Accueil / ECONOMIE / Karim Wade et Bara Tall chassent les canadiens des Chemins de fer du Sénégal

Karim Wade et Bara Tall chassent les canadiens des Chemins de fer du Sénégal

La société ferroviaire Transrail Sa, ex Sncs qui avait été rétrocédé aux Canadiens à la suite de sa privatisation, n’est plus entre les mains de ces derniers. C’est maintenant une équipe belge qui est la tête de la société comme opérateur technique. Les Etats (Sénégal et Mali), les actionnaires et les administrateurs ont, en commun accord, décidé de renvoyer les Canadiens, qui pourraient même être poursuivis pour mauvaise gestion. En attendant que les résultats de l’audit interne se précisent, on nous signale que ces derniers, longtemps soupçonnés par les travailleurs de transfert de capitaux, auraient laissé un énorme trou.

Source : L’Observateur
Le Sénégal et le Mali, principaux actionnaires de l’ex Sncs, viennent en parfaite adéquation avec l’administration et les autres actionnaires de rompre le contrat de rétrocession les liant avec les Canadiens qui avaient repris et rebaptisé la société sous le nom de Transrail Sa. C’était à la suite de la privatisation de 2003. De sources proches du dossier, l’ère des Canadiens s’est refermée et une toute nouvelle s’est ouverte depuis plus d’un mois, dirigée cette fois ci par des Belges, qui sont à la tête d’un groupe d’actionnaires qui ont racheté les parts des Canadiens. En clair, nous dit-on, les Etats du Sénégal et du Mali ont, en commun accord avec les autres actions et le conseil d’administration de la société, décidé de renvoyer les Canadiens et désigné une société belge du nom de « Vecturis » comme opérateur technique et qu’elle aurait déjà signé le nouveau contrat de rétrocession. Ainsi c’est un Belge, Eric Pessaire, qui remplace le Canadien François Lemieux à la tête de l’entreprise. D’ailleurs, notre source révèle que « la page des Canadiens est maintenant révolue, la société repart sur de nouvelles bases ». En plus, elle signale que le Belge est déjà au Sénégal, cela depuis plus de 45 jours. Cependant, fait-on savoir, si aujourd’hui les Canadiens sont partis, c’est grâce à l’appui de deux personnes que sont Karim Wade et Bara Tall qui ont de mains de maître piloté le dossier jusqu’à son aboutissement. Avec cette « alternance », c’est maintenant Ibrahim Diack qui est à la tête de la présidence du conseil d’administration. Sur les raisons du renvoi, l’on signale que de multiples manquements liés à la situation délétère dans laquelle la société est plongée depuis l’avènement des Canadiens seraient à l’origine. Mais aussi une gestion financière pas du tout catholique : l’audit interne qui est en train de se réaliser laisse apparaître un énorme trou. Une information qui, si elle se précise, donnerait raison aux travailleurs qui ont de tout temps dénoncé un transfert de capitaux de la part des Canadiens. En tout cas nous dit-on, la procédure suit son cours et serait même en stade de finition. Toutefois, précise la source, les Canadiens pourraient être poursuivis pour mauvaise gestion et malversation financière. Pendant ce temps, les travailleurs et syndicalistes, eux, jubilent. « Les autorités viennent d’accéder à une vieille revendication, qui n’était autre que le départ de François Lemieux et son équipe ». Selon Pierre Ndoye, secrétaire général de la fédération des travailleurs du rail (Fetrail), l’espoir est maintenant permis. De son avis, c’est une nouvelle ère de partenariat qui s’ouvre. D’ailleurs, se réjouit-il la toute nouvelle direction est venue avec l’esprit de poser les jalons d’un climat apaisé avec zéro conflit. Comme première mesure, renseigne Pierre Ndoye, la nouvelle direction a levé toutes les mesures de licenciement et de suspension que l’ancienne direction avait prise. Ainsi, le syndicaliste précise que la décision est déjà effective pour les 10 cheminots qui avaient été licencié au Mali par François Lemieux, alors que 3 sur les 5 cheminots sénégalais, ont déjà vu leur sanction levée. La procédure pour les 2 autres suit son cours.


À voir aussi

Ecosystème marin : Les scientifiques sénégalais appelés à jouer leur partition

L’Académie nationale des sciences et techniques du Sénégal (Ansts) a réuni, depuis hier à Dakar, …

Industrialisation de l’Afrique : Akinwumi Adesina mise sur la formation professionnelle et technique

Le Président du Groupe de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina, a présidé hier …