Accueil / SOCIETE / Indépendance de la justice: Acteurs, la presse, les politiques et la société civile se penchent sur la question

Indépendance de la justice: Acteurs, la presse, les politiques et la société civile se penchent sur la question

 

Une journée d’échange et de réflexion sur le thème : « Pour une indépendance effective de la justice : quels rôles pour les acteurs judiciaires, les autorités politiques, la presse et la société civile ? », a été organisée, hier, par la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh). En effet, les différents acteurs se sont penchés une fois de plus sur la question d’indépendance de la justice. 

 Me Assane Dioma Ndiaye, Président de la Ligue sénégalaise des droits humains, a indiqué que l’objet de cette journée de réflexion c’est qu’ils ont constaté que toutes les réflexions ont été faites sur l’indépendance de la justice. Et, l’Etat a exprimé sa bonne intention, l’Union des magistrats du Sénégal (Ums) a formulé ses revendications, il y a une commission qui a été mise en place aux fins de recueillir tous les avis. « Cette commission a fait son travail et nous assumons, aujourd’hui, qu’il faut une étincelle pour que les choses bougent. Et, la Ligue sénégalaise des droits humains (Lsdh) prend la responsabilité de réunir tous les acteurs et de faire en sorte que les choses bougent. Par ailleurs, nous allons vers des échéances extrêmement importantes où la justice aura un rôle fondamental à jouer et la justice, c’est le socle, c’est le régulateur de la justice », a-t-il dit. Il ajoute : « si nous allons vers ces échéances sans cette justice qui soit crédible, légitime, acceptée par tous, nous allons vers des périls. Il faut donc comprendre notre cri de cœur. Il faut amorcer très rapidement ces réformes et faire en sorte aujourd’hui qu’il y ait une réconciliation de la justice avec le peuple. Et surtout que tout le monde s’accroche à cette justice parce que cette justice a besoin d’être soutenue. Mais pour être soutenue, il faut qu’elle soit crédible, il faut qu’elle soit légitime ».

Abordant également le thème de la journée, Me Mbaye Guèye, Bâtonnier, a soutenu qu’on ne peut pas être catégorique par rapport à l’affirmation disant que la justice est indépendante. « Je le dis parce qu’il y a des obstacles institutionnels. A l’indépendance, nous avons choisi le système qui devait aboutir à une autre approche de l’indépendance de la justice. Nous n’avons pas choisi l’approche de l’autorité judiciaire. Nous avons choisi pour la justice qu’elle soit un pouvoir judiciaire. Or, le pouvoir regroupe certaine chose que la justice n’a pas. Lorsque pour un pouvoir son budget relève d’un autre pouvoir, cela pose problème. Lorsque les acteurs de ce pouvoir sont recrutés et payés par un autre pouvoir, je me demande comment on peut affirmer que c’est un pouvoir et surtout un pouvoir indépendant. Il faut d’abord lever cette incompréhension ». Par ailleurs, le bâtonnier a informé qu’il milite à la création d’un juge des libertés, pourquoi ? « Parce que sur le principe, il n’est pas possible d’accepter plus longtemps qu’une partie au procès soit une partie privilégiée, comme le parquet décide de la libération ou de l’emprisonnement d’une autre partie. Sur le principe il y a quelque chose qui ne marche pas. Le sort d’une partie au procès ne peut pas dépendre de la volonté d’une autre partie. Je considère que lorsque la gendarmerie, la police arrête un citoyen sénégalais et le défère devant le procureur de la République, c’est à un juge indépendant de décider au sort de ces personnes-là. C’est une pression que le parquet met et qui est tout à fait inacceptable ». Pour sa part, le président de l’Union des Magistrats du Sénégal (Ums), Souleymane Teliko, a dénoncé le fait qu’il n’y a ni transparence ni objectivité dans le choix des magistrats de la Cour suprême. Selon lui, ces derniers sont élus par le Président de la République sans aucune concertation.

Cheikh Moussa SARR

 

 

À voir aussi

Colobane: Affrontements entre commerçants et policiers

Les grenades lacrymogènes tonnent à Colobane. Le marché a été transformée en champs de bataille. …

500 kilogrammes de yamba saisis

Belle prise des agents des eaux et forêts. Selon la Rfm, ils ont intercepté dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *