18 avril, 2014
Accueil » ACTUALITES » L’armée sénégalaise veut recruter d’ici la fin de l’année 2400 femmes soldats
L’armée sénégalaise veut recruter d’ici la fin de l’année 2400 femmes soldats

L’armée sénégalaise veut recruter d’ici la fin de l’année 2400 femmes soldats

L’armée sénégalaise a lancé jeudi une campagne pour recruter d’ici à la fin de l’année 2.400 soldats, qui seront formés pour des unités combattantes et incluront pour la première fois de son histoire 300 jeunes femmes. « Nous avions des filles médecins militaires, c’est-à-dire de la catégorie officiers. Mais maintenant, nous avons décidé d’élargir cet éventail au niveau des militaires du rang, c’est-à-dire ceux qu’on appelle communément soldats », a déclaré à l’AFP le colonel Ousmane Sar, chef de la Direction de l’information et des relations publiques des armées (Dirpa).

« Ce sera le premier contingent de jeunes filles. Dans un premier temps, nous voulons incorporer 300 filles (…) en trois fractions de 100″, à compter de janvier 2008, a ajouté le colonel Sar.

L’opération de recrutement est prévue sur 45 jours à travers le pays. Elle a commencé jeudi à Podor, Matam (extrême nord) et Vélingara (sud), avec pour objectif de sélectionner au total 2.400 jeunes (18-23 ans) pour « la formation initiale du combattant », sur deux ans.

« Formation du combattant, car la finalité d’une armée, c’est l’engagement. On prépare la guerre en temps de paix », a expliqué le lieutenant-colonel Ma Boye, chef de la Division gestion et formation (DGF) des armées.

Pour Amsatou Sow Sidibé, présidente du Réseau africain des femmes travailleuses (Rafet), intégrer des femmes recrues est « une excellente chose », mais les futures soldates doivent « jouer le rôle noble ».

Elles doivent être engagées « pour le maintien et la consolidation de la paix, la résolution des conflits. Parce qu’elles sont ou seront mères, elles ne doivent pas détruire des vies », a indiqué Mme Sidibé.

En attendant qu’elles puissent décider de leur carrière dans l’armée, « nos soeurs seront bien prises en compte », a assuré le dentiste commandant Pape Moussé Ndiaye, de la Direction de la santé des armées.

Tout a été préparé pour leur accueil, ont affirmé les officiers: les « textes réglementaires » ont été révisés, des « cadres d’emploi » définis pour les femmes, et les infrastructures réaménagées, notamment au centre d’instruction de Dakar-Bango (près de Saint-Louis, nord).

Ce centre, jusqu’alors « bastion masculin » et « creuset d’une certaine forme de virilité (…) va s’adapter à une nouvelle réalité », avec les futures soldates, a souligné le commandant Ndiaye.

« Mais nous ne ferons pas de dichotomie dans la formation. Elles vont subir les mêmes leçons, les mêmes modules, les mêmes rigueurs » que les jeunes hommes, a assuré le lieutenant-colonel Boye de la DGF. « L’objectif, c’est d’atteindre la parité, mais il faut que nos soeurs gagnent leur place dans l’armée ».

Au-delà de la révision des textes et des infrastructures, l’arrivée des soldates implique aussi une autre adaptation pour leur hiérarchie: celle du langage courant.

« On parlait d’hommes de troupes, mais par rapport à l’exigence de féminisation, j’utilise (désormais) le terme +militaire du rang+ », a avoué le lieutenant-colonel Ma Boye.

Le commandant Pape Moussé Ndiaye, lui, est déjà habitué à avoir des collègues femmes. Il a été formé à l’Ecole militaire de la santé (EMS) d’où sont sorties pour l’heure 25 Sénégalaises officiers, sans compter 36 autres toujours en formation pour devenir médecins militaires.

Mais, a-t-il estimé, il faudra aussi « préparer psychologiquement l’encadrement, parce qu’il devra être en mesure de prendre en compte cette approche +genre+. »