téléchargement

Khalifa Sall au front : où est le Ps de Tanor ?

Le silence de Ousmane Tanor Dieng devant l’épreuve que vit Khalifa Sall est indigne et énigmatique. Le Secrétaire national à la Vie politique du Parti socialiste (Ps), par ailleurs Maire de Dakar, membre de plusieurs associations nationales et internationales, subit une politique étatique de coercition et de règlement de comptes et nul n’entend le Secrétaire général de ce parti, Ousmane Tanor Dieng.

Le juste est dans l’abîme. On donne le sceptre à la forfaiture. Les droits sont trahis. Le Maire socialiste de Dakar est mis au supplice politique. Et le Secrétaire général du Parti garde le silence, affichant au coin des bornes et des faubourgs le déshonneur du Parti socialiste (Ps).

C’est sans précédant dans l’histoire et la lutte des Partis au Sénégal. La solidarité et la fraternité sont des vertus rares au Parti socialiste (Ps). La physionomie de ce Parti est maintenant bien établie. Deux clans y font face : d’un côté, les « Tanoristes » composés, politiciens sans passé, ni profil professionnel, aventuriers conduits par un loche destin et qui n’illustrent leur génie, si génie ils en ont, que par la hideuse conspiration et de l’autre les militants prêts à tous pour le triomphe d’idéaux, des militants du Parti et non d’un homme.

Face à l’épreuve que subit Khalifa Sall, le Ps est coi. Tanor Dieng garde un silence étonnamment complice avec les parures d’un acolyte du régime, un régime où il a casé ses hommes et ses femmes, des frotte-manches incapables de hausser leur petitesse pour dire non à la forfaiture. Pour rester au pouvoir et conserver l’avoir, ils conspirent contre le pauvre Khalifa Sall, répandent remontrances et furie et ne servent à ceux qui les interpellent qu’une condescendance hautaine.

Le Ps ignore est-ce que Tanor Dieng n’est pas fait pour être un meneur d’âme, un traceur de destin et un chef de l’État. Il n’en a ni le charisme, ni l’aura encore moins l’éther. On n’en peut rien.
En vérité, à cause de cet homme, il y a au Ps une animosité contenue, une antipathie interne et une répugnance clairement perceptible. Ceux qui ne se rangent pas dans l’ornière de cet OTD sont identifiés à des camarades incommodants à l’esprit obstrués qui doivent dégager.

C’est une ignominie de voir Aminata Mbengue Ndiaye se taire et se terrer dans son ministère des moutons et des vaches devant la flétrissure que subit Khalifa Sall. C’est triste de voir un Serigne Mbaye Thiam, au nom d’une loyauté, se dérober face aux tribulations qu’endure Khalifa Sall.

Si Aminata Mbengue Ndiaye, Serigne Mbaye Thiam et les autres biens casés dans le Macky étaient en dehors du régime, ils tympaniseraient le Sénégal, envahiraient les médias et s’érigeraient en tribun du juste.

En décembre 1852, Victor Hugo enseignait : « Quand on ne croit en rien, on est prêt à tout faire ». Et ils sont nombreux au Ps à ne croire en rien mais en une personne qui les utilise comme des marionnettes tristement suspendues au bout de ses cordes.

Un Maire socialiste, constatant le silence complice de Tanor et de ses ouailles, les yeux rouges, regarde le ciel et secoue la tête : « Si Pape Babacar Mbaye était en vie…»

Le Piroguier

Voir aussi

telechargement-6

INSECURITE ET SERIE DE MEURTRES Oumar fait … Maal aux Sénégalais

Le sang jaillit, coule et coule encore. Les esprits et les regards des citoyens sont …