Accueil / ECONOMIE / INQUIÈTUDES SUR LA CAMPAGNE DE COMMERCIALISATION DE L’ARACHIDE À LINGUÈRE Les opérateurs en quête des fonds

INQUIÈTUDES SUR LA CAMPAGNE DE COMMERCIALISATION DE L’ARACHIDE À LINGUÈRE Les opérateurs en quête des fonds

Démarrée le 16 novembre 2015 dernier sur l’ensemble du territoire national, pour ce qui concerne le département de Linguère, zone par essence agricole, la campagne de commercialisation des arachides est au point mort. En effet, sur les vingt trois points de collecte que compte la localité, à la date du 09 janvier 2016, seuls deux fonctionnent timidement. Ces points sont basés à Dahra Djoloff et Gassane avec respectivement les opérateurs économiques Mor Sarr et Abdou Ndoye. Selon ces derniers, les opérations d’achat des graines sont au ralenti faute de financements de la part de l’État du Sénégal. Avant d’ajouter que du coup, le tonnage envisagé pourrait ne pas être atteint. D’après Mor Sarr, il avait comme objectif d’acheter 200 tonnes de graines d’arachide mais jusqu’à la date du 08 janvier 2016, il n’a obtenu que dix tonnes. Interrogeant la direction du Service départemental du développement rural de Linguère conduite par Pierre Badiatte, c’est le statu quo dû à l’absence de crédits en faveur des opérateurs économiques. Quant à Mor Ndiaye Boustane, président du syndicat Japandoo regroupant des paysans, des éleveurs et  pêcheurs du département de Linguère, abondant dans le même sens que ces prédécesseurs, il indique que la situation devient plus qu’inquiétante parce que l’État ne finance pas les opérateurs. Toutefois, il exhorte le Gouvernement à laisser les producteurs  vendre leurs graines dans les marchés noirs où le prix du kg d’arachide est plus bénéfique (240 voire 250 F Cfa).

À signaler qu’au moment où l’État tarde à financer les opérateurs économiques, les producteurs sont satisfaits de la situation car à travers les marchés parallèles, ils vendent leurs graines à des prix plus élevés (240 ou 250 F Cfa le Kg) alors que l’État a fixé le prix du Kg d’arachide à 200 F Cfa  pour cette présente campagne. Ainsi, l’on se pose la question de savoir si les opérateurs auront des graines à acheter ou bien il y aura-t-il, l’année prochaine, des semences pour les paysans car beaucoup de quantités d’arachide sont déjà vendues aux femmes huileuses ou aux Chinois qui squattent les marchés.

Le moins que l’on puisse dire, après plus de deux mois, la campagne de commercialisation des arachides marche à pas de tortue dans le Djoloff à cause du manque de crédits dans les points de collecte.

Samba Khary Ndiaye                                                   

À voir aussi

Industrie mécanique Le secteur a chuté de 62,2% 

En août 2017, il y a eu une baisse de la production dans les industries …

Modernisation des villes du Sénégal Un accord de financement d’un montant de près de 80 milliards de F CFA

Amadou Bâ, Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, a signé avec la Banque …