17 septembre, 2014
Accueil » ACTUALITES » Interpellation de Ousmane Ngom par l’Ige : Les dessous d’une convocation
Interpellation de Ousmane Ngom par l’Ige : Les dessous d’une convocation

Interpellation de Ousmane Ngom par l’Ige : Les dessous d’une convocation

Maître Ousmane Ngom a été reçu par les services de l’Inspection générale d’Etat (Ige), le 25 avril dernier. Il a été interpellé sur des questions relatives à des tractations concernant Sécuriport pour les redevances aéroportuaires, et sur des prétendus marchés fictifs d’achat de véhicules automobiles, de fourniture de matériel électoral pour la Présidentielle de 2007, entre autres griefs.
Nos antennes qui ont suivi l’audience de très près nous signalent que «des informations contenues dans un rapport de la Centif ont été exploitées par les enquêteurs. Et, les responsables de l’Ige veulent que certains points constituant des zones d’ombres ou irrégularités relevées soient clarifiés». Pour rappel, son successeur à l’Intérieur, Mbaye Ndiaye, avait voulu faire une petite lumière sur quelques irrégularités apparentes de la gestion de son prédécesseur. «Des pratiques peu orthodoxes auraient été notées sur les écritures comptables de certains directeurs dudit ministère. Des observations jugées compromettantes ont été transmises à l’Ige qui tente de faire l’éclairage requis avant de déposer ses conclusions sur la table du président de la République.

Selon nos antennes, Me Ousmane Ngom a apporté des réponses sur bien des questions qui lui ont été posées et a promis d’apporter de plus amples précisions après avoir consulté certains documents qu’il a en archives personnelles. Il est, cependant, clair, selon nos antennes, que «des gradés de la hiérarchie policière pourraient répondre de leurs responsabilités sur certains actes administratifs posés». L’on se souvient qu’une enquête, d’abord en interne, avait été initiée, en son temps, par Me Ngom, avant que l’affaire ne s’ébruite et que l’ancien Consul général du Sénégal en Espagne ne soit rappelé. L’homme de confiance du ministre de l’Intérieur d’alors avait d’ailleurs été entendu à la Centif sur les détails du budget de sécurité prévu pour l’Organisation de la conférence islamique (Oci) sous le régime libéral, en mars 2008. Un gap d’une centaine de millions de F Cfa avait été découvert sur la comptabilité dressée à la fin de l’évènement. D’ailleurs, Abdoulaye Wade avait commandité un audit de gestion là-dessus. Et, l’ancien ministre de la Justice, Cheikh Tidiane Sy, avait lui aussi fait saisir la Division des investigations criminelles (Dic).

Ce dossier assez lourd du fait de la personnalité des présumés auteurs des malversations fait partie du lot (2008-2010) des audits soulevés par l’actuel chef de l’Etat, dès sa prise de fonction. Ousmane Ngom n’est pas, du reste, le seul à être sur les tablettes des fouineurs. Notre source parle d’autres responsables de direction ou de service du même ministère, de fournisseurs attitrés et même de grands entrepreneurs de la place. C’est pourquoi, précise-t-elle, lors de la passation de service, certains documents n’ont pas été cosignés par l’entrant et le sortant, alors que d’autres procès-verbaux l’ont été avec la formulation de réserves. La Direction générale des élections, bien avant son érection en département ministériel, retient également l’attention des autorités de l’Ige sur la gestion de certains crédits alloués. Des bizarreries dans les dépenses lors des élections seraient relevées durant des contrôles.

L’Observateur