Accueil / ACTUALITES / Indifférence de l’Etat- La grande marche des enseignants vers le pouvoir ?

Indifférence de l’Etat- La grande marche des enseignants vers le pouvoir ?

Face à l’indifférence totale de l’Etat et des attaques inintelligentes au plus haut sommet, les syndicats d’enseignants seraient contraints de verser dans l’ultime combat. Instinct de survie d’une corporation traînée dans la boue et mal considérée. A un an d’une présidentielle où n’importe qui pourrait devenir Président. Alors, voudraient-ils faire le grand saut ? Tout porterait à le croire.

La grande marche réussie à Kaolack des syndicats d’enseignants les plus représentatifs et significatifs de l’espace scolaire, a donné des sueurs froides à l’Etat. De mémoire dans la longue marche des combats, la marche du jeudi 1er restera gravée dans les mémoires. Une foule immense, déterminée et en ordre de bataille, a marché sans accroc sous bonne escorte des forces de l’ordre. Il est vrai que la distance entre Dakar et le bassin arachidier devrait faire penser à un fiasco, mais le contraire s’est produit. Et c’est le ministre Serigne Mbaye Thiam, problème et solution face à la crise qui en rajoute, ouvrant ainsi une brèche aux conséquences incalculables pour l’école. En accusant les enseignants de «manipuler les élèves» qui sont toujours en grève, n’est pas pour arranger les choses. Il rend le Président de la République encore plus exposé aux critiques d’une jeunesse mal scolarisée, qui réclame, six mois après l’ouverture des classes, des professeurs dans les trois disciplines fondamentales et scientifiques. Alors, ce qui a certainement motivé les réactions des six centrales qui contrôlent plus de 85% des enseignants dans les secteurs de l’élémentaire, du moyen et du secondaire à des mutations, comme cette idée agitée lors de la grande marche de s’allier avec certaines forces politiques pour prendre le pouvoir. Si une telle idée prospère, cela va faire mal. Et c’est ce qui risque d’arriver car le pouvoir continue à minimiser ces forces syndicales qui commencent à prendre goût aux masses populaires, à prendre conscience de leur force de frappe. C’est le corps de métier où pratiquement tous les militants détiennent la carte d’électeur, votent et siègent dans tous les bureaux de vote sur l’étendue du territoire national. Alors attention !

Pape Amadou Gaye

À voir aussi

Victoire des Lions: Le football ‘’réconcilie’’ la classe politique

Le football ‘’réconcilie’’ la classe politique Le sport, et plus particulièrement le football, a des …

Arrestation du présumé meurtrier à la Sicap  Rue 10: Ce n’était pas au domicile familial de Mbagnick Diop

Halte à l’amalgame !  La recherche du sensationnel pousse parfois certains journalistes à mêler les noms …