Accueil / CULTURE / Kolda : Une jeune handicapée suit les traces de son père, légende locale

Kolda : Une jeune handicapée suit les traces de son père, légende locale

Kolda, 5 mai (APS) – Coiffeuse de métier et musicienne de cœur, Sala Dièye, 25 ans, essaie de trouver sa voie par le rap, suivant en cela les traces de son père, chef d’orchestre d’un grand groupe qui a fait les beaux jours des mélomanes koldois dans les années 80.
Handicapée des pieds, Sala Dièye refuse pourtant de ‘’pleurer sur son état physique ». Contre la fatalité, la jeune ‘’Si Salisto » (nom d’artiste) a mis en place et anime un groupe de rap qui continue de faire son bonhomme de chemin. En association avec Ousmane dit Thioukel, un jeune de son âge.

Entre temps, Sala qui dit ne compter que sur ses propres forces pour ‘’relever les défis de la vie en travaillant pour gagner sa dignité », a eu le temps de faire ses armes comme choriste au sein de l’orchestre régional de Kolda.

‘’Je veux que les autres me jugent, je sais cependant que les thèmes que je choisis touchent les jeunes particulièrement, car je parle de comportement entre jeunes garçons et filles, de l’amour, des grossesses précoces, de la trahison, de l’immigration clandestine, des mariages forcés etc. », a-t-elle déclaré à l’APS.

‘’J’ai été victime personnellement des deux cas », souligne Sala parlant des grossesses précoces et de l’immigration clandestine. ‘’D’abord, j’ai eu mon enfant à l’age de 22 ans. Et puis mon ami est parti à l’aventure. Ce qui m’avait beaucoup affecté pendant des semaines ».

Face à ces problèmes qui sont le lot des jeunes en particulier, Sala entend continuer son ‘’combat » à travers la musique, pour sensibiliser la frange la plus jeune de la population, en l’invitant à s’armer de courage pour éviter ‘’la facilité, notamment la drogue, la prostitution, l’alcool, ainsi que d’autres pratiques illicites ».

Comme la plupart des autres groupes musicaux de cette région, Sala Dièye et son associé se plaignent surtout du manque de matériels pour une pratique convenable de la musique.

A cela, s’ajoutent d’autres contraintes liées à la difficulté de trouver un producteur ou un mécène pour réaliser le rêve de tout jeune artiste : sortir un album sur le marché.

En attendant, ‘’Si-Salisto » et son groupe multiplient les participations à diverses manifestations qui pourraient définitivement leur procurer une certaine renommée.


À voir aussi

Maroc-Sénégal Farssi immortalise les relations historiques entre les deux pays

Professeur titulaire à l’Ecole supérieure polytechnique de Dakar,  Sidi Mohamed Farssi vient de publier un …

«Le réveil des lions» Laye ‘’Ananas’’ dédie une fresque aux Gaindés du Foot

La compagnie de danse, « Lions of Africa », dirigée par Abdoulaye Dieng dit Laye Ananas, a …