Avant : un homme au regard sombre et à la barbe fournie. Après : une « femme », le regard vert langoureux, surligné de fard à paupière, les lèvres rouges… mais avec de la barbe. Mises côte à côte, ces deux photos devaient ridiculiser un jihadiste de l’organisation État islamique qui aurait tenté de fuir Mossoul, habillé en femme, sans avoir pensé à se raser. N’importe quoi… pourtant plusieurs médias importants sont tombés dans le panneau.

Un peu de technique…

Il suffit d’utiliser Google images pour découvrir la source de cette photo. En copiant/collant l’adresse url dans la barre de recherches, on voit qu’elle a été publiée à des milliers de reprises sur Internet, dans des sites en toute langue, et qu’elle circule au moins depuis 2015. Par exemple, sur ce blog iranien.

Cnews matin, qui dépend de Canal +, la version espagnole du Huffington Post, ou encore des tabloïds de la presse à scandale britannique comme le Daily Mail et The Sun se sont pourtant empressés d’affirmer que l’homme de gauche et celui au maquillage étaient le même, et qu’il s’agissait d’un jihadiste qui aurait tenté de fuir Mossoul, reprise à l’EI le 9 juillet par l’armée irakienne.

… et surtout du bon sens

Sans même utiliser Google images, la journaliste Sofia Amara, spécialiste de la Syrie, invite à faire preuve de bon sens. Jamais l’EI n’aurait permis aux femmes de se maquiller ainsi. Un combattant de l’EI aussi maquillé éveillerait les suspicions de l’armée irakienne. Mieux vaut être peu maquillé pour éviter de se faire repérer.

La photo ne peut donc pas être celle d’un combattant de l’EI qui aurait été assez stupide pour oublier de se raser la barbe.

عرض الصورة على تويترعرض الصورة على تويتر

D’autres photos sont censées montrer des djihadistes déguisés en femme et qui se seraient fait attraper alors qu’ils fuyaient Mossoul, circulent dans en parallèle de ce montage. Une recherche sur Google images montre que la majorité de ces images ont au moins en commun de dater d’avant 2017, et ne peuvent donc pas illustrer la fuite de l’EI de Mossoul.

Il n’est pour autant pas exclu que des jihadistes aient utilisé des niqab pour se cacher et fuir la ville. Car la technique a déjà été éprouvée, notamment lors de la bataille de Falloujah en 2016.