arton154073

KAOLACK : UN MALADE DU SIDA INVITE AU RECOURS À LA PTME

(APS) – Amadou M. Dia, un porteur du virus du Sida marié à trois femmes et père de sept enfants séronégatifs a appelé, mardi à Kaolack, les parents séropositifs à ’’recourir aux mesures préventives préconisées dans le cadre de la Prévention de la transmission mère-enfant (PTME) pour éviter que l’enfant ne soit infecté depuis l’utérus de sa maman’’.

« Ils (parents) ne doivent pas céder à la stigmatisation et assumer pleinement leur statut séropositif en prenant toutes les mesures préventives qui épargneront leurs enfants de toute transmission de la maladie’’, a-t-il ajouté, en marge du forum d’échange et de réflexion pour l’amélioration des conditions de prises en charge sanitaires de personnes vivant avec le Vih Sida dans la région.

« Pour mon cas, a-t-il témoigné, quand j’ai su à l’époque que mon état sérologique était positif, je venais d’avoir quatre enfants et marié à trois femmes, j’ai aussitôt pris mes responsabilités pour aider moralement et psychologiquement mes épouses à prendre connaissance de leur état sérologique et après avoir surmonter ensemble cette épreuve, nous nous sommes mis à la PTME pour continuer à avoir des enfants ».

‘’Et grâce au PTME, j’ai pu avoir, dans mon état séropositif actuel, trois autres enfants en bonne santé en plus des quatre que j’ai eu avant, ce qui fait au total sept enfants et aucun n’est porteur du Vih Sida. Dieu merci tous mes enfants sont venus au monde et ne sont pas porteurs du virus », a-t-il souligné.

Donc, a assuré Amadou Dia, « avoir des enfants en bonne santé tout en étant un parent porteur de la maladie est bien possible tant qu’on accepte d’appliquer les présures préventives de la PTME ».

‘’Les parents qui connaissent leur sérologie positive doivent prendre leurs responsabilités pour dépister tôt leurs enfants et prévenir les comportements à risque’’, a-t-il suggéré.

‘’Malheureusement, on constate aujourd’hui, qu’il y a de plus en plus d’enfants qui connaissent leur séropositivité après l’âge de dix ans’’, a-t-il déploré, expliquant, que cela veut dire que l’effet stigmatisation est encore là au sein de la société et il faut que les parents porteurs du virus acceptent très tôt d’aller dépister leurs enfants.

La PTME a, pour éviter une transmission du virus de la mère infectée à son enfant, recours à diverses prises de médicaments antirétroviraux administrés avant et après l’accouchement. Aussi, un recours à une césarienne pour réduire le risque de transmission pendant l’accouchement et les pratiques post-natales telles que l’utilisation de lait maternisé comme alternative à l’allaitement sont recommandées.

Une mère atteinte du Vih peut transmettre le virus à son bébé dans l’utérus, pendant l’accouchement ou en l’allaitant.

Voir aussi

300x125_0796400d550632a1316d1cd91420f0fb787478f8

Un cas d’infertilité dû à la tuberculose

On pense souvent aux répercussions de la tuberculose sur les voies respiratoires. Mais, mal soignée, …