Accueil / SOCIETE / Khalifa Sall déçu par les Pme sénégalaises

Khalifa Sall déçu par les Pme sénégalaises

Des marchés d’une valeur de 4 milliards de francs Cfa de la ville de Dakar ont été gagnés par des Pme sénégalaises depuis un an et demi mais elles n’arrivent pas à les exécuter correctement à cause de leurs limites financières ou techniques.Une situation qui a sidéré le maire de la ville de Dakar, Khalifa Sall. Qui, rencontrant le Cnp, hier, a souhaité que le ‘vrai privé national’ s’engage dans les projets de la municipalité.
La mairie de Dakar n’est pas satisfaite du niveau d’implication du secteur privé national dans les marchés de la ville. Khalifa Sall a, en effet, fait part au Conseil national du patronat (Cnp) de son désenchantement vis-à-vis des marchés de la municipalité dont certaines petites et moyennes entreprises se sont emparé à la suite d’appel d’offres. ‘On est un peu inquiet parce que nous ne sentons pas le secteur privé à nos côtés. Nous sommes à près de 15 milliards de francs Cfa de marchés et nous n’avons pas vu les grandes entreprises du pays. Ce sont de petits tâcherons (sic) qui ont gagné les marchés et n’arrivent pas à les exécuter correctement’, a déclaré le maire de Dakar hier lors d’une visite au Conseil national de patronat du Sénégal (Cnp). En effet, révèle Sall, 4 milliards de francs Cfa avaient été dégagés par la municipalité pour la réhabilitation des 159 écoles de Dakar et des appels d’offres lancés pour les 87.

Mais aujourd’hui, grande a été leur surprise de constater que ceux qui ont gagné les marchés ne sont pas en mesure de faire correctement le travail. ‘Certains ont gagné les marchés depuis un an et demi et n’arrivent pas à livrer les classes jusqu’à présent. Des prestataires qui ont soumissionné font preuve de limites dans leurs capacités financières ou techniques de telle sorte que, aujourd’hui, nous avons beaucoup de marchés qui connaissent des difficultés parce le prestataire ne peut les faire. On sera obligé de faire des sommations pour annuler le marché’, dit Khalifa Ababacar Sall. Qui regrette d’être déçu par les petites et moyennes entreprises sur lesquelles le pays doit beaucoup compter pour son développement. Le maire de Dakar a ainsi déploré l’absence du ‘vrai secteur privé’ qui laisse certains marchés importants de la municipalité lui filer entre les mains pour être raflés par des entreprises étrangères comme ce fût le cas avec le projet de création d’une usine de pavage, un marché de 9 milliards de francs Cfa remporté par une entreprise burkinabé.

C’est pourquoi, Sall invite le patronat sénégalais à s’insérer dans les projets d’envergure que son équipe compte réaliser pour changer le visage de Dakar. Cela, à travers un partenariat public privé (Ppp). En effet, Sall annonce que la mairie cherche à diversifier ses sources de recettes. Pour ce faire, elle veut s’appuyer sur les entreprises à cause des rigueurs de la loi qui ne lui permettent pas de dépasser 33 % dans sa participation dans les projets. ‘Nous avons de gros projets surtout dans le domaine du patrimoine et de l’immobilier parce que nous avons décidé de reconstituer le patrimoine de la ville. On ne peut pas avoir une grande ville comme Dakar et ne compter que sur des taxes et des recettes. Toutes les villes du monde ont aujourd’hui des moyens d’actions par l’immobilier, par l’achat d’actions dans les sociétés. C’est une option que le conseil municipal a validée’, affirme le maire.

Qui invite le privé national à mettre à profit l’organisation à Dakar d’Afracités, le rassemblement de toutes les collectives locales d’Afrique et du monde, qui va se tenir dans notre capitale du 04 au 08 décembre 2012, pour concocter des projets urbains permettant de changer le visage de la capitale. ‘Il est possible de faire beaucoup de choses ensemble dans le domaine des parking payants, des toilettes publiques, des feux rouges, de la fourrière, etc… Les rares projets que nous allons faire ces mois à venir, nous allons les faire avec des étrangers. Et cela m’inquiète parce que nous aurons souhaité les réaliser avec le secteur privé sénégalais’, poursuit Sall.

Néanmoins, Khalifa Sall n’a pas manqué d’indexer la Direction centrale des marchés publics (Dcmp) qui, selon lui, freine l’ardeur de l’équipe municipale. ‘Le code des marchés publics fait que tout ce que nous avons eu ne nous satisfait pas. Récemment, on a acheté plus de 100 véhicules mais on n’a eu que des voitures chinoises. Les marchés sont souvent bloqués par la Dcmp qui nous reproche souvent des critères discriminatoires. On a voulu construire un immeuble R+4 pour lequel tous les techniciens ont dit qu’il fallait un milliard de francs Cfa pour le bâtir mais nous avons eu une offre moins disante de 500 millions de francs Cfa’, déplore-t-il.

Seyni DIOP

Source Walfadjri

À voir aussi

Colobane: Affrontements entre commerçants et policiers

Les grenades lacrymogènes tonnent à Colobane. Le marché a été transformée en champs de bataille. …

500 kilogrammes de yamba saisis

Belle prise des agents des eaux et forêts. Selon la Rfm, ils ont intercepté dans …