SOCIETE

KORITÉ 2016- Les marchés de Dakar à l’heure des préparatifs…

  • Date: 4 juillet 2016

Nous sommes à quelques jours de la fête de Korité.  C’est le rush dans presque tous les  marchés de Dakar. Tout est réuni pour de bonnes affaires, sauf que les clients se contentent de marchander et de rebrousser chemin, rebutés par les prix que les commerçants jugent pourtant très abordables.

Le  »wanteer » bat le record

À l’approche de chaque fête, les commerçants du marché HLM ont coutume de réduire le prix des marchandises. C’est le cas de Modou Faye, un jeune qui tient boutique audit marché, depuis belle lurette. « Chaque année, à l’approche de chaque événement, notre boss fait de bonnes affaires, en réduisant le prix de ses marchandises, plus précisément les tissus », avance Abdoulaye Ndiaye. Il gère l’animation. Il ponctue ses propos de quelques pas de danse. Les tissus : la ‘’til’’, ‘’djipiir’’, la soie duchesse, le getzner, le brodé… en vogue, sont accrochés ou tout simplement mis par terre. Les clientes s’en donnent à cœur joie. Dans cette cantine, les prix ne se discutent pas. Il y en a pour toutes les bourses. Les prix varient entre 500 et 8000 F Cfa, le mètre. Néanmoins, Abdoulaye Ndiaye renseigne que les affaires ne marchent pas aussi bien que l’année dernière. « Des femmes ont envie de faire plaisir à leurs enfants, mais elles n’y arrivent pas. » Du côté des vendeurs de chaussures, c’est la même rengaine. « Nous ne sentons plus les choses comme avant même si j’avoue que c’est mieux cette année », note Bamba Seck.

Même si les marchés de Dakar sont pris d’assaut par les clients, en cette veille de Korité, les affaires ne marchent pas encore fort. Pour cause, « les gens viennent marchander, mais n’achètent pas », renseigne Fama Mbaye. Elle vend des pots de fleurs, occasionnellement, pour la fête de Korité. « Je suis arrivée au marché HLM, vers 12 heures. Mais, je n’ai encore rien vendu », dit-elle. Ses marchandises viennent de Dubaï. Elle vend ses produits à 1 5OO F Cfa et considère que le prix est abordable. À côté, deux jeunes hommes rivalisent d’ardeur pour attirer les clients. Malgré la cohorte de femmes qui squattent le réduit qui leur sert de cantine, l’un d’eux sert le même discours. « Les affaires ne marchent pas. Les gens viennent souvent pour voir les prix, mais ils n’achètent pas. Quelques-unes seulement achètent, après un long marchandage », souligne le jeune marchand qui préfère garder l’anonymat. Les affaires, poursuit-il, roulaient mieux l’année dernière. Les prix varient entre 3 000 et 6 000 F Cfa.

À l’intérieur du marché, règnent les marchands de tissus, de chaussures, de bracelets, de montres, broches (épingles multicolores pour cheveux). Il faut jouer des coudes pour se faufiler entre les rangées. Du côté des tailleurs, les choses ne sont pas comme ils l’espéraient.  La plupart d’entre eux ont presque fini leurs commandes mais les clients se font désirer. « Nous, on ne voit personne. Les clients ne sont pas fréquents. On a fini toutes nos commandes », se désole un commerçant.

Au Marché Castor, précisément du côté des vendeurs d’aliments, une petite augmentation des prix a été constatée. Le prix de l’ognon blanc qui coûtait 625O F Cfa est passé à  7500 F Cfa  soit 300  de plus ;  le local est rétrocédé à 8200 F Cfa soit 325 le kilogramme de plus au lieu de 7500 F Cfa. Et pour  ce qui est des poulets, vedettes de la fête, y en  aura à suffisance. « Les poulets, il  y a n’en pour toutes les bourses car les prix varient entre 2000  et 6000 F Cfa », rassure Modou ‘’guinar’’, vendeur de poulets au Marché Castor.

Khady Thiam COLY (Stagiaire)

 

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15