ACTUALITE

J13- Suivez les minutes du procès Habré-  » j’ai arrêté et auditionné des gens, mais je n’ai pas torturé » (Témoin)

  • Date: 23 septembre 2015

Le procès de Hissein Habré se poursuit ce mercredi 23 septembre 2015 au palais de justice Lat Dior de Dakar. A l’ordre du jour, les auditions des témoins. Ce matin, c’est le témoin Bandjim Bandoum qui est toujours à la barre pour répondre aux questions des représentants des parties civiles.

15h 30mn  le témoin a fini sa déposition. Dès lundi, la chambre va auditionner des victimes des crimes contre l’humanité en l’occurrence les Hadiaraïs (Parquet). L’audience est suspendue jusqu’à lundi.

14h…Le procès a repris- Me Mounir Balal, un des avocats commis d’office pose des questions au témoin, Bandjim Bandoum.

12 h 35 mn Selon Me Mbaye Sène, les autorités qui ont engagé ces poursuites auraient garanti, en quelque sorte « une impunité » à Bandjim Bandoum. Parce que, souligne la robe noire, ces autorités savent le degré d’implication du témoin. « Je n’ai pas négocié mon témoignage. Je ne fuis pas de la justice », a répondu le témoin. Présentement l’audience est suspendue jusqu’à 14 heures

11h 30 mn A la reprise de l’audience, les avocats de la défense ont formulé une requête verbale. Et, c’est pour demander à la chambre d’ordonner à Bandjim Bandoum de rester à la disposition de la cour pour être confronté à un autre témoin, en l’occurrence Ginette Ngarbaye.

11 h 04 mn A en croire le témoin, on voyait dans les fiches des annotations telles que « E » qui veut dire « exécution », « M » qui veut dire « libération » et « V » veut dire « pas de décision à prendre ». A la barre des chambres africaines extraordinaires pour charger la personne arrêtée même si on sait qu’elle est innocente. Par ailleurs, Bandjim Bandoum a demandé à Habré de venir s’exprimer à la barre. « Je demande à Habré de venir parler. Le Tchad a besoin de se réconcilier. Il doit prendre ses responsabilités et venir parler afin qu’on puisse tourner la page », a encore indiqué le témoin. Les représentants des parties civiles ont fini de poser leurs questions au témoin et l’audience est suspendue pour 20 minutes. A la reprise, ce sont les avocats de la défense qui seront à la commande.

10 h 15 mn– Selon Assane Dioma Ndiaye, des victimes ont affirmé avoir été torturées par le témoin Bandjim Bandoum. « Je ne vous accuse pas, mais vous étiez au cœur d’un système et vous avez assumé les rôles qui vous ont été confiés ? », a demandé la robe noire au témoin. Ce dernier de rétorquer : « Je vous dis que je n’ai pas torturé. Si vous faites allusion à la dame Ginette, elle a été arrêtée. Je confirme la partie de la torture à grande échelle au niveau de la Dds ». Un autre avocat de la partie civile a également posé des questions au témoin. Il s’agit de Jacqueline Moudeina. « Est-ce que vous êtes un traqueur, un tortionnaire ou un spectateur. Que direz-vous à votre fils », a lancé la robe noire. « Je lui dirai que j’ai servi le régime et j’ai été amené a arrêté des gens, a auditionné des gens. J’ai vu des conditions de détention qui sont à la limite odieuse. Je n’ai jamais fait usage de la torture, même au cours de mes auditions », a répondu le témoin.

10h 00 mn Le témoin Bandjim Bandoum, ancien membre de la direction de la documentation et de la sécurité (Dds) est encore, à la barre pour répondre aux questions des représentants des parties civiles. C’est Me Assane Dioma Ndiaye qui a ouvert le bal demandant au témoin d’expliquer la confiance que le Président Habré avait à son égard. « Il est là. C’est à lui de répondre à cette question », a indiqué Bandjim Bandoum. Par ailleurs, le témoin est revenu sur sa mission au sein de la Dds : « j’ai arrêté et auditionné des gens mais je n’ai pas torturé. J’ai entendu des cris au sein de la Bsir où on torturait des gens. J’ai arrêté des gens et j’assume ma responsabilité à ce niveau ».

Par Cheikh Moussa Sarr

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15