Accueil / ECONOMIE / KAOLACK – Importation des véhicules d’occasion : Habib Sy ne compte pas lever l’interdiction

KAOLACK – Importation des véhicules d’occasion : Habib Sy ne compte pas lever l’interdiction

Si la levée de l’interdiction d’importation de véhicules de plus de cinq ans ne dépendait que du ministre des infrastructures, de l’équipement et des transports terrestres, M. Habib Sy, les transporteurs pourraient déchanter. Le ministre a été formel, lors du lancement des travaux de réhabilitation de la route Birkelane-Tambacounda : “Je ne suis pas d’accord”, a-t-il lâché. Comme s’ils s’étaient passé le mot auparavant, le président du regroupement des transporteurs routiers de Kaolack, Papa Yoro Samb et son homologue de Birkelane, ont tous les deux demandé au ministre Habib Sy de transmettre leur souhait au Président de la République pour la levée de l’interdiction sur l’importation des véhicules venant d’Europe. D’autant que “les routes défectueuses ont toutes endommagé nos véhicules et nous n’avons plus la possibilité d’importer des voitures neuves”, regrette Papa Yoro Samb.
Pour le ministre, c’est impensable pour un pays qui veut se moderniser, de “construire des routes modernes et autoriser des guimbardes à circuler sur nos routes. Il faut que les Sénégalais aient beaucoup plus d’ambition. L’Afrique doit éviter d’être le dépotoir des pays modernes”, enseigne le ministre. C’est fort de cette leçon que le ministère des infrastructures, de l’équipement et des transports terrestres, se propose de réformer le permis de conduire, renouveler le parc automobile, vérifier strictement les chargements des camions en somme, tout ce qui pourrait constituer des facteurs de dégradation des routes, et d’appeler enfin les populations à “un bon comportement citoyen à l’égard des routes”, persuadé que “sans de bonnes routes, on ne peut établir un bon marché intérieur”.

Par ailleurs, on semble aller vers la fin du calvaire des usagers qui empruntent la route Kaolack-Tambacounda, après le lancement des travaux de réhabilitation, qui participe au “renforcement de la compétitivité de notre pays dans la sous région par la réduction des coûts et de la durée des trajets”. Appuyée par l’Union Européenne, cette réhabilitation fera de cette route, selon Habib Sy, le prolongement naturel du corridor du Sud qui ouvre notre pays aux autres Etats de l’Uemoa, facilitant ainsi notre désenclavement. Une enveloppe financière d’environ 45 milliards de francs Cfa a été dégagée pou l’exécution des travaux, dont le délai est fixé à 18 mois pour le lot 1 concernant le tronçon Birkelane-Koungheul (110 km). Quant au lot 2, concernant le tronçon Koungheul-Tambacounda (127km), le délai est fixé à 20 mois.

Par ailleurs, pour les travaux d’entretien périodique de 116 km de routes revêtues, qui est l’une des principales composantes du 2ème programme sectoriel des transports (Pst 2), la réalisation des travaux d’entretien des axes routiers Kaolack-Passy, Kaolack-Nioro, Kawil-Keur Madiabel, est financé par la Banque africaine de développement (Bad), pour un montant d’environ 9 milliards de francs Cfa, et le délai d’exécution des travaux est fixé à 10 mois. Cette cérémonie de lancement officiel s’est faite en deux étapes. C’est d’abord à Kaolack, pour le tronçon financé par la Bad, et l’étape de Birkelane a servi de cadre de signature du contrat,en présence du chef de la délégation de l’Union Européenne, du Gouverneur de Tambacounda et du maire, l’ancien ministre, Souty Touré.


À voir aussi

Touba : 5.000 lampadaires pour illuminer la ville sainte

Dans certaines rues de Touba, il n’y a pas même d’éclairage public, les lampadaires ne …

Prix du ciment: Le ministre du Commerce annule la hausse

« Le ministre du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, et des PME a décidé …