Accueil / FAITS DIVERS / Ivre, Fatoumata sème la pagaille dans l’immeuble, frappe le gardien et prend un mois ferme

Ivre, Fatoumata sème la pagaille dans l’immeuble, frappe le gardien et prend un mois ferme

Un mois de prison ferme et une amende de 20.000 francs, c’est la sentence prononcée contre la prévenue Fatoumata Bintou Rassoul Diagne. Cette dernière a comparu, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour coups et blessures volontaires.

 

Malick Diop, propriétaire d’un immeuble, son gardien et la locataire Fatoumata Bintou Rassoul Diagne ont soldé leurs comptes devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar. La dernière nommée a été attraite devant la barre de cette juridiction pour coups et blessures volontaires et destruction de biens appartenant. Jugée par ses voisins comme étant une dame belliqueuse et insupportable, la mise en cause est ingénieur en télécommunication. Il ressort des débats d’audience qu’à chaque fois qu’elle est ivre, la dame détruisait les portes de l’appartement de l’immeuble. Pis, elle a proféré des injures et giflé le gardien Abdoulaye Kandé. «  Elle ne fait que sortir la nuit. Et quand elle rentre vers les coups de 2h  ou 3h du matin, elle me force à ouvrir la porte de l’immeuble  et une fois ouvert, elle m’insulte et me donne des gifles », a dit le gardien qui ajoute que leur troisième problème est survenu un jour vers les coups de 1 heure du matin, lorsque cette dernière lui a suggéré de ne plus fermer le robinet. Ne lui ayant pas répondu, la dame est descendue avec une hache avant de frapper sa porte. Le lendemain, ils ont eu une altercation au cours de laquelle la mise en cause lui a jeté une pierre à la main. Le gardien sera réconforté dans ses propos par son employeur, selon qui la dame est une habituée des faits. « Elle sème toujours la pagaille dans cet immeuble qui comporte seize appartements », a dit Malick Diop.

Entendus, les témoins Abdou Khadr Mbacké et Talla Touré confirment et  jurent  sur tous les saints que c’est la dame qui a frappé la porte de l’immeuble 4 où loge l’un d’entre eux. A en croire Abdou Khadr, il est la principale cible de la prévenue. « Elle frappe toujours à ma porte et c’est l’huissier qui a fait le constat des dégâts. Non seulement elle m’a injurié, mais aussi elle prenait ses ustensiles pour les déposer devant ma porte », a-t-il dit. Entendue à son tour, la dame a soutenu qu’elle ne boit pas de l’alcool avant de passer à l’aveu sur instance de l’avocat. « Je consomme de l’alcool occasionnellement, mais cela ne fait pas de moi une perturbatrice.  Pour mon accrochage avec le gardien, c’était aux environs de 1 heure du matin.  Je lui ai demandé de ne plus fermer le robinet. Sur ce, en échange, il m’a insultée  et m’a traitée de tous les noms. Mais, j’ai laissé passer.  C’est le lendemain vers 9 heures, à mon retour de Martyr de l’Ouganda,  qu’il s’est arrêté devant moi. Elle m’a attaqué avec des coups des pierres avant de me rouer des coups de pied », a-t-elle dit. Malgré ses déclarations, l’avocat de la partie civile a sollicité le franc symbolique en relevant que même si la dame est ingénieur en télécommunication, elle est aussi ingénieur en mensonge. Le maître des poursuites a demandé un mois de prison ferme tandis que l’avocat  de la défense a demandé sa relaxe pure et simple. En rendant sa décision, le tribunal a reconnu la prévenue coupable avant de la condamner à 2 ans dont un mois  de prison ferme. En plus de cette peine, elle doit payer une amende de 20.000 francs.

 

Cheikh Moussa SARR

 

À voir aussi

Nioro : Un sexagénaire se suicide par pendaison

Ousmane Dansou, 68 ans, s’est suicidé à Keur Mama, un village dans la commune de …

Il tue son colocataire à coups

Un appartement avait été retrouvé tâché de sang le 15 juin dernier rue de la …