ACTUALITE

J6 Suivez les minutes du procès Habré- Les terribles révélations des témoins

  • Date: 14 septembre 2015

Le procès de l’ancien chef de l’Etat du Tchad Hissène Habré a repris ce lundi. Au menu, la poursuite des auditions des différents témoins. l’accusé est arrivé très tôt au tribunal Lat Dior de Dakar, un peu avant tout le monde sans problème. Rewmi.com vous fait vivre les minutes du procès.

17 h 32 : Pour le témoin Mahamat Hassan Abakar, les motifs d’arrestation par la DDS sont : « Il a tenté de voyager sans laisser passer, il est en connivence avec l’opposition, il a dit que le père de Habré est sudiste ». Pour terminer, le témoin informera que le Siège de la DDS se transforme la nuit en boucherie. Les gens de la DDS rivalisent dans la terreur ou barbarie pour gagner la confiance du directeur. Mais aussi pour eux-mêmes de peur que la machine ne se retourne contre eux. Parce qu’il y’a des locaux où les gens meurent en quantité incroyable. S’agissant des prisons, nous renseigne le témoin, il y’a prison Brigade spécial d’intervention rapide (Bisir), la prison de la gendarmerie, la prison de la présidence de la République où les repas ne sont pas de bonne qualité selon le directeur de la Dds Saleh Younouss. Toutefois, le témoin Abakar n’a pas encore fini sa déposition et il repassera demain mardi à partir de 9 heures.

16h 55mn Le témoin Mahamat Hasan Abakar, avocat, Président de la commission d’enquête et de crime commis par le Président Habré succède Mike à la barre.  » Après la chute de Habré, les nouvelles autorités (le régime de Deby) ont mis sur pied une commission pour enquêter sur les crimes et détournements commis par le régime de Habré. Il y’avait 12 membres composés, entre autres, par des magistrats, policiers etc. Au départ de ma mission, j’avais un embarras pour faire la lumière sur des crimes qui s’étendent sur 8 ans. Lorsque nous sommes arrivés à la DDS, le bâtiment était complètement ruiné. Il n’y avait absolument rien. Je ne savais pas où installer le siège de notre commission. Faute de lieu, nous avons tenté de réfectionner le bâtiment pour démarrer le travail. Nous étions organisés en deux équipes. Une qui enquêtait sur les crimes et l’autre enquêtait sur les détournements publics. Les gens avaient peur de témoigner parce que c’est une première au Tchad. Mais aussi, les gens avaient peur de Habré. Cependant, quelques courageux ont fait le premier pas et de bouche à oreille d’autres sont venus. Ce qui nous a beaucoup aidés, c’est l’arrivée de Hélène Diaffé. Ils étaient des loques humaines. Il nous fallait donc trouver une organisations pour soigner ces gens là. C’est ainsi que Mike m’a demandé de contacter Hélène Diaffé. Après 17 mois de travail, nous avons 1700 auditions (victimes, parents victimes, prisonniers politiques ou de guerre,…) 3806 morts que nous avons évalués à 4000 morts. Nombre de détenus politique recensé 54.000 personnes mortes ou libérées ».

 » Sortir de la DDS vivant, est une exception des exceptions. Les motifs d’arrestation par la DDS sont : « Il a tenté de voyager sans laisser…, il est en connivence avec l’opposition, il a dit que le père de Habré est sudiste, etc ». Et, c’est pendant les interrogatoires que les personnes arrêtées sont torturées. Il n y’a aucun élément de contrôle ni judiciaire ni extrajudiciaire. Le Siège de la DDS se transforme la nuit en boucherie. Les gens de la DDS rivalisent dans la terreur ou barbarie pour gagner la confiance du directeur. Mais aussi, pour eux-mêmes, de peur que la machine se retourne contre eux. Il y’a des locaux où les gens meurent en quantité incroyable. La prison Brigade spécial d’intervention rapide (Bisir), la prison de la gendarmerie, la prison de la présidence de la République,… Il y’a la mort par empoissonnement ou par épuisement physique. Les repas ne sont pas de bonne qualité », selon le directeur Saleh Younouss qui disait que c’est sur instruction de Habré. Les auditions font 5 morts par jour et par prison.

16h 10 mn Michael vient de terminer son audition. L’audience est suspendue pour 15 mn.

14h… L’audience a repris. C’est toujours l’ancien membre d’Amnesty international qui est à la barre.

12 h 32mn L’audience est suspendue. Elle reprend à 14 heures. Ce sont les avocats de la défense qui vont poser leurs questions au témoin. Le parquet et la partie civile ont déjà fini de poser leurs questions au témoin du jour.

12h…L’audience a repris avec la suite de l’audition de Mike, ancien membre d’Amnesty international. Les parties ne sont pas revenus sur le contenu de leur réunion. Le parquet a fait écouter à la Cour un enregistrement au cours duquel, le Président Hissein Habré revenait sur la guerre au Tchad. « Il y’a des groupes qui n’ont pas voulu jouer à la réconciliation. Mais, nous avons essayé d’établir l’ordre et la sérénité. La guerre entraîne nécessairement des pertes en vies humaines. Il faut dire que cette guerre nous a été imposée (…) », a déclaré Habré lors d’un entretien sur la radio France internationale (Rfi). En donnant son avis sur cet élément sonore, le témoin du jour a indiqué que ce son est la justification de la guerre froide, la même justification que dans d’autres pays. Quant à la partie civile, elle est revenue sur les formes de torture que la DDS faisait subir aux victimes.

11h 37 mn : Les avocats des différentes parties ressortent de la salle de délibération. On ne connait pas encore pas encore l’objet de la réunion convoquée par le président de la Chambre. L’audience n’a pas encore repris.

11h 07 mn : L’audience est suspendue pour 20 mn. A la reprise, les avocats de la partie civile vont poursuivre avec leurs questions. Toutefois, le Président de la chambre Gustave Kam a convoqué toutes les parties à la salle de délibération pour, indique-t-il, discuter d’un certain nombre de problèmes.

9h… Démarrage du procès avec la suite de l’audition de Mike, ancien membre d’Amnesty international. Il est à la barre depuis vendredi dernier pour faire le compte rendu des enquêtes de son organisation au Tchad. Il a indiqué des violations massives des droits de l’homme au Tchad. Mais malgré leur dénonciation, nous dit Mike, jusqu’à la fin 1990, les autorités tchadiennes n’ont pas accepté leurs recommandations. Pis, ils n’osaient pas citer le nom d’un prisonnier politique dans leur rapport, de peur de mettre cette personne en danger.

Par Cheikh Moussa Sarr

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15