Accueil / ACTUALITES / Kolda : Le corps du jeune mort dans le commissariat transféré à Dakar

Kolda : Le corps du jeune mort dans le commissariat transféré à Dakar

La tension est toujours lourde à Kolda après la mort «suspecte» du jeune Dominique Lopy à la police locale. Le transfert de sa dépouille à Dakar pour une autopsie n’enlève rien à la détermination des jeunes de voir la lumière éclatée sur ce «crime».

Source : Le Quotidien
Les populations de Kolda, en particulier celles du quartier Doumassou, doivent prendre leur mal en patience pour avoir une idée précise et nette sur la mort de Dominique Lopy. L’autopsie, exigée par ses parents, amis et proches, se fera à Dakar où la dépouille mortelle est attendue, ce mercredi. Annonce faite par le porte-parole du collectif des jeunes de Kolda, réunis par la circonstance. Ces jeunes ont fini de saccager des maisons d’autorités, en guise de protestation contre cette mort qu’ils imputent aux forces de police.

Dominique Lopy est mort, tôt, le samedi dernier dans les locaux du commissariat urbain de Kolda où il était en garde à vue pour un vol, dit-on, perpétré dans le domicile du président du Conseil régional. Sa mort entre «les mains de la police» a provoqué l’ire des populations qui exigent que la lumière soit faite pour situer les responsabilités.

Après des affrontements entre civils et forces de l’ordre, la médiation des autorités est intervenue pour limiter les dégâts. A en croire Malick Diao, le porte-parole du collectif des jeunes, c’est après plusieurs rencontres de recherche de solutions avec les autorités, qu’il a été décidé d’amener le corps de la victime à Dakar pour y faire l’autopsie, afin que toute la lumière soit faite sur les véritables causes de cette mort qui a fini de changer le décor et le rythme de la vie à Kolda.

Le collectif des jeunes exige que les responsables de ce «crime» soient punis, conformément à la loi. Des séries de rencontres avec les autorités ont abouti à la conclusion que la dépouille soit transférée de la morgue de l’hôpital régional de Kolda à Dakar. Ainsi, c’est par avion que la dépouille mortelle du jeune Lopy quittera Kolda, ce mercredi, à la suite des bons offices du ministre-maire Bécaye Diop qui, affirme-t-on, est descendu au Fouladou pour, entre autres, apaiser la tension des populations face à ce deuil.

Du coté des autorités sanitaires, le contexte actuel de ce malheureux événement ne favorise pas une autopsie sur place à Kolda. Tout au plus, ils trouvent juste et raisonnable le transfert du corps de la victime, même si certaines compétences existent bien dans la structure sanitaire.

Le collectif des jeunes est toujours formel sur ses attentes. «Si l’autopsie révèle le contraire de ce que nous attendons, nous allons forcément exiger une contre-expertise», a encore lancé leur porte-parole qui a été désigné pour accompagner la dépouille avec certains membres de la famille du défunt. Une prolongation des faits qui alourdit la tension des manifestants, malgré les nombreuses médiations qui ont abouti au retour au calme. Même si, pour l’heure, l’enterrement de Dominique Lopy est prévu, probablement, pour le vendredi prochain dans la consternation, tous les yeux et oreilles sont orientés vers ce que donneront les résultats finaux de l’autopsie.

La marche de protestation des jeunes contre «les bavures policières à Kolda» fixée initialement à ce jeudi, est reportée, en attendant les résultats de Dakar. Malgré tout, le collectif maintient sa position de déposer un memorandum auprès du gouverneur chargé de le transmettre au chef de l’Etat.

Un calme plat est noté dans la capitale du Fouladou avec l’absence d’activités récréatives et autres attroupements, surtout pendant la nuit. Car, au niveau de divers coins de la ville, on note la présence des éléments du Groupement mobile d’intervention (Gmi), qui ont élu domicile au Commissariat urbain où les activités ont repris dans la tristesse, la désolation et l’émotion, selon certains agents rencontrés.

A propos du brigadier-chef de la police, principalement indexé parmi les présumés “coupables” par les manifestants, on apprend que sa famille a été évacuée hors de Kolda et mis hors de danger. Car, après que sa maison a été incendiée par des nervis, le jour du décès de Dominique Lopy, la crainte de voir sa progéniture malmenée ou tabassée par des jeunes furieux contre les policiers, était réelle. Dans tous les cas, la dépouille mortelle de la victime est attendue à Dakar pour une autopsie, indique-t-on, libre, transparente et faite sans aucune pression. En attendant, c’est la cité de Kolidado qui tarde à retrouver son rythme d’avant.

À voir aussi

Ouza, l’argent de Khalifa et l’élection de Macky »

Bébé tué à Pikine: Retour sur les lieux du crime