18 avril, 2014
Accueil » FAITS DIVERS » L’agresseur du Ministre Madické Niang condamné à perpétuité.
L’agresseur du Ministre Madické Niang condamné à perpétuité.

L’agresseur du Ministre Madické Niang condamné à perpétuité.

Le ressortissant guinéen accusé d’avoir tenté de soutirer la mallette, le téléphone portable et d’autres objets de valeur et causé des blessures à l’ancien ministre Me Madické Niang et à son épouse a été condamné, lundi par la Cour d’assises de Kaolack aux travaux forcés à perpétuité.
L’affaire avait été jugée par la juridiction de Dakar le 14 décembre 2009. L’accusé Amadou Tidiane Kanté, avait écopé d’une peine de travaux forcés à perpétuité. Ses avocats avaient fait appel mais la troisième session de la Cour d’assises de Kaolack, a jugé et rendu son verdict aujourd’hui. Le jugement prononcé par la même juridiction de Dakar a été maintenu.

L’Aps rappelle que le ressortissant guinéen, qui travaillait comme employé de maison chez le ministre des mines du défunt régime libéral, avait soustrait, le 31 juillet 2004 vers 20 heures, l’arme factice du gardien avant de s’introduire dans la chambre à coucher de Me Niang pour essayer d’y voler une mallette, un téléphone portable et des bijoux.

Le Ministre qui se trouvait dans la chambre avec son épouse avait résisté au voleur. Il avait été blessé au cours de la bagarre des blessures confirmées par le certificat médical attestant de 45 jours d’incapacité temporaire de travail.

L’accusé avait réussi à s’enfuir en passant par la fenêtre après avoir jeté l’arme et la mallette

Il a été appréhendé quelques heures plus tard au marché Nguélao, dans la cantine d’un de ses proches. Il détenait une carte d’identité nationale sénégalaise.

Madické Niang avait par la suite déposé une plainte au commissariat de Dieuppeul.

Pourtant, le ministre avait pardonné par la suite quand il a été nommé à la tête de la justice en se désistant de la constitution de partie civile.

Pour l’avocat général Cheikh Bamba Niang, les étrangers doivent respecter les normes établies dans les pays d’accueil. Il a demandé la confirmation du jugement rendu par la Cour d’assises de Dakar.

Me Bamar Faye avocat de la défense a relevé, pour sa part, une disproportionnalité entre les faits et la sanction. « Même la partie civile lui a pardonné, par conséquent, faites fi de l’article 367 du code pénal et accordez-lui des larges circonstances atténuantes » plaidera Me Faye qui demande que le jugement de Dakar soit infirmé.

REWMI.COM/MK