Accueil / Uncategorized / Jeux Africains: Sénégal-Mali (94-56) : Une bonne entrée des lionnes

Jeux Africains: Sénégal-Mali (94-56) : Une bonne entrée des lionnes

Le basket sénégalais est entré avec le sourire dans les Jeux africains d’Alger qui ont débuté ce mercredi. Hier, les Lionnes ont sorti la grosse artillerie devant les Maliennes qu’elles ont laminées sur le score sans appel de 94 à 56 .

Source: Le Quotidien
Les Lionnes bouffent de l’Aigle en entrée. Un plat digeste pour Magatte Diop, l’entraîneur national et ses filles qui débutent par la force supersonique. Drivées par une Diodio Diouf des grands jours, les Lionnes ont été sans pitié face au Mali qui démarre mal sa compétition en s’affalant d’entrée devant un Sénégal à la fougue et à la détermination d’un chasseur d’aigle, en quête de bonne chère. Mame Diodio a fait un retour d’enfer. La sociétaire de Poully (Suisse) a récité sa leçon de haut niveau à Alger.

En présentant un jeu mieux élaboré, l’adresse à portée de la main magique gauche. L’ex-chouchou des Etudiants a charmé le public algérois pas trop nombreux hier dans la salle Bentifoun de Hydra, situé à l’Ouest d’Alger et à 10 km. Méconnaissables, les Maliennes ont montré un visage pas trop reluisant à l’entame du tournoi de basket de ces 9e Jeux africains qui se déroule, présentement, en Algérie. Une entrée en matière sénégalaise qui rend Magatte Diop, l’entraîneur national, heureux.

Max est aux anges même s’il feint de cacher son bonheur. Il a le triomphe modeste face à une équipe malienne en deçà de sa valeur intrinsèque. «Nous avons beaucoup joué sur notre vivacité. Les filles ont physiquement bien entamé le match, et elles l’ont bien contrôlé. Mais l’adversaire a beaucoup traîné et c’est ce qui a fait la différence. Sur le plan physique, on n’a pas reconnu le Mali.

Dès l’entame du match, les filles ont pris le dessus. Elles étaient nettement supérieures», s’est réjouit le coach des Lionnes, sans manquer de relever quelques failles en deuxième période : «Le match a été très relevé. Quand vous attaquez facilement, on a tendance à oublier la défense. A un certain moment cela nous pénalisé. On n’a pas su tempérer le coté fort et le côté faible», a regretté Magatte Diop qui poursuit : «Nous avons gagné, mais nous avons péché au niveau de la récupération du ballon et du choix technique. Mais le problème, c’est de pouvoir soutenir ce rythme durant toute la compétition», analyse le technicien sénégalais.

Toutefois, ce large score cache bien des lacunes décelées à travers une première mi-temps phénoménale qui a fait suite à une baisse en régime au plan défensif qui a souvent coïncidé avec la sortie des grandes : Anta Sy et Jeanne Senghor, les tours de contrôle sénégalaises, les deux porteuses d’eau. L’excès de confiance aidant, les Maliennes reviennent au score mais ne peuvent combler le gap des 14 points. Pourtant, la seconde période a un peu souri aux Maliennes avec le relâchement des tireuses d’élite sénégalaises qui sont restées cinq minutes sans marquer un seul panier : (25e mn : 29-78 ; 30e mn : 37-80 ; 35e mn : 49-82).

Les maliennes ayant profité de ce vide pour réduire le score de retour des vestiaires. L’excès de confiance a-t-elle eu raison des filles ? Magatte avoue : «A un certain moment, il y a eu un excès de confiance. Une fois que les filles ont senti que le match était joué, elles se sont relâchées. Elles ont baissé de régime. Il n’y a pas eu une concentration sérieuse. C’est là le mal de notre basket. On ne peut se concentrer durant toute une partie, après on rate des paniers faciles, des passes faciles, il y a de la légèreté. Quand il fallait jouer calmement, on a haussé le rythme ce qui a nous a fait faire beaucoup de fautes», dissèque-t-il.

Mame Diodio, qui a signé un retour sur la scène sénégalaise après une saison passée en Suisse, revient avec plus de détermination mais surtout de la maturité. «Il y a de l’ambiance, de la discipline, je pense plus collectif qu’avant. Là, j’étais en apprentissage, et je crois que je suis en train de réciter ce que j’ai appris en plus de la maturité qu’on acquiert avec la rencontre.» Un constat qui a du faire mal aux filles de Rius José, le nouvel entraîneur malien.

Le coach hispano-français ne veut pas perdre confiance. Son schéma et son plan est en phase d’étude. «On a huit joueurs qui ne sont pas là. En face, on a une équipe du Sénégal qui a beaucoup de métier. Notre satisfaction est d’avoir su les ébranler en deuxième mi-temps. Là, mon objectif est de remettre à niveau mon équipe pour préparer la Can. Je souhaite remettre dans un jeu de mouvement les pivots, qui sont statiques, donner de l’expérience aux ailières et aux meneuses», analyse l’ex-entraîneur des espoirs francophones.

En attendant de se relever, les Maliennes espèrent se refaire une santé avec les Kenyannes tandis que Magatte et ses filles vont essayer de maintenir le cap. Mais, le coach ne veut pas se mettre de la pression inutile. Son souci, c’est la gagne quelque soit le niveau de jeu.


À voir aussi

Ziguinchor après la pluie : Poubelles et ordures ménagères envahissent les rues

Des pluies fortes s’abattent depuis quelques jours à Ziguinchor. Poubelles et ordures ménagères ont fini …

Report de l’inauguration de Masslikoul Jinaan» : Serigne Khassim Mbacké menace

L’information selon laquelle l’ouverture de la grand mosquée mouride de Dakar, «Massalikoul Jinaan»,  est remise sine …