Accueil / ACTUALITES / Et si on en parlait… Impôts sur les salaires des députés : L‘aveu de Moustapha Diakhaté

Et si on en parlait… Impôts sur les salaires des députés : L‘aveu de Moustapha Diakhaté

Où va donc le Sénégal avec sa classe politique ? C’est une question qu’il urge de poser. Ousmane Sonko, responsable politique qui a quand même la chance d’être Inspecteur Principal des Impôts contrairement à beaucoup des politiciens de ce pays qui n’ont aucun métier fiable, a soulevé un débat grave sur le non-paiement d’impôts par les députés.
En raison de sa fonction et de son statut d’auditeur interne à la Direction du Contrôle à l’institution fiscale et domaniale, Monsieur Sonko ne peut se permettre de balancer une information aussi grave.

Ce qu’il révèle ne fait que rendre compte de la nature antirépublicaine de certaines pratiques de l’Assemblée nationale avec des députés absentéistes, somnambules et cumulards qui croquent les financières publiques en se mettant en marge des normes fiscales. Et Moustapha Diakhaté verse dans un plaidoyer pro domo pour se défendre et défendre les autres.

Malheureusement, dans son apologie désastreuse, il révèle que ce sont les services compétents de l’Assemblée nationale qui ont failli à leur mission, portant préjudice au trésor public. « Le non reversement (sic) de l’impôt sur le salaire des députés ne saurait être imputé aux parlementaires. Ce n’est pas leur job (sic). Ce travail relève des services compétents de l’Assemblée nationale », dit-il.

Et quelle révélation ! En voulant se défendre, il enfonce les services de l’institution parlementaire elle-même pour justifier une estafilade qui met à nue la conception sénégalaise de la fonction de député : jouir de pouvoir et d’avoir !

L’éthique et le devoir moral l’obligeaient, lui Moustapha Diakhaté, Président du Groupe parlementaire de la majorité, à alerter l’autorité suprême de l’Assemblée nationale sur cet acte hors la loi qui n’est qu’un reflet de prédation délibérée de l’argent du contribuable.

C’est hideux de se taire devant une faille illégale juste pour continuer d’en jouir. Où est donc cette gouvernance vertueuse qu’il ne cesse de vouloir défendre dans les répliques politiciennes qu’il sert pour défendre le « Macky » ? Où peut exister une gouvernance vertueuse quand ceux qui la clament ne font que jouir de privilèges indus qui ne sont que de l’escroquerie accoutrée d’apologie de larcin ?

Certains actes de la majorité et certains de leurs avantages financiers faramineux sont une simple trahison du suffrage universel.

Des citoyens, des entreprises et des fonctionnaires subissent une épreuve fiscale insoutenable avec des impôts disproportionnés alors que ceux qui sont sensés les représenter et œuvrer à un allègement du fisc ne payent même pas l’impôt.

Si les services compétents de l’Assemblée nationale chargés de le faire appliquer ont failli c’est parce qu’une complicité non dite pue son fonctionnement. Cette législature est finalement un désastre aussi bien par le triste spectacle qu’il offre au peuple que par les connivences insolites et les craquelures du traitement salarial des députés.

Quelle Assemblée nationale ! On y outrage. On y conspire. On y trame. Et voilà qu’on y occulte un maraudage de l’impôt sur le revenu, un revenu de prestige et de gloire perçu par des députés dont les uns sont absentéistes, les autres des ensommeillés et le reste des thésauriseurs de postes électifs !
Les services compétents de l’Assemblée nationale n’ont pas fait leur travail. C’est le Président du Groupe parlementaire du « Macky » qui le révèle.

Le Piroguier

À voir aussi

GO: Me Babou plaide son ‘’wakhe-wakhète’’

Comme quoi, notre langue peut se révéler un jour notre pire ennemi.  Comme quoi, l’émotion …

Professeur Jacques M Nzouankeu : « le président n’est pas en train d’exercer un mandat de 5 ans… Cet article ne le concerne pas »

Le professeur de Droit, Jacque Mariel Nzouankeu s’est prononcé sur le débat politique en cours …