24 juillet, 2014
Accueil » POLITIQUE » Issakha Diop : président mouvement des jeunes mackystes « Les libéraux veulent la guerre, ils l’auront »
Issakha Diop : président mouvement des jeunes mackystes   « Les libéraux veulent la guerre, ils l’auront »

Issakha Diop : président mouvement des jeunes mackystes « Les libéraux veulent la guerre, ils l’auront »

Les libéraux ne perdent rien pour attendre. Pour avoir osé déclarer la guerre à Macky Sall et à son régime, la bande à Omar Sarr s’opposera à une résistance farouche du Mouvement des Jeunes Mackystes. Selon son Président, Issakha Diop, ce sera à la guerre comme à la guerre.


Récemment, Macky Sall a procédé à son premier remaniement. Vos impressions ?


C’était une demande des sénégalais qui voulaient un coup d’accélérateur dans l’investissement du gouvernement. C’est par souci d’efficacité. Cela ne veut pas dire que les personnes remplacées n’ont pas été bonnes. On avait constaté que certains ministères étaient un peu trop lourds, il était important de faire un rééquilibrage.

L’intérêt de ce remaniement réside dans le fait que les nouveaux ministres ont été mis dans leur domine de prédilection, dans le but de trouver, le plus rapidement possible, des réponses à la demande sociale.

Mais, la taille du gouvernement a dépassé les 25 ministres. Vous ne trouvez pas que c’est du « wakh wakheet » ?

Du tout et même si c’est du wakh wakheet, c’est du bon wakh wakheet. Il faut convenir que Macky a respecté ses engagements. Il a formé un gouvernement de 25 ministres mais, au bout de sept mois, il a jugé nécessaire qu’il fallait réaménager, pour répondre, très rapidement, à la demande sociale. Les sénégalais ont besoin de réponses urgentes à leurs problèmes. A l’heure du bilan, on ne jugera pas le président sur la base des nombres de ministres mais, sur la satisfaction de la demande sociale. S’y ajoute que le nombre de ministre n’a jamais été une exigence du peuple, le président avait pris sur lui l’engagement de réduire la taille du gouvernement. Il pensait qu’avec 25 ministres, il allait pouvoir régler les problèmes mais, il s’est trouvé que la demande sociale est tellement importante qu’il fallait procéder à ce remaniement.

Les ministres répondent aux profils requis pour leurs départements respectifs



Pourtant, au même moment, le prix des denrées a flambé…


C’est à cause des facteurs exogènes : l’impact du prix du baril du pétrole. Mais, c’est surtout du à la spéculation car, nous avons un marché qui n’est pas bien régulé. Prenons le cas du sucre, l’état a subventionné à hauteur de 8 milliards, pour baisser le prix et faire vendre le kilo à 580 francs. C’est très difficile de trouver une boutique qui vend au prix indiqué, c’est dire comment certains commerçants se sucrent sur le dos des sénégalais. Il faudra un contrôle strict. Mais, il faut aussi que les populations prennent leurs responsabilités, en dénonçant ces commerçants véreux car, l’état ne peut pas, tout le temps, placer des contrôleurs économiques à la porte de chaque boutique. Mais, il doit faire des efforts pour subventionner les prix.



La traque des biens mal acquis est lue, par certains, comme du saupoudrage, êtes-vous d’avis ?


Les audits sont une demande sociale, au même titre que la réduction des prix de denrées de première nécessité.

On parle de la cherté de la vie, au même moment des gens bouffent les milliards qu’ils ont volés, lorsqu’ils étaient aux affaires. La réédition de comptes est un principe sacrosaint de la bonne gouvernance. Il faut qu’ils se prononcent sur ces milliards. S’ils sont clean, on les laisse tranquilles, on pourra même les décorer.

Au contraire, ce sont eux qui font de la diversion, en faisant croire aux sénégalais que ces audits ne sont pas une priorité mais plutôt, une chasse aux sorcières. Ce n’est pas vrai, ils doivent rendre compte et ils vont rendre compte.

D’ailleurs, ces audits ont été commandités par le régime sortant, ils ont été effectués par L’Ige et la Cour des comptes.

Macky n’a fait que déterrer ces audits qui étaient rangés dans les oubliettes, en respect de ses promesses électorales.

Récemment, Me Moussa Félix Sow a parlé de 400 milliards planqués.

Si l’état parvient à récupérer cet argent, cela pourra servir à régler des problèmes.

Karim a dit que même Macky a eu à utiliser le jet privé, objet de tant de polémiques…

Ce sont des enfantillages. Chaque fois, c’est la même chanson. Mais, si tout ce qu’ils reprochent au Président était vrai, pourquoi ils ne l’ont pas attrait en justice, d’autant que Macky était opposant au régime. C’est dire qu’ils n’ont aucun dossier contre lui.

Ils font du cinéma. Ce jet privé en question a coûté des milliards au contribuable sénégalais, la seule réparation de l’avion a couté une fortune.

Ils doivent revenir à la raison et savoir qu’ils ne peuvent pas échapper à la justice car, ils vont rendre compte. Ils ne pourront pas se soustraire à cela.

Que pensez-vous de la déclaration de guerre des libéraux ?

Ils nous trouveront sur notre chemin. Je ne les considère pas comme des politiques mais comme des comédiens. Ils n’ont pas leçon à nous donner et ne peuvent en aucune manière être des modèles car, ils ont montré leurs limites, c’est pourquoi, ils ont été mis dehors. Ils devraient se préparer en conséquence, à rendre compte de leur gestion. Il n’est plus question de les laisser continuer à insulter et à menacer les sénégalais. Le mouvement des jeunes mackystes sera à l’avant garde du combat, que ce soit verbal ou physique. Nous allons répondre, on se connait, du temps ou ils étaient au pouvoir et nous dans l’opposition, leur déclaration de guerre ne nous impressionnait pas.

Il n’est pas question qu’on laisse ces gens qui ont pillé le Sénégal tenir en otage le peuple

Nous serons le bouclier du président et nous le défendrons quelle que soit la situation.



Votre mot de la fin ?

C’est d’appeler tous les Sénégalais à ne pas se laisser intoxiquer.

Une association de jeunes marabouts a prêté des propos mensongers au Président, disant que les prières des saints ne vont pas développer le Sénégal. C’est faux. Il y a des gens qui sont comme ça, habitués au trafic d’influence, au chantage et ils veulent continuer à prospérer dans cette dynamique. Ces associations ne représentent rien car, dirigées par deux ou trois personnes. Nous leur disons que ça ne passera pas. Le pouvoir a changé. S’enrichir sur le dos des sénégalais, acquérir des passeports diplomatiques par le biais du chantage, le trafic de drogue, le blanchiment d’argent, tout cela est terminé.

Nous demandons à tous ceux qui ont accompagné le Président de ne pas lâcher et d’être à la pointe du combat. Nous n’allons pas exposer le président, face à ces attaques des libéraux, des bandits de grand chemin. Ils veulent juste déstabiliser le régime pour échapper à la justice

Amadou Lamine MBAYE

REWMI QUOTIDIEN