22 novembre, 2014
Accueil » ACTUALITES » L’ambassadeur de la Palestine demande l’arrêt  »des crimes contre l’humanité » à Gaza
L’ambassadeur de la Palestine demande l’arrêt  »des crimes contre l’humanité » à Gaza

L’ambassadeur de la Palestine demande l’arrêt  »des crimes contre l’humanité » à Gaza

L’ambassadeur de Palestine au Sénégal, Abdalrahim Alfarra, a invité la communauté internationale, jeudi, à mettre fin à l’occupation israélienne et à trouver des solutions pour arrêter  »les crimes contre l’humanité » dans la Bande de Gaza.
‘’La communauté internationale et les hommes libres doivent assumer leurs responsabilités. Il est temps de condamner les crimes sionistes contre le peuple palestinien et à lever le blocus de Gaza’’, a-t-il dit.

Abdalrahim Alfarra animait un point de presse sur les attaques israéliennes contre la population civile dans la Bande de Gaza. Plusieurs ambassadeurs arabes, accrédités au Sénégal, ont pris part à la rencontre.

‘’Les grandes puissances doivent mettre fin à l’occupation israélienne des territoires palestiniens », a dit le diplomate.

Il a plaidé pour  »la création d’un Etat palestinien indépendant, souverain et avec Jérusalem-Est comme capitale et le droit de retour des réfugiés palestiniens, conformément aux résolutions des Nations Unies ».

‘’Les images terribles des civils de Gaza sous les bombes israéliennes attestent clairement que le peuple palestinien est victime de crimes contre l’humanité relevant des compétences de la Cour pénale internationale’’, a souligné l’ambassadeur.

Abdalrahim Alfara a également déploré ‘’la passivité et l’impuissance de la communauté internationale, quand il s’agit de crimes commis par Israël », estimant que cette situation n’est que  »le reflet de la politique de deux poids, deux mesures à laquelle nous nous sommes habitués.’’

Sinon, poursuit-il, comment interpréter l’absence de condamnations contraignantes des nombreux crimes commis par les dirigeants sionistes ?, s’interroge-t-il, soulignant que ‘’ces derniers continuent de fouler aux pieds les conventions internationales, car ils se considèrent au dessus du droit international.’’

Pendant huit jours, le sang des enfants de Palestine n’a cessé de couler. A ce jour, l’on a enregistré la mort de 161 personnes dont 43 enfants, 15 femmes, 18 personnes âgées et plusieurs blessés’’, a révélé M. Alfara.

APS