Accueil / CULTURE / Journal intime d’un amour franco-sénégalais : Les couples mixtes à l’épreuve des règles consulaires

Journal intime d’un amour franco-sénégalais : Les couples mixtes à l’épreuve des règles consulaires

Malgré une distance de 5 500 kilomètres séparant les villes de Strasbourg en France et de Mbour (Sénégal), l’amour né du couple mixte Nathalie et Saliou Diallo va triompher. A travers son premier ouvrage, intitulé : ‘Journal intime d’un amour franco-sénégalais’, Nathalie déroule le feuilleton d’une relation parsemée d’embûches. Sur fond de corruption, de racisme et autres difficultés auprès des services consulaires français.

Source Walf fadjri
Sur 187 pages, celle qu’il faut désormais appeler Nathalie Diallo, parce que mariée officiellement à Saliou Diallo, revient sur son parcours du combattant mené pour rendre son amour réel. Le livre Journal intime d’un amour franco-sénégalais de Nathalie Diallo, publié en janvier 2007 aux Editions Les belles pages, raconte les péripéties d’un couple mixte, décidé à unir leur amour après trois ans de lutte avec détermination.

Tout part d’une semaine de vacances durant laquelle, Nathalie, en compagnie de son mari Charly et de ses quatre enfants, va à la découverte de sa grande passion : l’Afrique et particulièrement le Sénégal. Et c’est le 28 octobre 2002 que la famille française foule le sol du pays de la Téranga. Après un séjour riche en souvenirs et la connaissance du guide touristique, Saliou, un deuxième voyage s’impose.

Mais cette fois-ci, Nathalie décide d’y aller en solitaire. Et c’est lors de ce voyage que va naître son amour pour le Sénégalais, Saliou Diallo, habitant à Mbour au quartier Dao Salam. Un amour qui ne sera officiel qu’après quatorze allers et retours entre la France et le Sénégal effectués par l’auteur du livre. Nathalie fait également preuve de générosité en grattant 292 cartes téléphoniques ‘spéciale Afrique’, pour ses besoins de communication, malgré les factures élevées des lignes à domicile.

Sans compter les quinze mille francs français, versés à un homme d’affaires, surnommé ‘S’, qui occupe un poste important au ministère sénégalais des Affaires étrangères pour l’obtention d’un visa touristique. Ou plutôt d’’un passeport de service’, proposé par l’ ’arnaqueur’ (P. 121). Et comme dans un feuilleton de télévision, l’auteur relève en détail les multiples difficultés auxquelles ils font face, auprès des administrations africaines et des services consulaires français.

Après une première demande de visa refusée, Nathalie estime qu’’il n’y a plus rien à faire que de se résigner à la décision de quelques administrations consulaires qui gouvernent notre vie’ (P. 149). Se livrant à des conseils, l’auteur du Journal intime d’un amour franco-sénégalais, en appelle à la persévérance, au courage, à l’honnêteté et surtout à la patience des couples mixtes. C’est l’appel que lance Nathalie Diallo à ‘tous ces Africains persuadés que la France est le pays de l’or du contraire (…) c’est une terre compliquée, inhumaine, bondée de racisme (P. 186)’.

Mais Nathalie Diallo ne peut s’empêcher de penser à ce Consulat qui ne donne que très rarement suite aux demandes de visa, même s’ils répondent aux exigences requises par la loi. Pourquoi ne donne-t-il pas le motif du refus ? Pourquoi encaisse-t-il des visas qu’il ne délivre pas ? Où va cet argent ? Ce sont autant de questions que la Franco-sénégalaise renvoie comme matière à réflexion à son lecteur.


À voir aussi

Maroc-Sénégal Farssi immortalise les relations historiques entre les deux pays

Professeur titulaire à l’Ecole supérieure polytechnique de Dakar,  Sidi Mohamed Farssi vient de publier un …

«Le réveil des lions» Laye ‘’Ananas’’ dédie une fresque aux Gaindés du Foot

La compagnie de danse, « Lions of Africa », dirigée par Abdoulaye Dieng dit Laye Ananas, a …