Imam Massamba Diop, président de l'Ong Jamra

INSÉCURITÉ ET CRIMINALITÉ GALOPANTE JAMRA suggère un référendum sur la peine capitale!

Onze crimes crapuleux en moins de deux mois ! De nos jours, on ne court plus seulement le risque de se faire lâchement agresser dans la rue, en plein jour, mais les honnêtes citoyens ne sont plus en sécurité, même chez eux ! Comme en atteste l’agression mortelle, ce samedi, de la vice-présidente du Conseil économique, social et environnemental, adjointe au maire de Pikine-Ouest, Fatoumata Matar Ndiaye, victime, le jour même du Magal, d’un effroyable assassinat dans son propre domicile, au quartier Khourounar. Forfait d’autant plus ignoble que la victime portait encore fraichement le deuil de son défunt mari ! Aussi, JAMRA et MBAÑ GACCE voudraient-elles respectueusement suggérer au chef de l’Etat, qu’en sus de la nécessité vitale de consacrer à la problématique de la sécurité un Conseil présidentiel spécial, d’organiser une consultation populaire (référendum) sur l’opportunité d’abroger la Loi 2004-38, du 28 décembre 2004, portant abolition de la peine de mort au Sénégal. A la lumière de la forte indignation des populations, largement perceptible à travers les «talk-shows» des médias, il y a fort à craindre qu’elles se hâteront de saisir cette opportunité pour exprimer, démocratiquement, leur impatience à faire changer la peur de camp ! Option de loin préférable à la sanglante vendetta, que nous avons été nombreux à déplorer, il y a deux mois, et dont a été le théâtre la commune de Keur Baye Fall, où des malfrats faisaient impunément la pluie et le beau temps.

K. T. COLY

Voir aussi

MORT DE L’ELEVE SAPEUR CHERIF NDAO  Les suspects jugés le 27 janvier prochain

 Les mis en cause dans l’affaire Chérif Ndao, un élève sapeur-pompier décédé lors de sa …