Accueil / RELIGION / ISMAILA NDIAYE, IMAM RATIB DE LA GRANDE MOSQUÉE DE L’UCAD : « Tout musulman qui dispose d’un surplus de nourriture doit s’acquitter de la Zakat »

ISMAILA NDIAYE, IMAM RATIB DE LA GRANDE MOSQUÉE DE L’UCAD : « Tout musulman qui dispose d’un surplus de nourriture doit s’acquitter de la Zakat »

« Le Prophète Mohamad (Psl) a rendu obligatoire la Zakat al fitr. Tout musulman qui a de quoi se nourrir pour au moins un jour et qui dispose d’un surplus a le devoir de s’acquitter de la Zakat al fitr appelée, chez nous, « Mouroum koor ». Au Sénégal, il est préférable de sortir du riz, car c’est la céréale la plus consommée », soutient l’imam Ratib de la Grande mosquée de l’Ucad.

C’est quoi la Zakat al fitr ?

La Zakat al fitr est l’aumône de la rupture du jeûne. Elle est un devoir pour tout musulman qui a de quoi se nourrir lui et sa famille pour au moins un jour et une nuit et qui dispose d’un surplus de nourriture. Celui-ci, se doit de s’en acquitter pour lui et tout ceux qui sont à sa charge : sa femme, ses enfants, ses employés, à condition que ceux-là soient musulmans.

Quelle est la quantité prévue ?

Elle représente un Saa, moyen de mesure de l’époque. 1 Saa équivaut aujourd’hui entre 2,5 et 3 kilogrammes. Cela veut dire que le musulman doit mesurer, pour chaque personne à sa charge la quantité d’un Saa de riz, de mil, de maïs ou tout autre aliment. Au Sénégal, il est préférable de donner du riz, car c’est la céréale la plus consommée.

Quel est le moment le plus recommandé pour s’acquitter de cette Zakat ?

Là-dessus, les savants ont différents points de vue. Pour Ibn Omar (Qu’Allah l’agrée) la Zakat al fitr doit être remise avant que les gens ne se rendent à la prière (de l’Aïd). Il ordonne même que cette Zakat soit remise entre l’apparition du croissant lunaire et la prière. Ibn Omar est en phase avec Ibn Abass (Qu’Allah l’agrée). Celui-ci dit que celui qui l’accomplit avant la prière, elle sera une Zakat acceptée, quant à celui qui la donne après la prière, elle ne sera qu’une aumône parmi les aumônes. Ibn Abass souligne qu’il est même permis de sortir cette Zakat deux jours avant la Korité.

Peut-on s’acquitter de cette Zakat en argent ?

La majorité des juristes s’est limitée à ce qui a été rapporté dans la Sounnah quant au fait de la sortir en nourriture. Le Prophète Mohamad (Psl) sortait soit du blé, soit des dattes, donc en nourriture. S’appuyant sur ce que faisait le Messager d’Allah, beaucoup de juristes (Fouqaha) ne permettent pas de sortir l’Aumône de la rupture du jeûne par son équivalent (El Quima), c’est-à-dire en argent ou autres. Maintenant, un musulman qui a les moyens peut toujours accompagner cette Zakat avec une somme d’argent.

Celui qui ne s’acquitte pas de cette Zakat verra t-il son jeûne rejeté ?

Un hadih qui n’est pas authentique dit que le musulman qui ne s’acquitte pas de cette Zakat verra son jeûne suspendu entre le ciel et la terre. Et tant que la personne n’a pas donné cette Zakat, son jeûne ne sera pas accepté. En revanche, un hadith authentique dit que la Zakat al fitr est un moyen de purifier le jeuneur des futilités et des erreurs commises pendant son jeun.

Quel est le Profil des bénéficiaires ?

Tout musulman qui peut recevoir la Zakat (cinquième pilier de l’Islam) peut bénéficier de la Zakat fitr. Il s’agit plus particulièrement de gens qui sont d’une extrême pauvreté. Il y a aussi des personnes qui rencontrent des difficultés mais qui ne veulent pas tendre la main. On ne peut pas prioriser les nécessiteux. Il y a beaucoup de gens qui sont pauvres et qui ont du mal à manifester leur pauvreté. En Islam, ces gens ont un grand mérite. L’islam demande aux imams de détecter ces gens et de les venir en aide. Mieux, ces gens doivent être même favorisés.

Beaucoup regrette la dispersion de la Zakat d’une façon générale. N’y a-t-il pas nécessité de mettre en place des maisons de collecte ?

Vous avez tout à fait raison. Dans beaucoup de pays musulmans, la Zakat est organisée. Au Sénégal, malheureusement, tel n’est pas encore le cas. Du temps où les musulmans étaient mieux organisés, il y avait ce qu’on appelait les maisons de collecte (baityl Zakat). La Zakat obligatoire, les aumônes de bienfaisance et la Zakat fitr étaient recensés dans ces maisons. Celle-ci pouvait même fructifier une partie des dons pour les reverser aux pauvres en les assistant et en les organisant dans l’aide. Si la Zakat fitr est une aide ponctuelle, la Zakat prélevée sur les fortunes des musulmans est une aide continue. L’objectif final de la Zakat est d’arriver à rendre autonome le bénéficiaire pour qu’il puisse devenir, à son tour, un pourvoyeur de Zakat. Aujourd’hui, ce cadre institutionnel n’existe pas officiellement. Toujours est-il que dans chaque quartier, l’imam ou la grande mosquée peut servir de maison de collecte.

Le Soleil

À voir aussi

Vidéo – Leylatoul Qadr : Ahmed Khalifa Niass à Touba chez le Khalife général des Mourides

La communauté mouride fêtait dans la nuit de jeudi à vendredi le Leylatoul Qadr. Moment …

(03 photos) – Leylatoul Khadr : Aissata Tall Sall était à Touba

Aissata Tall Sall a passé la nuit du destin (Leylatoul Khadr) à Touba. La présidente …