Accueil / Uncategorized / Jordan Ayew remercie Lorient et Renard

Jordan Ayew remercie Lorient et Renard

 Quelques heures après son départ pour Aston Villa, Jordan Ayew a justifié son choix. L’attaquant ghanéen en a profité pour remercier Hervé Renard, son ancien entraîneur à Sochaux, et le club de Lorient.

Jordan Ayew ne semble pas en revenir de se retrouver en Premier League. Et de suivre les pas de son frère André, recruté par Swansea City au début du Mercato. «Je reviens de loin. J’étais à Sochaux, il y a un an et demi, se souvient l’attaquant ghanéen dans L’Equipe ce mardi. Je savais que partir de Marseille allait être la meilleure solution. Certains me disaient : ‘’Tu vas faire quoi à Sochaux ou à Lorient ?’’ Le fils d’Abedi Pelé n’a pas oublié sa rencontre avec Hervé Renard, alors venu tenter de sauver le club doubiste de la relégation. «C’est à Sochaux que le déclic est venu, grâce à Hervé Renard qui m’a remis en confiance. Je suis reconnaissant envers lui, mais je n’oublie pas non plus Lorient. Je pars avec beaucoup de fierté et un peu déçu de laisser quelques amis là-bas.»

Le bras de fer avec Lorient déjà oublié 

Pourtant, ses dernières heures sous contrat avec les Merlus ont été assez chaotiques, le buteur de 23 ans allant même jusqu’au bras de fer avec ses dirigeants. «Je voyais cette occasion à saisir qui me passait sous le nez, s’est justifié le membre des Black Stars. J’ai bientôt 24 ans, je suis ambitieux. Il était temps de connaître autre chose. Mais j’ai passé des bons moments à Lorient, avec un bon groupe, un super état d’esprit. Franchement, à part le synthétique, il n’y a rien à dire. Car j’ai progressé dans la sérénité. Personne n’aurait pensé que j’en serais là aujourd’hui. Comme quoi le travail paie.»

Le projet d’Aston Villa l’a convaincu

Comme Idrissa Gueye avant lui et peut-être bientôt Jordan Veretout, c’est sa discussion avec Tim Sherwood qui l’a convaincu de rejoindre Aston Villa, pourtant seulement 17e de Premier League, la saison passée. «J’ai senti que le club comptait sur moi et qu’il était ambitieux. Ils veulent faire quelque chose de bien, atteindre le Top 10. L’entraîneur m’a prévenu qu’aucun match n’était facile ici, qu’il ne fallait pas sous-estimer les adversaires et qu’une année comptait entre 50 et 60 matchs, donc que c’était compliqué. Mais je suis trop content.» Le voilà désormais avec la lourde tâche de remplacer Christian Benteke, parti à Liverpool. Pas le premier défi auquel est confronté le cadet des frères Ayew, mais certainement le plus relevé.

Footmercato

À voir aussi

CHRONIQUE DU JOUR- AÏDA MBODJI Une Femme debout dans l’arène

Aïda Mbodji se redresse contre la forfaiture d’un clan conspirateur de son parti et se …