30 juillet, 2014
Accueil » ACTUALITES » Jean Paul Dias à Grand Oral :  » Il y’a des choses à faire mais en 1 an, on ne peut pas sortir le pays du gouffre dans lequel il a été projeté »
Jean Paul Dias à Grand Oral :  » Il y’a des choses à faire mais en 1 an, on ne peut pas sortir le pays du gouffre dans lequel il a été projeté »

Jean Paul Dias à Grand Oral :  » Il y’a des choses à faire mais en 1 an, on ne peut pas sortir le pays du gouffre dans lequel il a été projeté »

Jean Paul Dias, secrétaire général du bloc des centristes Gainde (Bcg) s’est prononcé sur l’actualité nationale. Avec la franchise qu’on lui connait et sans langue de bois, il a apprécié le message du chef de l’Etat à la nation, prononcé le 3 avril dernier ; mais aussi la crise que traverse l’éducation, et le problème d’emploi. L’actualité politique n’a pas été occultée, avec les sorties de Idrissa Seck, la coalition Benno Bokk Yaakaar, et même l’arrêt de Cedeao concenant l’interdiction de voyager, servie à des dignitaires de l’ancien régime. Jean Paul Dias était l’invité de l’émission Grand Oral de la Radio Rewmi.fm.
Le secrétaire général du BCG, membre de la coalition Macky 2012 s’est dit satisfait du discours «responsable et réconfortant » prononcé par le Chef de l’Etat Macky Sall le 3 avril. Il en a profité pour énumérer quelques réalisations de Macky Sall à mi-parcours, non sans préciser qu’on ne peut pas parler de bilan après juste 1 an d’exercice.

Il a parlé, entre autres, de l’année scolaire qui a été sauvée, de la satisfaction du monde rural dans la vente de l’arachide ; mais aussi de la baisse de la fiscalité. Cependant, pour éviter la polémique sur la baisse ou non du prix du riz, Jean Paul Dias préconise le retour de la Caisse de péréquation et de stabilisation des prix. Il est d’avis qu’il y’a des choses à faire mais qu’en 1 an, on ne peut pas sortir le pays du gouffre dans lequel il a été projeté.

Le leader du Bcg est confiant par rapport à la promesse d’emploi faite par le chef de l’Etat, car selon lui, l’Etat en a les moyens. Cependant, il préconise la rigueur et la transparence dans les projets susceptibles de créer des emplois. Concernant les 10000 emplois prévus pour renforcer la sécurité, Jean Paul Dias rassure en soutenant qu’il ne s’agit pas de milices, mais bien d’agents de sécurité sous la tutelle du ministère de l’intérieur.

Dans le domaine de l’éducation, M. Dais souhaite voir l’université Cheikh Anta Diop décongestionnée en délocalisant certaines facultés dans d’autres villes du pays. Sur la proposition d’amener les droits d’inscription à l’université à 150 000 francs CFA, il soutient que cela lui parait correct.

Jean Paul Dias soutient que l’arrêt de la Cedeao servi à l’Etat du Sénégal est juridiquement nul. Il en veut pour preuve, l’aveu de l’institution dans ledit l’arrêt de n’avoir pas le droit d’apprécier les lois et procédures du Sénégal, par conséquent, ne peut pas donner d’injonction; mais qui dans le même arrêt, ne s’est pourtant pas retenu d’en donner quand même. Rien que pour cela, il considère que l’arrêt n’a pas de base légale. Il appelle les concernés à s’estimer heureux, d’autant plus que leurs passeports ne sont pas confisqués, ils ne sont pas non plus mis en résidence surveillée et que leurs comptes bancaires ne sont pas bloqués, même s’il pense que ces gens ne méritent aucune considération pour avoir dilapidé les ressources de l’Etat.

Jean Paul Dias n’a cependant pas été très dur avec Idrissa Seck. Il se dit dubitatif sur les chiffres avancés par le président de Rewmi, parce qu’Abdoulaye Diop, ancien ministre de l’économie et des finances ne les a pas confirmés. Cependant, il se dit satisfait du communiqué du ministère de l’économie et des finances. Considérant que ces sorties son inopportunes et pas « gentil » de la part de Idrissa Seck, il n’en demande pas moins au maire de Thiès de ne pas insulter l’avenir et de leur faciliter la tâche. Cependant, il a fait savoir que Idy ne dit pas vrai quand il soutient que la coalition Benno Bokk Yaakaar n’appartient pas à Macky Sall, « cette coalition est là pour Macky » dira-t-il.

Dans un autre registre, Jean Paul Dias fera remarquer que le Bcg n’est pas membre de la coalition Benno Bokk Yaakaar, mais plutôt, de la coalition Macky 2012 qui a donné à son candidat 26% au 1er tour de la présidentielle de 2012. Il déplore cependant que les membres de BBY soient plus servis que ceux de la coalition Macky 2012.

Pour les élections locales à venir, Il propose que chaque parti politique y aille seul, à défaut, qu’ils y aillent par grande coalition. Il a maintenu sa position sur la réduction ou non de la durée du mandat présidentielle. Il n’approuve pas la volonté de la ramener à 5 ans même s’il reconnait que le mandat appartient au chef de l’Etat.

Il n’est pas non plus favorable à la limitation de l’âge des candidats à 70 ans; le limiter à 75 ans lui semble raisonnable.

REWMI.COM/MK