Gweneth, 45 ans, enchaîne les amants depuis le décès de son époux. Son objectif est simple : se faire plaisir, tout en permettant à des foyers de rester unis... Explications.
Plus
Gweneth, 45 ans, enchaîne les amants depuis le décès de son époux. Son objectif est simple : se faire plaisir, tout en permettant à des foyers de rester unis... Explications. Plus

« Je couche avec des hommes mariés… mais c’est pour sauver leur couple »

L’argument est un peu gros, avouons-le. Pourtant, les explications de Gweneth, si l’on se donne la peine de les écouter, ne manquent pas de sens. Cette ravissante brune, dotée d’un fort sex-appeal, est veuve depuis dix ans. Mariée à un riche homme d’affaires néerlandais, elle lui a toujours été fidèle. Mais après son décès, plus question pour cette consultante dans la finance de se laisser mettre un fil à la patte. Sur les conseils d’une amie, Gweneth s’inscrit sur un site de rencontres bien spécifique : « On est très loin du genre Tinder. Ici, ce sont des hommes d’affaires importants, riches, aimant avant tout la discrétion et très en demande de sexe. Exactement ce qu’il me fallait : je pouvais avoir tout le plaisir, sans les complications ! »

Gweneth estime qu’elle rend service

Dès lors, Gweneth s’emploie à se trouver des amants, mariés tant qu’à faire, puisqu’elle ne veut surtout plus s’engager. Pour se justifier, rien de plus aisé, Gweneth explique rendre service aux femmes de ses conquêtes : « Si un mari n’est pas satisfait sexuellement, il finira par quitter son épouse : un bouleversement pour une famille, surtout quand il y a des enfants. » Elle avoue aussi que certaines femmes, au courant de l’infidélité de leur mari, préfèrent qu’ils aillent voir ailleurs plutôt qu’ils soient taciturnes à la maison et qu’au final, ils finissent par les abandonner… « Je ne me sens absolument pas coupable de ce que je fais, précise encore Gweneth. Tout le monde (…)

Lire la suite sur Closermag.fr

Voir aussi

10290272-16809477

Le rappeur Rohff accusé de violences conjugales

Alors qu’il attend d’être jugé pour « violences aggravées » sur un employé d’une boutique de la …