SOCIETE

Inondation au Sénégal 364.602 personnes ont été déplacées en 2012

  • Date: 13 juillet 2015

 Des chiffres tout simplement effarants. Les personnes déplacées en situation d’urgence, à cause des inondations, n’ont jamais été aussi nombreuses en 2012. Elles sont au total 364.602 à être victimes des pluies diluviennes enregistrées dans toutes les régions et en particulier, à Dakar, Thiès, Tambacounda, Ziguinchor et Kaolack.

Au Sénégal, les chiffres sur les situations d’urgence, liées aux inondations, ces dernières années, font froid au dos. Elles concernent la quasi-totalité des localités du pays, à des degrés divers, et affectent surtout la région de Dakar et ses grosses agglomérations périurbaines. Elles sont au total 364.602 personnes à être victimes d’inondations  ou de pluies diluviennes enregistrées  dans toutes les régions et en particulier à Dakar, Thiès, Tambacounda, Ziguinchor et Kaolack. Une situation d’urgence qui a provoqué le déplacement de 24 485 personnes contre 18.314 en 2005, ainsi que la destruction totale ou partielle de 27 323 maisons, de 9 400 jardins et 3 750 champs endommagés, plus particulièrement dans les régions de Kaolack, Fatick, Tambacounda. Ces chiffres ahurissants ont été publiés par le représentant résident de l’Unfpa au Sénégal, Boureima Diadié, à l’occasion de la journée mondiale de la population célébrée ce samedi à Dakar. Avec comme thème : la vulnérabilité des populations en situation d’urgence. Citant un récent rapport de l’Onu, il signale que le nombre de personnes déplacées de force dans le monde avoisine les 60 millions à la fin de 2014. «Au Sénégal, si les inondations résultent d’un retour de la bonne pluviométrie, elles sont essentiellement dues à une politique d’aménagement du territoire inadéquate, entrainant l’utilisation croissante des zones non aedificandi à des fins d’habitation pour des milliers de familles migrantes», a souligné M. Diadié. Il a rappelé que dans les situations d’urgence humanitaire, on estime qu’une femme ou adolescente sur cinq est probablement enceinte. «Comme les sages-femmes qualifiées et les soins obstétricaux d’urgence ne sont souvent plus disponibles, les femmes et les filles enceintes sont alors souvent davantage exposées à mourir ou devenir infirmes», a-t-il ajouté. Sous ce rapport, précise-t-il, le choix du thème vise principalement à informer, sensibiliser et mener un plaidoyer fort pour mettre en lumière les besoins particuliers des femmes et des adolescentes durant les conflits et les catastrophes humanitaires. «Nous voulons attirer l’attention sur la nécessité de garantir, dans ces moments difficiles, les droits et les besoins des femmes et des filles, de manière à préserver leur dignité et à rétablir leur sécurité et leur accès à la santé sexuelle et procréative aussi rapidement que possible», a-t-il fait remarquer. Toutefois, l’Unfpa a salué la volonté du Gouvernement du Sénégal qui s’est engagé résolument dans la lutte contre les problèmes auxquels les populations vulnérables sont confrontées durant les périodes de crise. Une volonté politique qui se matérialise à travers le programme décennal de lutte contre les inondations (2012-2022), d’un coût de 767 milliards de francs Cfa.

Mouhamadou BA

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15