Accueil / Uncategorized / Jose Mourinho, coach de Chelsea : “Je ne souhaite pas bonne chance à Liverpool !…”

Jose Mourinho, coach de Chelsea : “Je ne souhaite pas bonne chance à Liverpool !…”

Jose Mourinho s’est, évidemment, dit très déçu, mardi soir, après l’élimination de son équipe aux tirs au but face à Liverpool. L’entraineur portugais, adepte du franc-parler, ne cache pas ses sentiments
“Je suis très triste. Les tirs au but font partie du jeu. Mais l’histoire du football, ce sont les finales qui la font. Dans dix ans, personne ne se souviendra que Chelsea aurait dû gagner 3-0 à l’aller, que c’était la meilleure équipe aujourd’hui, que c’était la meilleure équipe en prolongation. Les gens se souviendront que la finale, c’est Liverpool-Milan. Nous retrouver demi-finaliste de la Ligue des Champions après une saison aussi difficile est extraordinaire. Dans une atmosphère aussi intense, Chelsea a joué pour gagner le match. Nous avons très très bien joué. Chelsea a montré plus d’appétit. Mais au bout, tout cela ne signifie rien.”

Chelsea échoue une nouvelle fois dans sa quête de Ligue des Champions, qui plus est face à l’un de ses ennemis anglais. Pour rappel, Liverpool les avait déjà éliminé au même stade de la compétition il y a 2 ans…

Mourinho a visiblement du mal à digérer ces 2 échecs (en 2005 et 2007), à tel point qu’il a jugé bon de finir par cette “jolie” phrase : “Je ne souhaite pas bonne chance à Liverpool pour la finale, car je respecte leur futur adversaire autant qu’eux.” La rivalité Chelsea / Liverpool, ou plutôt Mourinho / Benitez, n’est donc pas finie… Mais, la vraie question est : Mourinho peut-il craindre pour sa situation suite à cette élimination ?


À voir aussi

Commission d’enquête parlementaire : « Ce sont des enfantillages » commente Sonko

« Ce sont des enfantillages ! » une appréciation du candidat Ousmane Sonko sur l’installation, par l’Assemblée nationale, …

Soutien annoncé à Sonko sur Facebook: Fadiga dément sur Instagram

« Etant respectueux de toutes les sensibilités politiques de mon pays et n’ayant jamais publiquement exprimé …