JOURNEE MONDIALE DU SIDA 2016- Les acteurs mettent l’accent sur la prévention pour éradiquer le Vih

Ce jeudi 1er décembre est célébrée la journée mondiale de lutte contre le Sida. Cette année, l’accent est mis sur la prévention avec comme thème : “Levons la main ; Prévention VIH”.

La zone Afrique de l’ouest et du centre de l’Onusida va commémorer, aujourd’hui 1er décembre, la journée mondiale du Sida. Pour cette année 2016, la journée du Sida sera célébrée dans un contexte de fort engagement en faveur du nouveau plan d’urgence de traitement du VIH pour la région. L’accent est donc mis sur la prévention avec comme thème : “ Levons la; Prévention Vih”. C’est dans ce cadre qu’un plan d’urgence sera lancé au mois de janvier prochain. S’exprimant en marge d’une cérémonie de lancement, hier, Djibril Diallo, Directeur régional de l’Onusida pour l’Afrique de l’ouest et du centre, est revenu sur l’objectif de ce plan d’urgence. A l’en croire, Michel Sidibé, directeur exécutif de l’Onusida, a lancé un appel en juin dernier à la communauté internationale pour que l’Afrique de l’ouest et l’Afrique du centre ne soient pas les grandes oubliées de cette lutte contre le Sida. Appel qui permettra d’atteindre l’objectif de 2030. Pour cela, poursuit-il, Michel Sidibé a lancé l’idée d’un plan de rattrapage, un plan d’urgence qui permettra à l’Afrique de l’ouest et du centre de répondre présent à l’appel lorsque nous aurons atteint l’année 2030. “ Ce plan d’urgence est un plan qui appartient aux pays eux-mêmes, qui appartient à la société civile, qui appartient aux personnes vivant avec le Vih. Donc ce plan qui sera lancé en marge du prochain sommet de l’union africaine au mois de janvier prochain, permettra d’accélérer les efforts sur le plan national”, a dit Djibril Diallo.

Revenant sur l’objectif principal de la rencontre, d’hier, il dira que c’est de commémorer l’édition 2016 de la journée mondiale de lutte contre le Sida. Une journée au cours de laquelle il s’agit d’accomplir deux choses. “ La première chose, c’est que d’ici 2020, 90% des personnes qui vivent avec le virus sachent leur statut et que 90% des personnes qui savent leur statut aient accès à un traitement et que les 90% des personnes qui ont accès au traitement aient une charge qui leur permet de ne plus contaminer d’autres personnes”, a déclaré Djibril Diallo. Avant de poursuivre : “ de 2020 à 2030, nous allons éliminer la pandémie du Sida comme problème de santé publique, comme indiqué dans le cadre de la résolution des Nations unies sur les objectifs de développement durable”. Par ailleurs, pour une lutte efficace contre le Sida, l’Onusida peut compter sur les artistes, notamment sur son ambassadeur Baba Maal. Convaincu qu’en Afrique la culture a un rôle important à jouer dans le développement et l’épanouissement des populations, Baba Maal a soutenu qu’il va utiliser son art pour aider cette organisation internationale à mettre fin à l’épidémie du Sida dans 15 villes d’Afrique de l’ouest et du centre d’ici 2030. Il sera accompagné par des artistes tels que Xuman, Coumba Gawlo Seck, entre autres. Toutefois, l’Onusida reste solidaire des 78 millions de personnes vivant avec le Vih et une pensée forte aux 35 millions de personnes décédées de maladies liées au Sida depuis que les premiers cas de Vih ont été déclarés.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

SANTE Un programme de 180 milliards de francs CFA au chevet des populations

  Pour améliorer davantage  la santé des populations au Sénégal, l’Agence des Etats Unis  pour …