Accueil / POLITIQUE / Khalifa protégé par l’immunité parlementaire

Khalifa protégé par l’immunité parlementaire

Les résultats définitifs des élections législatives du 30 juillet dernier, annoncés par le Conseil constitutionnel constituent une arme pour la défense de Khalifa Sall, qui a introduit une demande de liberté d’office pour libérer le détenu devenu député.​

Khalifa Sall est devenu officiellement député, selon le Conseil constitutionnel dans l’annonce des résultats définitifs des élections législatives du 30 juillet dernier. Pour ses avocats, « le juge d' »instruction ne peut plus le maintenir en détention sous peine de violer son immunité parlementaire ». Me Clédor Ciré Ly et ses avocats et ses collègues ont déposé une demande de liberté d’office pour leur client jeudi après-midi.

Dans un long texte repris par L’Observateur, les avocats du maire de Dakar ont descendu en flamme les autorités judiciaires et étatiques du président de la Cour suprême à celui de la Cour d’Appel sans oublier le chef de l’Etat. Pour les conseils juridiques de Khalifa Sall, ces autorités ont sciemment piétiné les droits de leur client et délibérément ignoré la loi.

« Nous avons toujours dit que la détention de Khalifa Sall relève d’une volonté politique. Ce n’est pas un cas judiciaire. (…) Cette séparation de pouvoir n’existe pas (Ndlr : au Sénégal). On voit comment la justice marche. L’Assemblée nationale aussi, on voit comment elle a toujours marché. Donc, qu’on ne se leurre pas. Mais cela ne nous empêche pas, en tant que citoyen (…) de leur mettre en face de leur responsabilité », disent-il dans le texte.

Pour conclure, les avocats de Khalifa Sall ont rappelé que « tous ces manquements et violations, relèvent de la compétence du Comité des Nations Unies sur les droits de l’Homme ». Et que si leur client y tient, ils vont déférer la question au dit Comité.

À voir aussi

Un arbre de Noel aux allures de rentrée politique- Le coordonnateur de l’UCG en route vers le Macky

Le coordonnateur de l’UCG a un pied à l’Alliance pour la République.  Hier,  lors de …

Dakar et Banjul Un an après le départ de Jammeh, des relations fluides

RFI – Il y a un an, après six longues semaines de crise, Yahya Jammeh acceptait de …