Accueil / ACTUALITES / Infrastructures routieres 16,4 milliards FCFA investis pour la réfection du tronçon Fatick-Kaolack

Infrastructures routieres 16,4 milliards FCFA investis pour la réfection du tronçon Fatick-Kaolack

Le Président de la République, Macky Sall, a inauguré hier le tronçon Fatick-Kaolack sur la route nationale numéro 1. Cette cérémonie a été marquée par la présence, entre autres, du Premier ministre,  de  Abdoulaye Daouda Diallo Ministre du Transport, des Infrastructures et du Désenclavement, celui des Sport Matar Ba, des autorités administratives, politiques et coutumières.

Le PRESIDENT de la République, Macky Sall a inauguré, hier matin, le tronçon Fatick-Kaolack, d’un coût global de 16, 4 milliards de francs CFA, sur une distance de 42 km. A cet effet, le chef de l’Etat a déclaré que l’inauguration de cette infrastructure routière est née d’une promesse électorale en 2012, réaffirmée en 2013 lors des Conseils des ministériels décentralisés. Pour lui, ce bel ouvrage est un maillon commun de 3 corridors que sont la Transgambienne, l’axe Dakar-Bamako et Dakar-Conakry. Il est entièrement financé par le Sénégal. Ce réseau régional va renforcer la mobilité, le confort et la sécurité définis par les standards internationaux. « Notre souci de sauvegarder durablement nos infrastructures routières, a été satisfait par la qualité du travail de M. Bara Tall. Malgré les injustices subies, la vulnérabilité du sol abritant le tronçon et les défaillances du cahier de charges, il a fait preuve de professionnalisme et de patriotisme avec l’accompagnement de l’État à travers l’AGEROUTE, pour nous livrer aujourd’hui ce bijou », a-t-il souligné. A Kaolack, devant une foule venue  assister à la cérémonie d’inauguration, le Chef de l’Etat a expliqué que la réhabilitation de cet axe routier va revitaliser le réseau régional en offrant aux populations une meilleure mobilité dans des conditions de confort et de sécurité. A l’en croire, il a indiqué que la réhabilitation de cette infrastructure est symbolique de sa volonté de repositionner Kaolack et le Sine Saloum dans leur fonction de carrefour d’échanges et de poumon économique, essentiel pour le développement inclusif et durable de notre pays. « Construire des infrastructures routières dans le Sine-Saloum, c’est redonner un souffle nouveau à notre politique d’aménagement et de développement du territoire. C’est aussi renforcer l’attractivité et le dynamisme économique de la région à travers la valorisation de ses potentialités agricoles, halieutiques, pastorales et touristiques », a-t-il soutenu.

Une injustice réparée envers Bara Tall

 A cette occasion, il a félicité Bara Tall, PDG de Jean Lefebvre. « Une injustice a été réparée pour le bien du Sénégal et de l’entreprise nationale. Vous vous étiez engagé dans mon bureau à reconstruire cette route qui avait  des particularités et des vulnérabilités du fait de la nature du sol et du fait que le cahier des charges ne vous avait pas permis de faire une route avec la consistance que nous avons aujourd’hui », s’est adressé le  Président Macky Sall à l’endroit du patron de Jls. Ce tronçon qui, aujourd’hui, permettra de soulager les souffrances de l’ensemble des usagers de la route, mais aussi pour les riverains qui se sont familiarisés avec la poussière, avait connu un contentieux entre l’entreprise Jean Lefebvre et l’Etat du Sénégal. Ce qui a retardé pendant plusieurs années sa reconstruction. A l’époque, cette société (JLS) dirigée par l’entrepreneur sénégalais Bara Tall  avait réalisé le premier tronçon livré en 2004, pour un montant de près de 10 milliards de FCFA. Ces travaux n’avaient pas tenu longtemps. Ce qui avait poussé l’Etat du Sénégal à demander réparation à Jean Lefebvre parce que non satisfait du résultat final. Les deux parties étaient entrées dans un bras de fer.

TAS révèle les non-dits de la route Fatick-Kaolack

L’ancien ministre des Infrastructures, Thierno Alassane Sall, est monté au créneau pour se faire entendre sur cet ouvrage que  le Chef de l’Etat  Macky Sall  vient d’inaugurer.  D’après une source, le leader du Parti la République des valeurs est en visite de massification à Kaolack.  C’est devant ses partisans qu’il a déclaré que « le projet de réhabilitation de cette route est passé entre mes mains, c’est l’une des raisons qui m’ont fait quitter le ministère des Infrastructures car je n’avais pas les mêmes motivations que ceux chargés de faire le travail. Après 6 ans, elle est inaugurée aujourd’hui, attendons de voir si elle fera long feu ».  D’après lui, « Avec un trafic qui avoisine plus de 100 camions par jour, le tronçon Fatick-Kaolack ne survivra pas longtemps aux assauts des gros porteurs maliens. C’est pourquoi, avec les milliers de milliards collectés, j’avais fait un plaidoyer pour une réinstallation de la voie ferrée, et des partenaires comme la Banque Mondiale me soutenaient. Mais ceux qui prenaient les décisions n’avaient pas la même vision », a-t-il soutenu comme un aveu d’incapacité.

Zachari BADJI

À voir aussi

Bruno Diatta inhumé à Bel-Air

Le chef du protocole de la présidence de la république décédé vendredi dernier sera inhumé …

Wade et Madické en séance d’explication à Doha

Madické Niang est à Doha. C’est l’Observateur qui donne la nouvelle. Le Président du Groupe …