téléchargement

INAUGURATION DE L’USINE « ATLANTICK SEA FOOD » DE SANGALKAM Macky Sall en  terrain miné

 

Le président de la République, Macky Sall, doit inaugurer l’usine à polémique, « Atlantick Sea Food ». Cette usine épinglée par les autorités sanitaires et militaires pour non-respect des normes hygiéniques est, aujourd’hui, confrontée à une bataille interne  entre les actionnaires. Demain, le chef de l’État aura du pain sur la planche puisque la population locale compte lui réserver un accueil peu honorable. Pis, à l’intérieur de  l’usine, il faut s’attendre à ce que les actionnaires qui sont en conflits se donnent en spectacle devant le président de la République.

La visite du président de la République annoncée demain dans les départements de Pikine et Rufisque, risque d’être mouvementée surtout dans la Commune de Sangalkam où une « bombe » écologique est en train d’être créée sans que personne ne pipe mot.  La société « Atlantick Sea Food » est accusée  de déverser 24/24 ses eaux usées et toxiques dans un petit puits, utilisé comme une fosse septique. Une accusation confirmée par le Laboratoire d’analyses et d’essais, de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), à qui on avait confié l’analyse de ces eaux usées de la société « Atlantick Sea Food SA », révèle dans son rapport du 15 mars 2016, que  l’échantillon présente un fort taux d’azote. Par conséquent, le laboratoire avait recommandé à la direction « Atlantick Sea Food » de faire un pré-traitement avant l’évacuation des eaux sous peine de contaminer la nappe et l’environnement.

Une visite à haut risque

Le président de la République, qui doit effectuer une visite dans l’usine, doit rencontrer plusieurs obstacles, une délégation technique de la présidence qui s’est rendue sur les lieux pour une visite de terrain a été avertie par le vieux Adama Sarr, qui s’oppose qu’on utilise ses terrains pour construire une route provisoire afin d’accéder à l’usine. L’argument soutenu par le vieux est que la zone n’est pas celle de l’industrie mais plutôt  d’habitation. Entre autres obstacles, il y a le Collectif des jeunes de Sangalkam piloté par  Moustapha Tine. Ce dernier et ses camarades qui ont porté le combat au plus haut niveau de l’État ne comptent pas baisser les bras et promettent de se faire entendre. À en croire le président Tine, Le ministre de la Pêche et de l’Économie maritime, Oumar Guèye, par ailleurs, Marie de la Commune de Sangalkam, est accusé par ledit collectif d’être en mèche avec les pollueurs et refuserait de dire la vérité au président de la République.

4 plaintes contre la société dorment dans les tiroirs

Selon nos sources, « Atlantick Sea Food » qui devrait être l’une des plus puissantes de l’Afrique de l’Ouest, est née grâce à une visite que le président Macky Sall avait effectuée  à Saint Petersbourg (Russie) le 06 décembre 2013 oùn il avait rencontré personnellement  Oleg Iantovski. Une fois l’accord avec le président de la République signé, Oleg Iantovski avait délégué ses pouvoirs de Directeur général à Maksim Palamarchuk. En 2014, Oleg Iantovski décide de vendre  à Artem Bektimrov les 80% de sa société et le reliquataire de 20% sont revenus à une de ses sociétés dite « Nelson Food ». M. Bektimrov, au cœur de la pollution dans le département de Rufisque, est aujourd’hui trainé devant les tribunaux sénégalais pour plusieurs délits, sans suite. Sur les quatre plaintes, aucune n’est élucidée.

Le dossier était en entre les mains de la Dic et puis la brigade de Thionck. Tout puissant, Artem Bektimiroy  a pris la direction de la société depuis un certain temps  en justifiant l’augmentation de la société et selon nos sources, il a tout simplement  informé  par téléphone Oleg Iantovski de ces changements. Maksim Palamarchuk débarqué de la tête de la société a porté l’affaire devant la justice sénégalaise. « Artem Bekitimirov a volé les 20% de la société Diamo investissement. C’est évident, car il était l’actionnaire majoritaire d’Atlantik Sea Food. M. Bekitimirov a usé de son pouvoir  en menaçant Ruslan Solomko de violer les règles de l’OHODA par l’augmentation du capital. Il a aussi profité de de l’absence  de Oleg Iantovski en cherchant à s’enrichir sur son dos  en s’accaparant illégalement des 20% », peste Maksim Palamarchuk. Depuis deux jours, nous cherchons la version  du directeur  de la société, Artem Bektimiroy, en vain.

Ibrahima Khalil DIEME

Voir aussi

presi-juppe-1-1

Le Président du MEDS, invité d’Alain Juppé à Bordeaux

Ce sont les perspicaces radars de Rewmi Quotidien, déployés au pays de Gaulles, qui nous …