n’en est rien.

Il a fallu attendre que la justice et la société civile israéliennes se chargent de défendre les Africains en annulant les effets des mesures administratives intolérables prises par leur gouvernement.

Tout indique en effet qu’Israël ne sait pas quoi faire de ses immigrés africains.

Eh bien, qu’elle fasse comme tout le monde : les tolérer tout simplement tout en luttant efficacement contre leur entrée.

Assane Samb/Rewmi quotidien

À voir aussi

Présidentielle 2019 : Vers une alliance Sonko-Bougane

Le leader de Pasteef, Ousmane Sonko juge pourrait s’allier avec Bougane Guèye Dany à la …

Exploitants forestiers: Une disparition mystérieuse !

  La gendarmerie a dévoilé les premiers éléments de l’enquête de la disparition « mystérieuse » des …