images (3)

JOURNÉE MONDIALE DE LA FAIM La conjoncture dicte sa loi à Linguère

À Linguère, bon nombre de ménages vont célébrer, dans la douleur, la Journée mondiale de la faim. Et pour cause, la conjoncture dicte sa loi dans cette partie du Djoloff.

La Journée mondiale de la faim, célébrée ce mercredi 15 juin 2016, sera vécue difficilement par une certaine franche de la population, à 70%  paysanne. Dans les zones rurales, le panier de la ménagère est vide faute de greniers vides. À en croire une dame qui a préféré garder l’anonymat, elle déclare : « Pour respecter, en ce mois béni de Ramadan, les deux repas, à savoir le « Ndogou » (rupture du jeun) et le repas de l’aube « Khad », c’est la croix et la bannière. La célébration de la Journée mondiale de la faim s’annonce très difficile dans nos foyers où  les chefs de ménage sont des « goorgoorlus » (crève-la-faim) ».

À rappeler que cette Journée mondiale de la faim ne laisse pas indifférents les talibés qui comptent mendier de quoi vivre dans ces mêmes concessions peuplées essentiellement de démunis. Chaque fois qu’ils se présentent dans ces ménages à la quête de la pitance, ils rentrent bredouille, à cause de la pauvreté qui frappe ces ménages. Le moins que l’on puisse dire, certaines couches de la population du Djoloff frappées par la conjoncture profitent de la célébration de cette Journée mondiale de la faim pour solliciter des vivres de soudure auprès des autorités du pays, au premier chef le président de la République, Macky Sall.

Samba  Khary  Ndiaye (Correspondant à Linguère)

Voir aussi

telechargement-3

LUTTE CONTRE LA SECHERESSE Le SAP adopte la dimension pastorale

Les acteurs de l’élevage ont organisé, hier, un atelier pour discuter d’une stratégie pastorale nationale. …