Accueil / ECONOMIE / L’activité économique restera dynamique en 2011 au Sénégal (officiel)

L’activité économique restera dynamique en 2011 au Sénégal (officiel)

APA-Dakar (Sénégal) L’activité économique au Sénégal devrait rester dynamique en 2011, en dépit des incertitudes pesant sur l’économie mondiale et les difficultés relevées dans le secteur de l’énergie, a déclaré mardi à Dakar le Chef de la division des projections macro-économiques et de suivi des programmes à la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE), Djibril Dione.

Présentant la situation économique et financière du Sénégal en 2011 et les perspectives de 2012, M. Dione soutient que ‘’la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel devrait s’établir à 4% en 2011 contre 4,1% en 2010, à la faveur notamment de la bonne tenue des secteurs primaire et secondaire’’.

Le secteur primaire devrait croître de 4,5% en 2011 contre 5% enregistré durant l’année précédente, a-t-il souligné, ajoutant que cette croissance devrait être tirée par le dynamisme du sous-secteur de l’élevage qui enregistrerait 7,3% contre 6,6% en 2010.

Dans le secteur secondaire, M. Dione table sur une croissance de 5% de l’activité économique, matérialisant un léger ralentissement de 0,5 point qu’il impute à la persistance des difficultés dans le secteur de l’électricité.

Concernant le secteur tertiaire, il devrait afficher une évolution quasi-similaire à celle de 2010 avec 3,9%, légèrement en dessous de la croissance potentielle estimée durant les dernières années à 4,2%.

‘’Le taux d’inflation, mesuré par le déflateur du PIB, s’établirait à 3,3% en 2011 contre 1,4% en 2010 sous l’hypothèse du cours du baril de pétrole à un niveau encore élevé (103 dollars en 2011 contre 79 dollars en 2010)’’, affirme M. Dione. Il ajoute que l’inflation mesurée par l’indice harmonisé des prix à la consommation est ressortie en hausse de 3,9% sur les sept premiers mois de l’année 2011.

Ibrahima Wade Secrétaire permanent de la Stratégie de croissance accéléré (SCA) a mis en exergue la problématique de la stagnation du taux de croissance du PIB, suggérant de voir des filières de diversification comme l’horticulture et les cuirs et peaux booster cette croissance.

M. Wade a, par ailleurs, préconisé l’accompagnement des secteurs productifs. Ce qui, à ses yeux, sera possible avec la mise en œuvre du nouveau document de politique économique et social (DPES).

Valéria Fichera, représentant résident du FMI à Dakar a, pour sa part, affirmé que la croissance devra être soutenue par le secteur privé et non par le secteur public.

MS/cat/APA

À voir aussi

Commande publique Le taux d’accès des artisans locaux est passé de 12,7 à 65,14% en 2017

La Direction du Matériel et du Transit administratif (DMTA), en collaboration avec le Projet Mobilier …

Accord gazier entre le Sénégal et la Mauritanie ‘’Macky est parti à Nouakchott en position de faiblesse’’, selon Tekki

La polémique sur l’accord signé le 9 février entre la Mauritanie et le Sénégal, pour …