Accueil / ACTUALITES /  INTRODUCTION DU LIVRE DE HELA OUARDI- Macky constate les failles d’Abdoulaye Daouda Diallo

 INTRODUCTION DU LIVRE DE HELA OUARDI- Macky constate les failles d’Abdoulaye Daouda Diallo

 

L’affaire est trop grave pour être passée sous silence. Sans sanction. Macky Sall sait à quoi s’en tenir avec son ministre de l’Intérieur. Et la décision du Premier ministre n’est pas pour donner la leçon.

Dans d’autres pays, un tel fait n’allait pas se produire, sans conséquence pour le ministre de l’Intérieur. Sans trembler, Abdoulaye Daouda Diallo se targue d’avoir mis en branle ses services pour le ramassage du livre satanique. Triste sort du médecin, après la mort. Comment le livre, avec son contenu exagérant, peut-il s’introduire aisément dans un pays à haute tradition islamique, sans saisie ou censure ? C’est comme s’il y a un complot en lieu. L’écrivaine tunisienne a-t-elle bénéficié de complicité ? Ou ce serait grave pour notre sécurité de voir le livre de Hela Ouardi « Les derniers jours de Muhammad, Enquête sur la mort mystérieuse du Prophète »  trôné librement dans les librairies les plus populaires du pays. Que faisait le ministre de l’Intérieur ? Comment gère-t-il la sécurité intérieure ?

Autant de questions qui devraient intéresser le président de la République sur la gestion d’un homme trop porté sur la chose politique que sécuritaire. Avec cette affaire, c’est la République qui tremble à côté d’un peuple sénégalais, constatant la porosité de son système sécuritaire. Encore qu’il y a quelques jours, l’Ambassadeur de France au Sénégal tirait la sonnette d’alarme sur les réelles menaces terroristes qui pèsent sur le Sénégal. Il reste maintenant à voir, est-ce que ce sera avec légèreté que Macky Sall va gérer cette affaire, ou va-t-il prendre les mesures qui s’imposent ? Et ces dernières, passent par le limogeage immédiat de tous les responsables de la grille de compétente en la matière.

Un pays, du reste pauvre, doit être trop regardant de ce qu’il qualifie souvent d’accident, alors que de tels actes pourraient poser les germes  d’un laisser-aller de tous les dangers. Encore une fois, le Sénégal met à nu ses terribles failles de son système. Cependant, la décision du Premier ministre de retirer et de brûler les livres est à saluer, mais elle n’est en rien comparable sur ce qui devrait être sa position. Le poste de ministre de l’Intérieur n’est pas fait pour amuser la galerie et faire gagner des élections. À moins que le Roi s’y plaise et s’y complaise.

Pape Amadou Gaye

Share This:

À voir aussi

COHABITATION A L’ASSEMBLEE NATIONALE Les rêves de l’opposition

Amenée par un Wade au crépuscule de sa carrière, la coalition Manko confond-elle ses perspectives …