1 novembre, 2014
Accueil » POLITIQUE » Kadialy Gassama, rapporteur commission ad hoc : «Ces jeunes n’ont pas injurié des responsables comme le faisait Malick Noël Seck»
Kadialy Gassama, rapporteur commission ad hoc : «Ces jeunes n’ont pas injurié des responsables comme le faisait Malick Noël Seck»

Kadialy Gassama, rapporteur commission ad hoc : «Ces jeunes n’ont pas injurié des responsables comme le faisait Malick Noël Seck»

Le rapporteur de la commission ad hoc sur les sorties des jeunes Socialistes dans la presse rend compte de la décision du bureau politique du Parti socialiste qui a accepté leurs «regrets». Kadialy Gassama expli­que cette «clémence» accordée à Yous­souph Mbow et Cie et non à Ma­lick Noël Seck, exclu, par la différence dans le ton.

Quel sort a été réservé aux jeunes Socialistes Youssouph Mbow et Cie qui avaient fait des sorties dans la presse ?

Il n’y a aucun sort qui leur est réservé. Nous tenons à l’unité et à la cohésion de notre parti. Et lorsque ces jeunes se sont confrontés par presse interposée, le bureau politique a mis en place une commission ad hoc présidée par le doyen Abdou Khadre Cissokho qui a entendu ces jeunes à trois reprises. La démarche adoptée par ces jeunes ne cadrait pas avec les règles de discipline du parti. Raison pour laquelle la commission ad hoc les a convoqués pour qu’ils s’expliquent sur les tenants et les aboutissants de leurs agissements à travers la presse écrite. A l’issue de ses travaux, la commission ad hoc a fait un rapport à l’attention du bureau politique. Il faut signaler, par ailleurs, que les jeunes ont regretté leur acte. Dans ce rapport, nous leur avons rappelé les règles de fonctionnement du parti et leur avons signalé que le débat est démocratique. Chacun peut avoir ses opinions, mais que cela se fasse en interne, dans les instances. Nous leur avons rappelé la charte du militant qui exige qu’on cultive la camaraderie en toute circonstance. Des camarades, dans un parti comme le Ps, ne doivent pas s’invectiver par presse interposée et les débats doivent porter sur des questions essentielles et non des débats crypto-personnels.

Est-ce que des sanctions sont prévues pour les éventuels récidivistes ?



La commission ad hoc a fait son rapport pour condamner, dans un premier temps, les agissements contraires aux règles et statuts du parti et à la charte du militant. Ces actes ont été condamnés, même si le bureau politique a tenu compte de leurs regrets et a décidé souverainement de tourner la page. Aucune sanction n’a été prise à l’endroit de ces jeunes puisque la commission de discipline n’a pas été saisie.

Pourquoi n’avez-vous pas donné à Malick Noël Seck cette chance de se racheter ?



Ce n’est pas la même chose. Ces jeunes ont donné leur position, mais ils n’ont pas injurié des responsables comme le faisait Malick Noël Seck qui a eu plusieurs avertissements pour des actes d’indiscipline.

Où en êtes-vous avec le renouvellement de vos instances ?



On en a beaucoup parlé lors de la réunion du bureau politique de ce mercredi. Aujourd’hui, il y a près de 50 coordinations qui ont atteint 75% de taux de vente des cartes et la Commission nationale de renouvellement dirigée par le camarade Khalifa Sall va se réunir mardi prochain pour commencer à autoriser les renouvellements. Donc, le processus est enclenché et, dès septembre, les renouvellements débuteront.

Vous avez aussi émis quelques observations relatives à l’Acte 3 de la décentralisation. Quelle est la position du Ps sur cette réforme ?

Hier (avant-hier, mercredi) le bureau politique a décidé de mettre en place une commission qui se penchera dès lundi prochain sur le rapport de l’Acte 3 de la décentralisation, au cours d’un séminaire à la maison du parti, auquel prendront part l’ensemble des élus du Ps, des députés, des cadres du parti, des militants… A l’issue de ce séminaire, le Parti socialiste donnera ses observations.

Le Quotidien