Accueil / Education / Kagnobon- le principal du Cem déclaré «Persona non grata» dans le village

Kagnobon- le principal du Cem déclaré «Persona non grata» dans le village

Entre les populations de Kagobon (localité située dans le département de Bignona) on se regarde en chiens de faïence. A l’origine de cette tension, l’exclusion dans le CEM, d’une centaine d’élèves selon les populations de ce village qui ont marché  pour   exprimer  toute leur colère. «Un seul objectif, c’est le départ du principal du CEM», lance le porte-parole des populations qui réclament le départ du chef d’établissement. Cheikh Ousmane Badji de poursuivre en ces termes : «nous sommes mobilisés uniquement pour le départ immédiat et sans condition du principal Monsieur Adama Diallo. Il est responsable de tous les maux dont souffre cet établissement. Depuis une semaine nous avons envoyé des correspondances. Il nous est arrivé de constater qu’environ trois cent élèves sont exclus pour l’année 2016-2017 faisant régresser le nombre de classes à six. Des décisions d’exclusion prises unilatéralement par le principal du CEM … », avancent les populations.

Des accusations balayées d’un revers de la main par le principal du CEM qui a envoyé un rapport épluché par les autorités académiques. L’inspecteur d’académie de Ziguinchor, Ismaila  Diouf interpellé appelle au calme et à la retenue avant de déclarer ceci : «Nous avons reçu une lettre venant des parents se fondant sur celle des enseignants en date du mois de juin 2017 pour dire que la gestion de l’école laisse à désirer. Le nombre de renvoi des élèves reste la principale accusation contre le Principal. Je dois dire que pour renvoyer des élèves il faut que le conseil de classe se réunisse et il y a bel et bien eu conseil des classes sur la base duquel, les décisions de renvoi ont été prises. Les critères de renvoi ont été respectés par le conseil des classes.

Les élèves qui ont été renvoyés de la sixième à la troisième sont au nombre de quatre-vingt-dix (90). Ils ont tous redoublé au moins  une fois, certains sont très âgés. Il y’a même eu un élève âgé de 21 ans. Maintenant, sur la base des allégations et des réponses, nous avons envoyé une mission sur place qui va s’enquérir de la situation sur le terrain. Et c’est à partir des conclusions de cette mission de supervision que nous allons statuer et voir la conduite à tenir … », martèle le patron de l’école qui tempère  en disant ceci : «j’en appelle au sens de la responsabilité de tout le monde pour ne pas hypothéquer les enseignements apprentissages dans cet établissement».

En attendant, cette tension secoue la vie scolaire dans cette localité où les populations ne veulent plus du chef d’Etablissement sur place.

Sud quotidien

À voir aussi

Les étudiants des écoles privées expulsés la semaine prochaine

Les  milliers d’étudiants orientés dans les établissements privés vont se retrouver encore dans la rue. …

Marche du 24 mai: Démonstration de force des étudiants…

Etudiants, lycéens et élèves du Sénégal ont battu le macadam, ce jeudi, pour exiger que toute …