Indice Mo ibrahima: Le Sénégal 10e sur 154 Pays

Le Sénégal est 10e sur 54 avec un score global de 60,8 sur 100, dans le classement de l’Indice Mo Ibrahim 2016 de la gouvernance africaine (IIGA), publié lundi.

Son score s’est ainsi amélioré de +3,7 points au cours des dix dernières années, indique un communiqué de la Fondation Mo Ibrahima. Le texte souligne que « le Sénégal est l’un des trois pays qui a amélioré son score dans les quatre catégories de l’IIGA au cours de la dernière décennie ».

Le dernier IIAG relève une dégradation assez largement répandue dans la catégorie Sécurité et État de droit. Cette situation a pour conséquence de freiner l’amélioration de la gouvernance globale en Afrique au cours des dix dernières années.

Parmi les faits saillants, l’édition 2016 de l’Indice Mo Ibrahim indique que « le score moyen du continent en matière de gouvernance globale a progressé d’un point » au cours de la dernière décennie. Il note aussi que « depuis 2006, 37 pays – où vivent 70 % des citoyens africains – ont enregistré une amélioration de leur gouvernance globale ».

La Côte d’Ivoire est le pays qui a enregistré « la plus forte progression au niveau de la Gouvernance globale au cours de la dernière décennie (+13,1 points), suivie par le Togo (+9,7 points), le Zimbabwe (+9,7 points), le Libéria (+8,7 points) et le Rwanda (+8,4 points) ».

Au niveau de la Gouvernance globale, les trois pays en tête du classement en 2015 sont Maurice, Cabo Verde et le Botswana et les trois pays ayant enregistré les plus fortes progressions au cours de la dernière décennie sont la Côte d’Ivoire, le Togo et le Zimbabwe.

La catégorie Sécurité et État de Droit est la seule de l’Indice ayant enregistré une tendance négative au cours de la dernière décennie, avec une baisse de -2,8 points en dix ans.

En 2015, près des deux tiers des citoyens africains vivent dans un pays où l’indicateur Sécurité et État de Droit s’est détérioré au cours des dix dernières années.

L’Indice Mo Ibrahim fait par ailleurs état d’un recul de -8,7 points du score moyen du continent pour l’indicateur corruption et bureaucratie au cours de la dernière décennie, avec 33 pays ayant enregistré une dégradation, dont 24 atteignant en 2015 leur plus mauvais score de la décennie.

Néanmoins, il souligne qu’ »une grande majorité (78 %) des citoyens africains vivent dans un pays où les résultats enregistrés en matière de participation et les droits de l’homme se sont améliorés au cours de la dernière décennie ».

A contrario, « les deux tiers des pays du continent – soit 67 % de la population africaine – ont enregistré une détérioration en matière de liberté d’expression au cours des dix dernières années ».

En 2015, plus des deux tiers des citoyens africains (70 %) vivent dans un pays où la catégorie développement économique durable a progressé au cours des dix dernières années.

L’indicateur infrastructures numériques et des TIC est celui ayant enregistré la plus forte progression (sur 95) de l’IIAG au cours de la dernière décennie.

40 % de la population du continent vit dans un pays dont les résultats en matière d’infrastructures électriques se sont dégradés au cours de la dernière décennie, une situation qui affecte plus de la moitié de l’économie africaine.

Le léger recul de -0,8 point enregistré en moyenne au cours de la dernière décennie dans la sous-catégorie Environnement des entreprises masque des tendances très divergentes selon les pays, avec 24 pays en recul (dont cinq pour plus de 10 points), et 28 en progression (dont cinq pour plus de 10 points).

Quarante-trois pays, où vivent plus des quatre cinquièmes (87 %) de la population africaine, ont enregistré une progression dans la catégorie développement humain au cours de la dernière décennie, avec le Rwanda, l’Éthiopie, l’Angola et le Togo progressant de plus de 10 points au cours de la dernière décennie.

Le communiqué de presse souligne que ’’tous les 54 pays couverts par l’IIAG ont enregistré une progression en matière de mortalité infantile au cours de la dernière décennie’’.

Au cours des dix dernières années, l’indicateur Pauvreté a progressé de +7,2 points pour la moyenne continentale ; avec 29 pays – soit 67 % de la population africaine – enregistrant une amélioration.

Voir aussi

POUR LA MICRO FINANCE ET LE PALUDISME La BID débourse 51 milliards

La Banque Islamique de Développement (BID) a signé un accord de financement tripartite avec le …