Infrastructures- Le Ppdc liste ses réalisations en Casamance

 Ceux qui pensent que le Projet Pôle de Développement de la Casamance (Ppdc), est une coquille vide peuvent déjà se détromper. Parce que le Ppdc est en phase de concrétiser ses projets dans cette partie Sud du pays. Son coordinateur, Youssouf Badji, a fait un bilan à mi-parcours de ses réalisations dans plusieurs domaines.

En sachant que la paix durable en Casamance passera par le développement durable, l’actuel régime a lancé le Projet Pôle de Développement de la Casamance (Ppdc), financé pour un montant global de 23 milliards Fcfa par l’État et la Banque Mondiale.

Pourquoi PPDC dans la partie Sud

« Ce projet qui s’exécute dans un environnement de conflit, fonde sa stratégie opérationnelle sur la mobilisation et la responsabilisation des communautés à la base. Les mécanismes endogènes de prise en charge par les populations de leur destin à travers leurs franges les plus dynamiques ont été sollicités. Le schéma de construction des chaines de valeurs riz, horticole et ostréicoles (huîtres) repose sur l’appui et l’accompagnement des Organisations paysannes (Op) pour stimuler le développement socio-économique des populations. Sur une base contractuelle, le Ppdc s’est engagé à mettre à la disposition des institutions des agriculteurs de la Casamance,  les moyens matériels, techniques, humains, aux agriculteurs et leurs institutions.»

La dynamique en cours

«C’est ainsi que le Ppdc a confié à l’Ageroute, la réalisation du programme des pistes, ainsi que de la mise au point de mécanisme de leur entretien par les communautés. L’Agetip va réaliser les plateformes économiques et autres infrastructures de marché, des ouvrages de vallées. La Sodagri mettra en œuvre le développement de riz de vallées dans le Kolda, y compris des aménagements de vallées pour élargir davantage les offres de services. L’Anida est chargée de réaliser les fermes maraîchères d’une dizaine d’hectare en moyenne. Le Fndasp sera responsabilisé dans le renforcement des capacités des communautés et de leurs institutions. Par cette démarche, le Ppdc va orienter les activités de tous les partenaires dans un processus de développement capable de générer des métiers en milieu rural, notamment dans la logistique des produits agricoles, les services financiers, Internet, etc.»

Bilan à mi-parcours

«Dans le domaine du suivi, le Ppdc a noué une entente avec l’Université Assane Seck de Ziguinchor pour participer à l’établissement de la situation de référence. C’est une expérience qui vise à faire participer l’Uasz à la recherche sur la problématique de développement socio-économique du Pôle. Ainsi, quatre enseignants-chercheurs ont-ils été impliqués dans cette étude qui va mobiliser des étudiants ainsi que d’autres personnes-ressources pour atteindre les divers terroirs. Ce cadre institutionnel d’exécution du projet épouse la volonté du chef de l’Etat de faire du Ppdc le fer de lance du développement de la Casamance. Le projet a fini de poser les fondements d’un cadre opérationnel pour réaliser tout projet de naturesocio-économique que l’État voudra lui confier.»

Projets en cours d’exécution

«Six mois après l’approbation de son premier budget annuel, le Ppdc a démarré les travaux d’aménagement de vallée à Diégoune dans la région de Ziguinchor et à A Diama, Bacoum, Talto dans la région de Sédhiou. Ceux-ci vont permettre d’optimiser les conditions d’exploitation de 650 hectares au cours de cet hivernage. Le traitement de points critiques a démarré sur l’axe Affia– Carrefour Ndiaye dans la région de Sédhiou. Les études pour la réalisation des pistes complémentaires y compris la boucle du Fogny, seront disponibles en fin d’année. Les travaux vont ainsi démarrer en 2016 dans l’ensemble des 3 régions du Pôle Territoire de la Casamance.»

Domaine Agricole

Pour la présente campagne agricole, le projet Pole de Développement de la Casamance va contribuer pour 2033 tonnes de semences de riz de variétés de vallées, de plateaux, de mangrove, dans la mise en œuvre du Pracas. Les semences ont été payées des Coopératives productrices des 3 régions de Sédhiou, Kolda et Ziguinchor, avec l’aval de la Banque Mondiale. Cette opération permettra à terme d’injecter environ un milliard de F Cfa dans le monde rural casamançais. Le projet a racheté les semences selon des stocks disponibles au niveau des agriculteurs. Ainsi, 645 Millions F Cfa sont-ils allés directement aux agriculteurs contre 225 Millions à un opérateur privé.

Les organisations de producteurs ont été responsabilisées pour la distribution des semences, tandis que les services de l’Etat assurent le contrôle de qualité, le niveau des stocks et des enlèvements. Ces opérations sont toutes documentées à travers des supports remis aux différents acteurs. L’approvisionnement des points de distribution est complet dans le département de Vélingara. A Medina Yoro Foula et à Kolda, les points de distribution seront approvisionnés à niveau dans une semaine.

A Sedhiou,  l’approvisionnement des points de distribution a démarré à Djiredji cette semaine. A Ziguinchor, l’approvisionnement total des points de distribution dans le Département de Bignona est espéré dans 15 jours dans l’ensemble de la région.

Propos recueillis par Ibrahima Khalil DIEME

Voir aussi

GO-Pourquoi a-t-il boudé, le Diao Baldé ?

Quand on n’est pas encore un Drogba, ou un El Hadj Diouf, il faut savoir …